Economie

OIT : les pertes d’emplois doublent dans le monde à cause de la pandémie

L’Organisation internationale du travail a doublé le nombre d’emplois perdus d’ici 2023 et déclare que la principale cause est la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, qui a mis fin à 52 millions d’emplois à temps plein jusqu’à présent.

Moins d’emplois jusqu’en 2023. L’Organisation internationale du travail (OIT) a assuré que la prolongation de la pandémie et l’incertitude qu’elle génère causent deux fois plus d’emplois perdus que prévu au milieu de l’année dernière.

Selon l’agence, en 2022, il y aura environ 52 millions d’emplois de moins qu’avant l’urgence mondiale et, par conséquent, cette année, le nombre d’heures travaillées sera inférieur de 2 % à celui d’avant la pandémie.

Le rapport de l’OIT sur l’emploi et les perspectives sociales pour 2022 indique que même en 2023, il y aura environ 27 millions d’emplois en moins, et met en garde contre une reprise « lente et incertaine ».

« Les perspectives du marché du travail mondial se sont détériorées depuis les dernières projections de l’OIT ; un retour aux résultats d’avant la pandémie restera probablement insaisissable pour une grande partie du monde dans les années à venir », indique le rapport.


Des femmes frappent des casseroles et des poêles alors qu'elles marchent pour protester contre le chômage, les prix élevés et la faim dans la favela d'Héliopolis à Sao Paulo, au Brésil, le 21 décembre 2021.
Des femmes frappent des casseroles et des poêles alors qu’elles marchent pour protester contre le chômage, les prix élevés et la faim dans la favela d’Héliopolis à Sao Paulo, au Brésil, le 21 décembre 2021. © / Amanda Perobelli / Reuters

Il y a actuellement 207 millions de chômeurs dans le monde, contre 186 millions en 2019. La reprise a été inégale entre les pays à revenu élevé et à faible revenu, provoquant « des effets d’entraînement à long terme qui pourraient faire dérailler la reprise ».

Guy Ryder, directeur général de l’OIT, a déclaré que de nombreux facteurs étaient à l’origine de son examen, bien que le « principal soit la persistance de la pandémie et de ses variantes, en particulier Omicron ».

« Ces dommages prendront probablement plusieurs années à réparer et il pourrait y avoir des conséquences à long terme sur la participation au marché du travail, les revenus des ménages, la cohésion sociale et éventuellement la cohésion politique », a déclaré Ryder.

Les modèles de reprise varient selon les rapports, avec les signes les plus encourageants en Europe et en Amérique du Nord, tandis que les plus négatifs se trouvent en Amérique latine et dans les Caraïbes et en Asie du Sud-Est.

De même, l’emploi des femmes a entraîné de mauvais résultats dans le rapport. En 2022, il sera inférieur de 1,8 % au taux de 2019. Selon les experts, les femmes sont surreprésentées dans certains des secteurs les plus touchés par la pandémie, comme l’hôtellerie, la restauration et le commerce de détail.

De même, les femmes figurent dans la majeure partie du personnel dédié aux soins infirmiers et aux soins aux patients, des activités qui ont été sous pression au cours des deux dernières années.