L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que dans le meilleur des cas, le PIB chuterait de 6%, tandis qu'en cas d'épidémie, il pourrait atteindre une baisse de 7,6%. Quelques données encore plus alarmantes en Amérique latine, comme le montre l'Argentine, qui pourraient subir une baisse de 10,1% du PIB.

L'Europe se rapproche de la normale. Aujourd'hui, le football revient en Espagne, avec un match suspendu de la deuxième division. On apprend également que le 25 juin, la France rouvrira les portes de la Tour Eiffel, monument le plus visité au monde.

La situation européenne est loin de celle de l'Amérique latine, où les infections continuent d'augmenter, comme le montre l'Argentine, qui dépasse 1 000 cas par jour ou le Pérou, qui franchit la barre des 200 000 infections totales.

Une pandémie qui affecte économiquement toute la région.

En ce qui concerne les chiffres mondiaux, le tracker indépendant de l'Université Johns Hopkins indique que plus de 7,25 millions de personnes ont été infectées et plus de 411 000 sont décédées.

Voici les principales nouvelles de ce 10 juin sur le Covid-19:

  • L'OCDE prévoit la plus forte baisse du PIB au cours des 100 dernières années, hors guerre

Après les prévisions sévères de la Banque mondiale, viennent maintenant celles de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui estiment que le PIB mondial pourrait se contracter, au mieux, de 6,0%, avec une croissance de 5,2% en 2021, tant que la pandémie sera maîtrisée.

Quelques données qui pourraient être bien pires en cas de résurgence dans les prochains mois. Le forum économique, établi à Paris, prévoit une baisse, dans ce scénario, de 7,6% du PIB mondial, pour croître de seulement 2,8% en 2021.

"À la fin de 2021, la perte de revenus dépasse celle de toute récession précédente au cours des 100 dernières années en dehors de la guerre, avec des conséquences désastreuses et durables pour les particuliers, les entreprises et les gouvernements", a écrit l'économiste en chef de la OCDE Laurence Boone. En outre, auprès de l'organisation internationale, ils ont demandé aux gouvernements d'emprunter pour sauver les gens et l'économie.

En Amérique latine, les données ne sont pas encourageantes non plus. Le Chili devrait entrer dans sa plus grande récession depuis 1982 avec une baisse entre 5,2% et 7,1% du PIB; pour sa part, le PIB de la Colombie pourrait se situer entre 6,1 et 7,9%; dans le cas du Brésil, la baisse serait encore plus forte, avec une baisse du PIB entre 7,4% et 9,1%; Le Mexique subirait une baisse de 7,5% à 8,6%; et en Argentine, le PIB baisserait de 8,3% à 10,1%.

  • La Colombie atteint 43 682 infections et totalise 1 604 décès

La Colombie a enregistré 1 604 nouveaux cas de coronavirus dans le pays et 61 autres sont morts selon le décompte du ministère de la Santé. Parmi les décès enregistrés le dernier jour, un a eu lieu dans le département de Guainía, à la frontière avec le Brésil, le premier enregistré dans cette région de jungle.

Le ministère a également signalé qu'il y avait un total de 43 682 cas comptabilisés depuis le début de la pandémie dans le pays, tandis que les morts sont maintenant au nombre de 1 433, tandis que le nombre récupéré s'élève à 17 333, dont 799 personnes ont surmonté la maladie en le dernier jour.

Un homme subit un contrôle de la température avant d'entrer dans un camp de fortune de migrants vénézuéliens au milieu de la pandémie de coronavirus. Bogotá, Colombie, 8 juin 2020.
Un homme subit un contrôle de la température avant d'entrer dans un camp de fortune de migrants vénézuéliens au milieu de la pandémie de coronavirus. Bogotá, Colombie, 8 juin 2020. © Luisa Gonzalez / Reuters

Les endroits les plus touchés restent Bogotá, la capitale du pays, avec 421 nouveaux cas et un total de 14.132 enregistrés sur son territoire et le département d'Atlántico, avec 406 nouvelles infections, dont 221 ont été détectées à Barranquilla, la capitale de cette région située dans le nord du pays.

Dans le département d'Atlántico, 25 des 61 personnes décédées au cours de la journée ont également été enregistrées, dix autres à Bogotá, neuf dans le département de Bolívar, six à Valle del Cauca, deux à Magdalena, deux à Nariño et deux à La Guajira.

  • Pérou: le nombre de morts s'élève à 5 903 et les infections à 208 823

Au jour 87 de l'état d'urgence au Pérou, huitième pays avec le plus de cas de maladie dans le monde, le ministère de la Santé a indiqué que le pays était passé de 5 738 infections la veille à 5 903 cas de nouveau coronavirus au les dernières 24 heures.

Le ministère a également signalé qu'il y avait encore 9 916 patients hospitalisés, dont 1 065 étaient toujours en soins intensifs et étaient connectés à une ventilation assistée.

