Ecologie

« Nous n’avons pas fait assez », dit Obama et inculpe la Russie et la Chine

Le 8 novembre, l’ancien président américain Barack Obama a exhorté le monde à faire pression sur les gouvernements pour qu’ils respectent leurs engagements de freiner le réchauffement climatique, dans le cadre du sommet des Nations Unies sur le climat, la COP26. L’ex-président populaire a pointé du doigt la Russie et la Chine, deux des principaux pollueurs avec les États-Unis, qu’il a accusés d’ignorer les appels à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

« Nous ne sommes même pas près d’où nous devrions être », a déclaré l’ancien président américain Barack Obama lors de son discours au sommet des Nations Unies sur le climat, la COP26, le 8 novembre.

Obama, dont le gouvernement a été l’un des principaux promoteurs de l’Accord de Paris de 2015 qui a fixé les orientations débattues aujourd’hui à la COP26, a souligné qu’il y avait eu des progrès depuis, mais a regretté que la Russie et la Chine, avec lesquelles il s’est associé pour réaliser le pacte historique, ils se sont éloignés du but.

« Il est particulièrement décourageant de voir que les dirigeants de deux des plus gros émetteurs mondiaux – de gaz polluants – ont décliné leur participation à cette conférence (…) Et leurs plans nationaux reflètent ce qui semble être une dangereuse absence d’urgence et que est regrettable », a affirmé l’ex-président.

Obama a appelé les pouvoirs à prendre leurs responsabilités, jC’est à un moment où les coûts environnementaux et économiques élevés supportés par les pays pauvres, dans de nombreux cas les moins polluants, sont discutés.

Preuve en est que les pays du G20 qui représentent 80% de l’économie mondiale sont à leur tour les plus gros générateurs d’émissions polluantes. Il s’agit notamment de la Chine, des États-Unis, de l’Australie, de la Russie et du Japon.

« Nous avons tous un rôle à jouer. Nous avons tous du travail à faire. Nous avons tous des sacrifices à faire sur le climat (…)

« Paris n’était que le début et non un point d’arrivée »

L’Accord de Paris a établi la limitation du réchauffement climatique afin qu’il n’augmente pas de plus de 2°C au cours de ce siècle et, si possible, qu’il ne dépasse pas 1,5°C. La limite que les scientifiques mettent en évidence pour éviter de plus grandes catastrophes climatiques telles que celles auxquelles différentes nations sont confrontées durement.

Comment y parvenir a de nouveau été au centre de la discussion de ce sommet dont certains engagements ont émergé : éliminer l’utilisation et la production de charbon pour les trois prochaines décennies; réduire la déforestation ; réduire le méthane et éliminer le financement des projets de combustibles fossiles à l’étranger.

Mais de sa portée, les experts de l’ONU sont sceptiques. Selon les recherches, les mesures prises à ce jour conduiront à un réchauffement d’au moins 2,7% par rapport aux niveaux préindustriels.

« Paris n’était qu’un début et non un point d’arrivée (…) Là, nous avons créé un cadre qui nous a permis d’avancer ces six années, mais nous n’avons pas fait assez. Atteindre une augmentation maximale des températures de 1,5 degré va à beaucoup de travail. Amener les gens à travailler ensemble à l’échelle mondiale prend du temps, mais le temps est ce que nous n’avons pas et ce n’est qu’en pressant pour plus que nous allons remporter les victoires partielles dont nous avons besoin », a souligné Obama.


L’ancien président américain a également reconnu que son propre pays s’était replié sur les objectifs, soulignant le retrait des États-Unis du pacte environnemental par l’ancien président Donald Trump. Cependant, il a indiqué qu’avec Joe Biden à la Maison Blanche, « les États-Unis sont revenus » pour mener l’effort.

Obama était confiant dans l’approbation au Congrès d’un paquet budgétaire qui comprend 555 000 millions de dollars pour financer la transition des énergies fossiles vers les énergies propres dans son pays. « Cela mettra les États-Unis sur la bonne voie pour atteindre leurs nouveaux objectifs climatiques », a-t-il déclaré.

« Quiconque a vu notre envoyé spécial pour le climat John Kerry courir ces jours-ci peut dire que nous prenons cela au sérieux. Le plan d’infrastructure promu par le président Biden envoie également un signal puissant au monde : les États-Unis doivent montrer l’exemple », a-t-il souligné.

Les discussions de la COP26 se penchent sur le financement de la crise climatique

Les remarques d’Obama interviennent au milieu d’une journée au cours de laquelle les gouvernements ont discuté d’un accord pour aider les pays vulnérables à faire face au réchauffement climatique et à les dédommager pour les dommages déjà causés. Un test qui montrera si les pays riches et en développement peuvent mettre fin à une confrontation de plusieurs années sur les coûts pour atténuer le changement climatique.

Le coût est énorme. Les pertes et dommages sont estimés pour 2030 entre 400 milliards et 580 milliards par an dans les pays pauvres, et jusqu’à 1,8 milliard d’ici 2050, selon la Fondation Heinrich Boll, qui cite des études universitaires.

Les chiffres seront encore plus élevés à moins que les pourparlers à Glasgow ne maintiennent en vie la possibilité de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius.

Alors que les pays en développement cherchent plus d’argent pour s’adapter à des températures plus élevées qui ont causé des sécheresses, des inondations et des incendies de forêt plus fréquents, les pouvoirs se sont concentrés sur l’acheminement des fonds vers la réduction des émissions de CO2.

« La déclaration juxtapose le scénario de la COP26 avec les situations réelles auxquelles Tuvalu est confronté en raison des impacts du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Simon Kofe, qui a expliqué comment l’augmentation du niveau de la mer affecte votre petite nation insulaire.

Le Royaume-Uni, hôte de la réunion, a tenté de donner le rythme aux négociations en annonçant 391 millions de dollars de nouveaux financements, notamment un soutien aux pays d’Asie-Pacifique pour faire face à l’impact de la crise environnementale.

« Nous devons agir maintenant pour empêcher le changement climatique de pousser davantage de personnes dans la pauvreté. Nous savons que les impacts climatiques affectent de manière disproportionnée ceux qui sont déjà les plus vulnérables », a déclaré Anne-Marie Trevelyan, nommée par le gouvernement britannique pour diriger les plans d’adaptation et de résilience.

Selon le responsable, cet argent s’ajoute aux « milliards de fonds internationaux » déjà engagés par des pays comme le Danemark, le Japon et les États-Unis pour les nations vulnérables, dont beaucoup ont subi les pires effets.

Il reste moins d’une semaine avant que les dirigeants de 190 pays concluent la COP26, mais au-delà des engagements, ils doivent démontrer qu’ils peuvent atteindre les objectifs qui empêchent au moins l’aggravation du changement climatique avant qu’il n’y ait pas de retour en arrière.

Avec Reuters, AP et les médias locaux