Economie

Les sociétés pharmaceutiques élèvent la voix contre la libération de brevets et l’effondrement du marché boursier

Malgré le soutien des États-Unis à l’exemption du brevet du vaccin Covid-19, les discussions à l’Organisation mondiale du commerce à ce sujet pourraient prendre des mois.

Pour les grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriquent des vaccins, le brevetage n’est pas une solution à la crise mondiale de Covid-19. Pour le président des États-Unis – et pour ceux de nombreux autres pays -, oui.

Le groupe des chercheurs et fabricants pharmaceutiques de ce pays (PhRMA), une association qui rassemble des fabricants tels que AstraZeneca, Pfizer et Johnson & Johnson, a averti que la proposition « affaiblira davantage les chaînes d’approvisionnement et alimentera la prolifération des vaccins contrefaits ».

Le président de cette organisation, Stephen Ubl, a également averti que cette initiative « sèmera la confusion entre les partenaires publics et privés ».

Micaela Modiano, conseil en brevets européen, a déclaré pour sa part qu’elle pensait que « cela créerait un très mauvais précédent ». « C’est grâce à la recherche scientifique que nous disposons désormais de médicaments, de traitements et de vaccins. Mais cela est dû aux brevets, dans lesquels les entreprises continuent d’investir de l’argent et vous n’auriez pas ce type d’investissement s’il n’y avait pas de récompense adéquate pour les entreprises », Tenu.

Après que Joe Biden a montré son soutien à la proposition, l’Union européenne s’est également déclarée favorable. Individuellement, des pays comme la France, l’Espagne et la Russie le jugent opportun, tandis que l’Allemagne considère que la propriété intellectuelle doit être protégée.

Libération des brevets, une discussion millionnaire

Le premier effet du soutien des États-Unis à la proposition a été ressenti par les grandes sociétés pharmaceutiques, dont les actions ont chuté à la Bourse de New York en seulement deux jours. Moderna et BioNTech ont chuté respectivement de 7,5% et 5%, tandis que Pfizer a enregistré une baisse d’environ 2%.

Les principales sociétés pharmaceutiques sont cotées à la Bourse de New York
Les principales sociétés pharmaceutiques sont cotées à la Bourse de New York © France 24

Pour souligner la complexité du processus de production, Pfizer a déclaré que son vaccin, développé avec le laboratoire allemand BioNTech, nécessite 280 composants provenant de 89 fournisseurs différents situés dans 19 pays.

Moderna a assuré ce jeudi que son activité ne serait pas affectée par une éventuelle suspension des brevets, même si à l’instar des autres sociétés pharmaceutiques elle doute que la mesure puisse contribuer à améliorer l’approvisionnement en doses.

« Je pense que rien ne change pour Moderna », a déclaré le PDG de la firme, Stéphane Bancel, qui a rappelé que son entreprise avait déjà déclaré en octobre dernier qu’elle n’obligerait pas ses brevets à être respectés.

Quelles sont les discussions sur l’exemption temporaire des brevets?

Pour qu’il y ait une libération de brevet, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) doit l’approuver, et cela ne se produira peut-être pas de sitôt. Les décisions de cet organe sont fondées sur le consensus, de sorte que ses 164 membres doivent être d’accord.

Dix réunions en sept mois n’ont pas abouti à beaucoup de progrès. Les propositions d’économie émergente, soutenues par des lauréats du prix Nobel et des dirigeants mondiaux, sont opposées à des pays développés plus riches, tels que la Suisse et certains membres de l’Union européenne, qui abritent de nombreuses sociétés pharmaceutiques.

Les négociateurs nationaux échangent des textes et tentent ensuite de trouver un terrain d’entente, laissant parfois des espaces vides aux politiciens pour résoudre des différends épineux.

C’est pourquoi les négociations devraient être longues et difficiles à finaliser, si l’on tient compte du fait que le veto d’un seul membre peut les rendre inefficaces.

Avec Reuters et EFE