Ecologie

La forêt marécageuse du Bénin risque de disparaître

Dans la forêt marécageuse d’eau douce de Hlanzoun au sud du Bénin, des arbres majestueux se balancent entre le chant des oiseaux et les ébats des singes. Jadis abritant une faune et une flore abondantes, les experts craignent pour l’avenir de cet écosystème fragile, l’un des rares qui subsiste dans ce pays d’Afrique de l’Ouest et accessible uniquement en pirogue.

Forêt de Hlanzoun (Bénin) (AFP)

Nommé d’après la rivière Hlan, les 3 000 hectares de forêt abritent 241 espèces de plantes et 160 espèces d’animaux, dont le singe à ventre roux, la mangouste des marais et la sitatunga, une antilope des marais.

Au sommet d’un arbre gigantesque apparaît un calao, un grand oiseau connu pour son long bec recourbé, semblable au toucan.

« Le calao se nourrit d’insectes et de fruits. Il aime suivre les singes car il fait sortir les insectes lorsqu’ils se déplacent, ce qui facilite leur capture », explique Vincent Romera, ornithologue et photographe français.

Avec ses jumelles, Romera admire une famille de singes qui sautent d’arbre en arbre.

« Les animaux ici sont devenus craintifs », explique l’ornithologue, qui prévoit d’utiliser des caméras cachées pour les photographier et dénombrer la faune de la forêt.

« Les chiffres ont beaucoup baissé », assure-t-il.

Parfois, les bruits de la forêt sont interrompus par des coups de feu, probablement de chasseurs.

L’abattage d’arbres, la plus grande menace

Les communautés autour de la forêt « ont besoin d’argent, donc ceux qui peuvent tirer sortent pour tuer des animaux », explique Roger Hounkanrin, un guide touristique.

Malgré une croissance économique soutenue ces dernières années, 40 % de la population béninoise, en particulier dans les zones rurales, vit en dessous du seuil de pauvreté, selon les données de la Banque mondiale.

Forêt de Lokoli, Bénin, 9 juillet 2021
Forêt de Lokoli, Bénin, 9 juillet 2021 Yanick Folly AFP / Archives

Près de la route à côté de la forêt de Hlanzoun, on vend des lézards, des crocodiles et des serpents tués par les chasseurs, qui vendent parfois aussi des singes pour leur viande.

Mais la plus grande menace pour la forêt est l’exploitation forestière excessive.

Entre 2005 et 2015, le couvert forestier du Bénin a été réduit de plus de 20 % selon la Banque mondiale, et le taux de déforestation reste à 2,2 % par an.

Les arbres sont abattus pour le bois de chauffage afin de produire du « sodabi », la boisson alcoolisée locale qui utilise le ferment d’un palmier.

La pratique de l’abattis-brûlis à des fins agricoles s’est également généralisée, prévient Josea Dossou Bodjrenou, directrice de Nature Tropicale, une ONG environnementale au Bénin.

La destruction de l’habitat forestier réduit les zones où subsistent les animaux, les forçant à se rendre dans les fermes à la recherche de nourriture, où ils sont exposés aux chasseurs.

« C’est un endroit qui risque de disparaître », prévient Judicael Alladatin, un économiste agricole local.

« C’est un quartier pauvre et nous ne pouvons pas reprocher aux gens de vouloir manger », admet cependant Alladatin. Pour cette raison, il exhorte les autorités à « créer les conditions pour donner aux gens des sources alternatives de revenus ».

Arbres dans la forêt de Lokoli au Bénin le 9 juillet 2021
Arbres dans la forêt de Lokoli au Bénin le 9 juillet 2021 Yanick Folly AFP / Archives

Le gouvernement ne reconnaît pas officiellement la forêt de Hlanzoun comme zone protégée, malgré les pressions de diverses ONG et les études scientifiques menées depuis 2000.

Cependant, il a commencé à reconnaître l’importance de protéger les forêts en général, en mettant à jour ses politiques forestières et son régime fiscal.

A Hlanzoun, l’Etat « doit agir vite et accompagner les communautés forestières pour qu’elles puissent générer des revenus (…) mais d’une manière différente », avec le développement d’une agriculture, d’un commerce et d’un tourisme durables, regorge Bodjrenou.