Sport

L’Argentine aggrave l’embarras de l’Italie avec une victoire 3-0 à Finalissima

Le champion de la Copa América a continué d’aggraver la crise des monarques de l’Euro, qui n’avaient déjà pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde du Qatar, et cette fois ils ont cédé au stade de Wembley, tandis que Lautaro Martínez et Lionel Messi ont promu l’Albiceleste.

Expérience footballistique atypique, la rivalité entre les champions de la Copa America et de l’Euro s’est soldée par une nouvelle déception pour l’Italie et un coup de pouce vital pour l’Argentine en vue de la Coupe du monde 2022 au Qatar. , à Londres, a prolongé la séquence sans défaite des hommes de Lionel Scaloni à 32 matchs et mis à nu la crise d’Azzurra.

Bien que non officielle, la Finalissima a été un baromètre important fondamentalement pour l’Argentine, qui est déjà en phase de préparation pour sa participation à la Coupe du monde.

Ceux menés par Lionel Scaloni comptent 22 victoires et 10 nuls depuis leur défaite en demi-finale de la Copa América 2019, la dernière fois qu’ils ont perdu. La séquence n’incluait pas de rivaux européens, donc la victoire contre l’Italie règle également cette tâche en suspens.

Un grand qui dit au revoir et un géant qui se réveille

Le match a montré que l’Italie lui prêtait peu d’intérêt, malgré le fait qu’il représentait les adieux d’un légendaire défenseur transalpin, le central Giorgio Chiellini, qui quitte l’équipe nationale après avoir également dit au revoir à la Juventus, après une carrière prolifique qui l’a conduit à remporter le scudetto (le titre de champion de Serie A) neuf fois et la Coupe d’Italie cinq fois, en plus de jouer 117 matchs avec son équipe nationale.

Chiellini a été honoré avant le match, et a été remplacé à la mi-temps par Manuel Lazzari. Avant le duel d’adieu, il avait laissé la bande de capitaine à son ancien coéquipier de la Juve Leonardo Bonucci. Maintenant, il se prépare à clore sa carrière en jouant dans la MLS aux États-Unis.

Mais alors que Chiellini a dit au revoir, Messi s’est dit présent, de retour en pleine forme avec son équipe nationale. Non seulement il a été déclaré l’homme du match, mais il a joué un rôle déterminant dans deux des trois buts du match.

Il a fourni la passe décisive à Lautaro Martínez à la 28e minute et celle de Paulo Dybala à la 93e suite au rebond de son tir. Ángel Di María, un joueur sans équipe après que le PSG a décidé de ne pas lui proposer de renouvellement, a marqué l’autre but à 46.

Une expérience sans précédent

C’est la troisième fois qu’un match avec ces caractéristiques a été joué, organisé par la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) et l’Union européenne de football associé (UEFA), dans le style de la Coupe Intercontinentale, qui a opposé les champions de la Libertadores et la Ligue des champions entre 1960 et 2004.

La première édition a livré la Coupe Artemio Franchi, et a opposé la France et l’Uruguay au Parc des Princes à Paris, avec une victoire 2-0 pour les Gaulois.

En 1993, l’Argentine, championne d’Amérique du Sud en 1991, et le Danemark, surprenant vainqueur de l’Euro en 1992, se sont affrontés à Mar del Plata. Les hôtes ont dominé les tirs au but après avoir terminé 1-1 en temps réglementaire. Ce fut le dernier titre remporté par le légendaire Diego Armando Maradona avec son équipe.

Une nouvelle édition de format avait été prévue pour 2018, qui inclurait les finalistes des deux tournois et passerait à un format de home run, avec Milan, en Italie, comme lieu. La crise de la FIFA, qui a entraîné des poursuites judiciaires pour plusieurs des plus grands dirigeants du football, dont les présidents actuels de la Conmebol et de l’UEFA (Nicolás Leoz et Michel Platini), a mis un terme à ce plan.

avec EFE