Sport

L’UEFA annule la finale de la Ligue des champions et la F1 annule le Grand Prix de Russie

L’entité européenne a confirmé Paris comme nouveau lieu du match décisif de la compétition continentale. Entre-temps, il a également été défini que les matchs des clubs et des équipes nationales qui se dérouleront en Russie et en Ukraine se joueront sur un terrain neutre « jusqu’à nouvel ordre », affectant les barrages vers la Coupe du monde au Qatar. De son côté, la Formule 1 a annulé le GP de Russie qui devait se tenir en septembre. « Il est impossible de le célébrer dans les circonstances actuelles », ont-ils souligné.

Le monde du sport a réagi ce vendredi 25 février aux événements survenus en raison de l’avancée de la Russie sur l’Ukraine. Aux sentences protocolaires, les entités les plus importantes du football européen et de la course automobile se sont mobilisées en la matière.

L’UEFA a décidé de changer le lieu de la finale de la Ligue des champions en le retirant de Saint-Pétersbourg et en l’emmenant à Paris. De plus, il a emporté l’emplacement de l’équipe nationale russe pour les barrages des éliminatoires de la Coupe du monde et du Spartak Moscou en Ligue Europa.

Entre-temps, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) a annoncé que le Grand Prix de Russie qui devait avoir lieu à Sotchi en septembre serait annulé. Jeudi, Sebastian Vettel et Max Verstappen ont menacé de ne pas se rendre à l’événement s’il avait lieu.

La Ligue des champions, de la Russie à la France

L’UEFA a indiqué qu’en raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, la finale de l’édition 2021-22 changera de lieu et ne se jouera pas à la Gazprom Arena de Saint-Pétersbourg. Ce sera le Stade de France à Saint-Dennis qui accueillera le match décisif du tournoi continental. La date restera le 28 mai à 21h00 (CET).

Le comité exécutif de l’organisation a tenu une réunion extraordinaire en raison des événements de ces dernières heures et a donné lieu à des pétitions demandant un changement de décor pour des raisons de sécurité et la condamnation des actions de la Russie. Alexander Dyukov et Andrii Pavelko, respectivement présidents de la Fédération de Russie et d’Ukraine, font partie de l’exécutif.

Dans la lettre publiée via ses plateformes numériques, l’UEFA a exprimé « ses remerciements et sa gratitude » au président français Emmanuel Macron pour « son soutien personnel et son engagement » à accueillir le plus prestigieux duel de clubs européens à un moment « de crise sans précédent ».

En outre, ils ont ajouté que l’UEFA soutiendrait, avec le gouvernement français, les efforts visant à « garantir le sauvetage des footballeurs et de leurs familles en Ukraine qui font face à de terribles souffrances humaines, à la destruction et au déplacement ».

Le Kremlin a rapidement réagi à la déclaration, déplorant la décision de l’organisation de retirer la finale de Saint-Pétersbourg, affirmant que la ville aurait été un bon hôte pour une « fête du football ». Pour sa part, Dyukov a déclaré que cela était « dicté pour des raisons politiques ».


Il s’agit du troisième changement de lieu de la finale de la Ligue des champions que l’UEFA effectue d’affilée, les deux précédents étant dus à la pandémie.

Compétitions de l’UEFA hors Russie et Ukraine

La déclaration publiée ce vendredi comprend également la résolution qui détaille la perte de sites pour les clubs et les équipes nationales de Russie et d’Ukraine dans les tournois organisés par l’UEFA. Les institutions et équipes internationales des deux pays doivent accueillir dans des stades neutres « jusqu’à nouvel ordre ».

Cette décision affecte particulièrement l’équipe nationale russe qui allait recevoir la Pologne aux Jeux olympiques de Loujniki le 24 mars dans le match correspondant au premier tour des éliminatoires des barrages pour la Coupe du monde Qatar 2022. De plus, en cas de victoire à la Polonais, il fallait aussi se mesurer à la République tchèque ou à la Suède à Moscou.


Jeudi dernier, ces trois équipes qui partagent la table avec les Russes avaient publié une lettre dans laquelle elles refusaient de se rendre en Russie pour disputer les matches et exigeaient que l’UEFA et la FIFA prennent des mesures à ce sujet.

L’Ukraine est également en phase de repêchage pour la Coupe du monde, mais comme elle est la moins bien classée dans ce cas, elle ne pourrait être locale dans aucun des matches. Le 24, il se rendra à Glasgow.

Au niveau des clubs, malgré le fait que la résolution de l’UEFA porte sur les trois compétitions continentales, la seule équipe qui sera touchée sera le Spartak Moscou, qui ne pourra pas affronter le RB Leipzig à l’Otkrytie Arena pour les huitièmes de finale en Europe. Il n’y a pas d’autres institutions russes ou ukrainiennes survivantes en Ligue des champions ou en Ligue de conférence.

La Formule 1 a abaissé le GP de Russie

Ce vendredi, la FIA ​​​​a rapporté que la compétition qui devait avoir lieu le 25 septembre dans le parc olympique de Sotchi avait été annulée car elle considérait qu’il était « impossible » de le faire après l’invasion de l’Ukraine par le pays.

Dans leur déclaration, ils ont exprimé leur solidarité et déclaré qu’ils attendaient « une résolution rapide et pacifique de la situation ». « Nous regardons les événements en Ukraine avec tristesse et choc », ont-ils ajouté.

Comme détaillé dans la lettre, jeudi soir, la FIA, la Formule 1 et les équipes concurrentes ont discuté de « la position du sport ». « Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il est impossible d’organiser le Grand Prix de Russie dans les circonstances actuelles », ont-ils affirmé.

Jeudi dernier, la pression sur les organisateurs s’est accrue après que le pilote Sebastian Vettel, quadruple champion du monde, a déclaré en conférence de presse qu’il refusait de participer au GP de Sotchi s’ils décidaient de le réaliser. Alors que l’actuel champion, Max Verstappen, a déclaré que « ce n’était pas bien » de courir dans un pays en guerre.

Même le principal sponsor de la course en Russie est le groupe VTB, propriétaire de VTB Bank, l’une des cibles sanctionnées par les États-Unis et le Royaume-Uni après l’invasion.

L’annulation de cette course ramène le nombre de circuits à 22 au calendrier cette saison. Cependant, il n’est pas exclu qu’un nouveau lieu fasse son apparition pour accueillir la compétition à cette date.

Avec EFE et Reuters