Ecologie

ONU : la sécheresse et la désertification pourraient être la « prochaine pandémie »

Chaque 17 juin, l’ONU célèbre la Journée de la lutte contre la désertification et la sécheresse. La désertification consiste en la dégradation des sols secs ou semi-secs dans les terres non fertiles et arides. Plus ces sols sont dégradés, moins l’eau est produite, les pluies ne sont pas retenues et la sécheresse s’aggrave. En 2021, et sous la devise ‘Restauration. Terre. Récupération », les efforts se concentrent sur la collecte de fonds pour transformer les terres dégradées en terres saines.

Près des trois quarts de la planète qui ne sont pas recouverts de glace ont été modifiés par les humains pour répondre aux besoins de production de plus en plus de nourriture, d’extraction de matières premières ou de construction de routes et d’autres infrastructures.

Cette pression exercée sur les écosystèmes signifie que nous perdons le couvert forestier et que les terres semi-sèches ou sèches se désertifient. Autrement dit, ils se dégradent tellement qu’ils finiront par devenir des sols arides et non productifs. Ce terme ne doit pas être confondu avec la désertification, qui signifie l’expansion des déserts existants. Alors que ce dernier est un phénomène naturel, la désertification est principalement causée par l’activité humaine et touche 40 % de la population.

En Amérique latine, il existe neuf des 24 sources de déforestation dans le monde, qui est l'un des principaux moteurs de la désertification.
En Amérique latine, il existe neuf des 24 sources de déforestation dans le monde, qui est l’un des principaux moteurs de la désertification. ©France24

En Amérique latine, la déforestation est la principale cause de désertification des sols. Dans un rapport publié par le WWF en janvier de cette année, il est révélé qu' »entre 2004 et 2017, plus de 43 millions d’hectares de forêt ont été dévastés dans ces régions, une superficie de la taille de la Californie, aux États-Unis ». Sur les 24 fronts de déforestation identifiés dans le monde, neuf se situent dans la région. Autrement dit, plus de 40 % des sources de déforestation dans le monde se trouvent en Amérique latine.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, l’Espagne et le Portugal sont les pays européens qui souffriront le plus des effets de la désertification.

Selon Miguel Pacheco, coordinateur des ressources naturelles et moyens de subsistance et spécialiste de la foresterie pour le WWF Colombie, le problème nécessite une attention urgente. « Je vois les processus de dégradation et de déforestation au jour le jour et il est assez inquiétant qu’on ne leur accorde pas l’attention voulue (…) Si cela continue, nos modes de vie vont changer et nous devrons profiter d’autres types de ressources pour nous nourrir nous-mêmes et chercher d’autres moyens d’avoir de l’eau », a-t-il déclaré dans une interview à France 24.

L’ONU accepte de lancer cet appel urgent et rappelle que lorsque la terre se dégrade elle n’est plus productive, les espaces naturels se dégradent et se transforment. Cela entraîne une augmentation des émissions de CO2 et une diminution de la biodiversité. Et, enfin, cela signifie qu’il y a moins d’espaces naturels et sauvages que ceux qui nous protègent les humains des maladies transmises par les animaux, comme le Covid-19, ou de l’impact sévère des phénomènes météorologiques comme les ouragans ou les inondations.

En effet, l’agence assure que « la sécheresse est sur le point de devenir la prochaine pandémie ». N’oubliez pas non plus qu’il n’existe pas de vaccin contre elle et qu’elle a touché directement 1 500 millions de personnes jusqu’à présent ce siècle.

Restauration. Terre. Récupération

C’est précisément pour attirer l’attention sur ce problème mondial que chaque 17 juin est célébrée la Journée de la lutte contre la désertification et la sécheresse. Cette année, le Costa Rica était le pays hôte : c’est le premier pays tropical qui a réussi à inverser la dégradation des forêts et qui a désormais un taux de couverture forestière de plus de 52% de son territoire.

Le président de la République, Carlos Alvarado Quesada, a envoyé un message pour encourager les gouvernements à financer la restauration de près d’un milliard d’hectares dégradés dans le monde, une superficie équivalente à la Chine. Quesada a déclaré que des ressources doivent être envoyées aux pays, en particulier aux pays à revenu faible et intermédiaire, pour mettre en œuvre des plans de restauration et de relance. Il a rappelé que « c’est une forme de solidarité mondiale » et qu’il est possible « de le faire de manière écologiquement durable et économiquement durable ».

L'ONU qualifie la sécheresse de prochaine pandémie et rappelle qu'il n'existe pas de vaccin contre elle.
L’ONU qualifie la sécheresse de prochaine pandémie et rappelle qu’il n’existe pas de vaccin contre elle. ©France24

Et c’est que la restauration des terres dégradées est une solution environnementale, sociale et économique : elle crée des emplois, augmente les revenus, récupère la biodiversité de la région et réduit les quantités de carbone émises dans l’atmosphère. Cela ralentit le réchauffement climatique et, par conséquent, le changement climatique.

La restauration des 1 000 millions d’hectares évoqués est l’un des objectifs à atteindre lors de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes qui a débuté en 2021.

gestioninclusive@gmail.com