Première modification: Dernière modification:

«Loulou» a organisé une attaque spectaculaire sur la dernière ascension du parcours pour faire tomber les autres favoris et offrir à la France sa première Coupe du monde depuis 1997. «C'est un rêve devenu réalité».

Le sport, comme la vie elle-même, nous donne des tours d'émotions et ce dimanche 27 septembre, elles sont toutes personnifiées en Julian Alaphilippe. Le cycliste français a perdu son père en juin, quelques jours avant le Tour de France, au cours duquel le pilote français lui a consacré une victoire d'étape.

«La Grand Boucle» n'a pas été si bonne pour Alaphilippe, malgré un bon départ. Aujourd'hui, à Imola (Italie), le Français est arrivé comme l'un des coureurs à considérer, mais derrière le redoutable Wout van Aert, de Belgique, peut-être le cycliste le plus complet du moment.

Alaphilippe avait un scénario, le sien, et il allait le réaliser. Cette impudence qui, à certaines occasions, l'a laissé sans jambes pour la fin, a eu le meilleur résultat possible. «Loulou» a attaqué à dix kilomètres de l'arrivée et a réussi à conserver un avantage de plus de dix secondes sur Wout van Aert, Primoz Roglic (Slovénie), Marc Hirschi (Suisse), Jakob Fuglsang (Danemark) et Michał Kwiatkowski (Pologne).

Julian Alaphilippe: "C'était le rêve de ma carrière"

Le pilote Deceuninck-Quick Step a franchi seul la ligne d'arrivée avec une avance de 24 secondes, agrandissant son histoire et donnant à nouveau un spectacle. En larmes, Alaphilippe a étreint ses coéquipiers sur la ligne d'arrivée pour offrir à la France sa première Coupe du Monde depuis 1997 et sa neuvième dans la catégorie. L'argent est allé à Van Aert et le bronze à Hirschi.

Julian Alaphilippe est le premier Français depuis 1997 à être proclamé champion du monde sur route. Imola, Italie, 27 septembre 2020.
Julian Alaphilippe est le premier Français depuis 1997 à être proclamé champion du monde sur route. Imola, Italie, 27 septembre 2020. © Jennifer Lorenzini / Reuters

"C'était le rêve de ma carrière", a déclaré le joueur de 28 ans. Alaphilippe porte un 2020 en or qui ne connaît pas autant de succès que l'année précédente, lorsqu'il a remporté la Strade Bianche, Milan-Sanremo et la Flèche wallonne, en plus d'arriver en tant que leader du Tour de France la semaine dernière.

«Je suis venu ici avec beaucoup d’ambition», a exprimé un ‘Loulou’ ému qui ne pouvait pas non plus contrôler les larmes sur le podium.

Une carrière avec Tadej Pogacar

Consciente du favoritisme de Wout van Aert, l'équipe nationale belge a dominé la course, où il y a eu une première échappée qui a été rattrapée à 70 kilomètres de la fin sur ce circuit de 258 kilomètres, en arrivant sur le circuit Enzo e Dino Ferrari.

Le Slovène Tadej Pogacar, champion du Tour de France, a attaqué à la fin de l'avant-dernier tour et a réussi à faire sortir le peloton pendant environ une demi-minute, même si finalement le groupe l'a pourchassé, conduit par la Belgique. Il restait 20 kilomètres de course et le Colombien Rigoberto Urán et l'Equatorien Richard Carapaz en ont profité pour se montrer.

Les latino-américains, les meilleurs spécialistes des ascensions plus longues, ont été malchanceux dans la dernière marche de la Cima Gallisterna, longue de 2,7 kilomètres et avec une baisse moyenne de 6,4%.

Carapaz était précisément le meilleur des coureurs de la région en 22e position, tandis qu'Uran avait 24 ans. Pogacar est arrivé en 33e position.

Mention spéciale pour l'Espagnol Alejandro Valverde, qui à 40 ans a terminé huitième et montre (encore) qu'il a encore de l'essence dans les jambes.