Deux familles à leurs proches, tuées par le coronavirus dans le cimetière Nueva Esperanza à Lima, au Pérou, le 27 mai 2020.
Deux familles à leurs proches, tuées par le coronavirus dans le cimetière Nueva Esperanza à Lima, au Pérou, le 27 mai 2020. © Sebastian Castañeda / Reuters

Depuis le 16 mars dernier, l'état d'urgence décrété par le gouvernement est en vigueur dans le pays et durera jusqu'au 30 juin, ce qui implique l'isolement et un couvre-feu obligatoire. Depuis le 25 mai, cette dernière mesure est appliquée dans la majeure partie du pays de 21h00 à 04h00.

Depuis le début de la mise en quarantaine, les agents de santé ont déposé de multiples plaintes auprès de l'État pour manque de soutien et de moyens de traiter les patients, situation dans laquelle de nombreux patients continuent de mourir à domicile et les hôpitaux gardent les patients dans les couloirs. par manque d'espace.

En outre, les lignes d'attention pour signaler les cas possibles se sont effondrées, rendant la reconnaissance des infections de plus en plus complexe. Le président du pays, Martín Vizcarra, a reconnu avoir fait des erreurs dans ses décisions et a appelé à "l'autocritique" pour reconnaître les erreurs commises et essayer de les corriger.

  • Le gouvernement chilien prolonge la quarantaine dans d'autres villes à mesure que les cas augmentent

Le Chili continue de plonger dans l'isolement. L'Exécutif a annoncé la prolongation de la quarantaine et l'incorporation de huit autres nouvelles zones en raison de l'avancée du virus, qui fait déjà 148 496 infections et 2 475 décès depuis la confirmation de la première infection le 3 mars.

Rien qu'au cours des dernières 24 heures, le pays a enregistré 5 737 nouvelles infections et 192 décès.

En ce sens, les villes également mises en quarantaine sont Valparaíso et Viña del Mar (dans le centre côtier) et les zones urbaines sont Melipilla, Curacaví, Til-Til et San José de Maipo, en plus de toute la commune de Peñaflor dans le Région métropolitaine, tous situés dans la vallée centrale du pays.

Au Chili, comme dans toute l'Amérique latine, le virus continue de se reproduire très rapidement. D'où l'étendue des mesures de confinement.

La nation sud-américaine, l'une des plus durement touchées par le virus en Amérique latine, a signalé 3 720 officiers morts liés au virus et 44 440 infections, selon les données fournies par le ministère de la Santé publique.

Au cours des dernières 24 heures, il y a eu une augmentation de 30 décès confirmés et 523 infectés. Les provinces qui ont signalé le plus de cas du plus élevé au plus bas étaient: 68 à Pichincha, 47 à Los Ríos, 40 à Manabí, 32 cas à Guayas et 22 à Saint-Domingue.

L'Équateur a entamé un processus de désescalade la semaine dernière avec la levée progressive des mesures restrictives qui sont entrées en vigueur avec l'état d'urgence le 16 mars.

Quito, la capitale du pays, a entamé une nouvelle étape la semaine dernière et est passée à la couleur jaune du soi-disant feu de circulation épidémiologique, ce qui a entraîné la reprise des transports publics, l'activation de commerces et d'établissements pas forcément indispensables.

  • L'OCDE prévoit une baisse de l'économie colombienne entre 6,1% et 7,9%

La Colombie connaît des perspectives économiques sombres en raison de Covid-19. Le pays fait face à la pire crise d'un siècle en raison de la crise sanitaire causée par le virus et, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, OCDE, son produit intérieur brut (PIB) se situera entre 6,1% et 7,9%.

Dans son rapport semestriel sur les perspectives, l'OCDE prévoit la plus grande récession si la nouvelle flambée avait une deuxième vague à la fin de 2020, ce qui ralentirait également la reprise en 2021, lorsque son PIB augmenterait «progressivement» de seulement 2 , 8%.

Dans le cas où une deuxième vague ne se produirait pas, la contraction serait de 6,1% en 2020 et il y aurait une amélioration de 4,3% du PIB d'ici 2021.

Aux mesures de confinement dictées par le gouvernement pour faire face à la pandémie, le pays ajoute la contraction économique mondiale, qui a impacté ses exportations, l'effondrement des prix du pétrole et le resserrement des conditions financières.

De plus, le pic de la maladie n'est pas encore arrivé, le commerce ne fait que faire quelques pas vers sa réouverture et le pays compte déjà 42 206 infections et 1 934 décès.

  • Le gouvernement italien sera interrogé par le parquet

La pandémie de Covid-19 a pris les gouvernements du monde entier au dépourvu. Cela pourrait avoir des conséquences, après que dans certains pays touchés, des poursuites aient été engagées contre la direction des responsables.

Image d'un cimetière du 13 mai à Bergame, en Italie, où vous pouvez voir l'impact du coronavirus dans la ville de Lombard, l'une des plus touchées par la pandémie.
Image d'un cimetière du 13 mai à Bergame, en Italie, où vous pouvez voir l'impact du coronavirus dans la ville de Lombard, l'une des plus touchées par la pandémie. © Flavio Lo Scalzo / Reuters

C'est le cas en Italie. À Bergame, où 57% de la population a enregistré des anticorps contre le coronavirus, le procureur de la province de Lombard interrogera des membres du gouvernement, dont le Premier ministre, Giuseppe Conte.

La citation à comparaître n'a été attribuée à aucun crime, mais ce sera l'occasion pour le fisc de s'interroger sur les raisons qui l'ont conduit à ne pas isoler immédiatement les communes de Nembro et Alzano Lombardo en "zones rouges", deux des plus touchées par le virus.

Ce mercredi, un groupe de proches de victimes du coronavirus appelé "Noi denunceremo" (nous dénoncerons) a témoigné devant les procureurs.

"Pendant quinze jours, nous avons voyagé, nous avons travaillé pendant que le virus circulait. Si la province de Bergame avait été fermée depuis le début, nous n'aurions pas dû fermer la Lombardie ou l'Italie", a déclaré l'un des plaignants, Stefano Fusco, qui a perdu son grand-père dans une maison de soins infirmiers.

La population soupçonne que d'importantes entreprises établies dans la province de Bergame, l'un des principaux pôles industriels d'Italie, pourraient avoir fait pression sur le gouvernement pour ne pas confiner la région.

  • Etats-Unis Etats-Unis demande à l'OPS des explications sur l'envoi de médecins cubains au Brésil

Mike Pompeo, secrétaire d'État américain. Lors d'une conférence de presse, les États-Unis ont demandé une explication à l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) pour avoir agi en tant qu '"intermédiaire" dans le transfert "présumé" de plus de 10 000 médecins cubains au Brésil, dans le cadre de la "Mais Médecins. "

Des médecins cubains atterrissent dans un avion à La Havane, après avoir aidé l'Italie à combattre Covid-19.
Des médecins cubains atterrissent dans un avion à La Havane, après avoir aidé l'Italie à combattre Covid-19. © Ismael Francisco / Reuters

"Je veux exprimer les préoccupations des États-Unis concernant le rôle de l'OPS dans la facilitation du travail forcé pour les médecins cubains au Brésil. Elle doit expliquer comment elle est devenue un intermédiaire", a déclaré Pompeo.

Les États-Unis critiquent le fait que le gouvernement cubain reçoit de l'argent au lieu d'être transféré directement aux médecins. L'État conserve entre 70 et 80% du paiement, avec lequel les institutions assurent qu'il sert à financer le système de santé gratuit de l'île.

Selon des données officielles, Cuba a déjà envoyé 34 brigades médicales, représentant 3 337 médecins et infirmières, dans plus de 27 pays d'Afrique, d'Amérique et d'Europe, et elles auraient traité plus de 61 000 patients infectés.

  • La Commission européenne propose de rouvrir progressivement les frontières à partir du 1er juillet

Cela a été annoncé par le haut représentant de la communauté pour la politique étrangère, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse, où il a assuré que les commissaires allaient présenter cette semaine la proposition avec "une approche pour la levée progressive et partielle des restrictions", à à partir du 1er juillet et après plus de 3 mois de restrictions.

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, a annoncé que cette semaine le plan européen de levée des frontières sera officialisé.
Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, a annoncé que cette semaine le plan européen de levée des frontières sera officialisé. © Francisco Seco / EFE

"Avec certains pays tiers, en tenant compte des principes et critères et sur la base d'une approche commune et coordonnée entre les États membres qui est soutenue par la Commission européenne", a ajouté M. Borrell.

Le chef de la diplomatie espère que le 1er juillet les États membres lèveront les contrôles aux frontières. Quelque chose qu'ils ont déjà commencé à faire en Italie, alors que la France, l'Allemagne ou la Belgique s'attendent à le faire à partir du 15 juin et en Espagne le 1er juillet.

  • Moscou met à jour ses données et confirme 3 365 décès non enregistrés au mois de mai

La capitale russe, après des semaines de controverse sur l'enregistrement des données, a mis à jour son bilan. Au total, 5 260 personnes sont décédées à Moscou en mai. Un chiffre plus élevé que celui initialement publié par les autorités sanitaires russes, qui ont estimé le nombre à 1 895 décès.

Une femme subit le test du coronavirus à Moscou, en Russie, le troisième pays le plus contagieux du monde.
Une femme subit le test du coronavirus à Moscou, en Russie, le troisième pays le plus contagieux du monde. © Maxim Shipenkov / EFE

"Les nouvelles recommandations nous ont permis d'améliorer le calcul des cas dans lesquels Covid-19 était la principale cause de décès et de ceux dans lesquels il est devenu, avec une forte probabilité, un catalyseur pour d'autres maladies", Le ministère de la Santé de Moscou a déclaré dans un communiqué sur son site Web.

Le taux de mortalité à Moscou en mai était de 57% supérieur à celui de la même période l'année dernière, selon les autorités sanitaires de la ville.

Les chiffres totaux pour la Russie s'élèvent à 493 657 cas, le troisième pays au monde avec le plus d'infections, et 6 358 décès, un chiffre bas qui a été remis en question.

  • PDG Tokyo 2020: "Les Jeux Olympiques ne se dérouleront pas avec une grande splendeur"

Lors d'une conférence de presse, Toshiro Muto, chef de la JJ. OO. de Tokyo 2020, a prévenu que cela n'allait pas être le meilleur des concours. