Sport

Mark Cavendish marque l’histoire du Tour et égale le record d’Eddy Merckx

Battant le sprint de Carcassonne, Cavendish est entré dans l’histoire du cyclisme le 9 juillet après la 13e étape du Tour de France. En plus de remporter sa quatrième fraction dans cette édition, le Britannique a obtenu la 34e victoire de sa carrière sur le Tour, égalant le record d’Eddy Merckx. Deceuninck-Quick Step a doublé avec la deuxième place Michael Morkov. Bien qu’il n’y ait eu aucun changement au classement général, cette étape a été marquée par une grosse chute qui a causé l’abandon de trois coureurs.

C’était l’un des records de cyclisme qui semblait destiné à rester pour l’éternité. Eddy Merckx, l’un des plus grands cyclistes de l’histoire, avait quitté la barre à un très haut niveau avec ses 34 victoires d’étapes sur le Tour de France. Une marque que Merckx avait établie entre 1969 et 1975.

Avant le grand départ de ce Tour à Brest, Cavendish avait accumulé 30 victoires sur le Tour, mais aucune depuis 2016. Le Britannique a subi quatre années de crise et de dépression qui l’ont amené presque au point d’abandonner le cyclisme. Et je n’avais pas prévu de revenir un jour sur la Grande Boucle.

« Le simple fait d’être ici est assez spécial. Je ne savais pas que je reviendrais sur cette course. Honnêtement, je pensais ne jamais revenir (sur le Tour), mais les étoiles se sont alignées en quelque sorte », a commenté le Britannique après sa victoire lors de l’étape 4.

Cavendish et ses quatre victoires d’étape sur ce Tour

Son équipe, le Deceuninck-Quick Step a confirmé sa participation à quelques jours du départ du Tour de France en remplacement de l’Irlandais Sam Bennett, vainqueur de deux étapes et du maillot vert du meilleur sprinteur du Tour 2019.

Une fois dans les rues de France, Cavendish a prouvé qu’il était le meilleur sprinteur du peloton et probablement de l’histoire. Il a remporté tous les sprints qu’il a disputés, levant les bras à Fougères, à Châteauroux, à Valence et ce vendredi à Carcassonne. Une victoire difficile contre le vent qui a obligé Cavendish à « donner tout ce qu’il avait », comme l’a déclaré le détenteur du maillot vert de meilleur sprinteur.

La domination du coureur de 36 ans est favorisée à la fois par le travail collectif de son équipe et par les abandons de ses principaux rivaux (Caleb Ewan à la troisième étape, Tim Merlier à la neuvième étape, et Peter Sagan hier).

Si Mark Cavendish est le meilleur sprinteur du Tour 2021, le Deceuninck-Quick Step est la meilleure équipe sur les étapes de plat. Le travail de l’équipe belge est un travail collectif d’intelligence et d’organisation, sans rival dans l’équipe. Ce vendredi encore, les hommes vêtus de bleu ont démontré leur supériorité. Ils voulaient amener Cavendish à la meilleure position à la ligne d’arrivée et ils y sont parvenus en travaillant tout au long de l’étape pour cela.

Le Deceuninck-Quick Step, tout-puissant

Naturellement d’autres coureurs rêvaient de répéter le scénario de l’étape précédente avec la victoire de Nils Politt. Ainsi l’Israélien Omer Goldstein (Israël Strat-up nation), le Français Pierre Latour (Total Energies) et l’Américain Sean Bennett (Qhubeka NextHash) ont pris la fuite après 25 kilomètres de course.

Mais les évadés n’ont jamais réussi à avoir un avantage supérieur à 4,45. Blâmez l’équipe de Mark Cavendish. Les Deceuninck-Quick Steps ont toujours contrôlé la différence et sans surprise ils ont rattrapé Goldstein et Latour à 53 kilomètres de l’arrivée. Une petite erreur de l’étape Deceuninck-Quick car il y avait encore un long chemin à parcourir et plusieurs coureurs ont attaqué.

Le seul qui a réussi à sortir du peloton est le Français Quentin Pacher (B&B Hôtels), mais le train bleu de Deceuninck ne l’a pas quitté plus d’1’30.

L’équipe belge fut un instant désorganisée. D’abord à cause d’une chute massive à 60 kilomètres de la ligne d’arrivée dans laquelle Tim Declercq, de Deceuninck, était impliqué, puis à cause du changement de vélo de Mark Cavendish à 39 kilomètres de l’arrivée. Des incidents sans gravité pour le train bleu qui a atteint Pacher à 19 kilomètres de la ligne d’arrivée.

Dans les deux derniers kilomètres, les hommes bleus se sont positionnés en tête du peloton. Malgré l’attaque surprise d’Iván García Cortina (Movistar), Cavendish parvient à s’imposer dans les derniers mètres. Son coéquipier et lanceur, Michael Morkov, a terminé deuxième devant le Belge Jasper Philipsen (Alpecin Fenix) et Garcia Cortina.

Mark Cavendish étend son avance au classement des points des sprinteurs. Il en compte désormais 279, une large marge sur Michael Matthews (Team BikeExchange), deuxième avec 178 points.

Simon Yates quitte le Tour

Le coureur anglais Simon Yates (Team Bike Exchange), troisième du dernier Giro d’Italia et vainqueur de la Vuelta España en 2018, a dû quitter le Tour. Yates a été impliqué dans la chute massive à 60 kilomètres de l’arrivée au cours de laquelle plus de 15 coureurs ont touché le sol.

Lucas Hamilton, coéquipier de Yates, est également parti après cette même chute ainsi que l’Allemand Roger Kluge (Lotto Soudal) qui occupait la dernière position du classement général.

Aux premières places du général, il n’y avait pas de changement. Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) porte toujours le maillot jaune de leader et le maillot blanc de meilleur junior. Le Colombien Rigoberto Urán (EF Education Nippo) est deuxième et l’Équatorien Richard Carapaz (Ineos Grenadiers) quatrième. Le danois Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) monte sur le podium entre les deux coureurs latino-américains.

Nairo Quintana (Arkea Samsic) reste en tête du classement de la montagne pour la quatrième journée consécutive.

Samedi les Pyrénées arrivent

Demain samedi 10 juillet, pour l’étape 14, le peloton parcourra 183,7 kilomètres entre Carcassonne et Quillan. Les 152 coureurs encore en course entrent dans les Pyrénées avec une étape classée en moyenne montagne.

Les aventuriers du peloton comme les membres de l’une des 16 équipes n’ayant pas encore remporté d’étape devraient profiter des cinq prix de la montagne (deux de troisième catégorie et trois de deuxième catégorie) pour tenter de remporter la victoire.

Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021.
Notre guide avec profils, étapes et itinéraires pour le TDF 2021. ©France24

gestioninclusive@gmail.com