Sport

La dette du gouvernement vénézuélien envers l’entraîneur de Robeilys Peinado

Vyacheslav Kalinichenko, entraîneur d’athlétisme expérimenté, dénonce que pendant les six années où il a dirigé Robeilys Peinado, le ministère des Sports ne l’a pas payé. Maintenant, il craint que la dette ne reste impayée.

Vyacheslav Kalinichenko et Robeilys Peinado ont commencé leur relation de travail du bon pied. Sous les ordres de cet entraîneur ukrainien, le Vénézuélien, qui pratique le saut à la perche, a décroché la médaille de bronze aux Championnats du monde d’athlétisme à Londres en 2017.

Il y a moins de deux ans, en décembre 2015, cet entraîneur expérimenté et ancien athlète avait commencé à diriger Robeilys. Il raconte maintenant, depuis Bydgoszcz, en Pologne, que ce n’est que pendant « six ou sept mois » qu’il a reçu un « bon transfert d’argent ».


La Vénézuélienne Robeilys Peinado participe au classement du saut à la perche aux Jeux olympiques de Tokyo.  2 août 2021, Tokyo, Japon.
La Vénézuélienne Robeilys Peinado participe au classement du saut à la perche aux Jeux olympiques de Tokyo. 2 août 2021, Tokyo, Japon. © Matthias Schrader/AP

Dans une interview à France 24, Vyacheslav dit que « plus tard, ils ont commencé avec les retards, avec les promesses ». Aujourd’hui, la dette s’élève à 20 300 euros. Bien que son contrat soit avec la Fédération vénézuélienne d’athlétisme, il affirme qu’ils l’ont envoyé à la Ministère des Sports et de cette institution, ils lui ont dit d’aborder le problème avec la Fédération : « Personne ne savait qui allait me payer. »

La peur d’une dette qui n’est pas installé

Selon Vyacheslav, la dernière promesse que lui aurait faite le vice-ministre des Sports, Juan Carlos Amarante, était de régler toutes ses dettes après les derniers Jeux olympiques de Tokyo. Quelque chose qui ne s’est pas produit.

La patience de Kalinitchenko semble épuisée. Dans le passé, on lui devait environ 100 000 €, mais maintenant Vyacheslav craint que les 20 000 € qu’il n’a pas reçus ne servent à rien. « Maintenant, Robeilys va partir en Italie pour s’entraîner avec un entraîneur italien. Mais j’ai pensé que si elle allait déménager en Italie, alors le Ministère et la Fédération ne livreraient rien et fermeraient l’affaire, et c’est pourquoi j’ai décidé de le dire. »

Déjà en 2019, Vyacheslav s’est rendu sur Twitter pour dénoncer sa situation. « Dix minutes plus tard, j’ai reçu un appel du ministère : le sous-ministre m’a dit ce qui n’allait pas, que je ne pouvais pas écrire ça, qu’ils faisaient tout leur possible. » A cette époque, ils lui ont donné « un peu d’argent » pour les Jeux panaméricains à Lima.

Autres cas de non-paiement dans le sport vénézuélien

Il y a plusieurs entraîneurs qui vivent une situation similaire. Vyacheslav parle de ‘Chicho’ Gascon, entraîneur du champion olympique d’escrime Rubén Limardo. Il cite aussi Ivan Pedroso, qui devance Yulimar Rojas, champion olympique du triple saut et détenteur du record du monde.

« Quand Yulimar n’a pas sauté, Iván Pedroso a également eu des problèmes de paiement, je sais que, quand Yulimar n’a pas sauté autant, il y a environ cinq ans. Mais tous les entraîneurs ont des problèmes au Venezuela, cela ne fait aucun doute ».

L’un des cas qui a récemment eu un impact significatif est celui des Portugais Joseph Peseiro. Celui qui était l’entraîneur de football vénézuélien a démissionné après avoir dénoncé qu’il devait 14 mois de paiement.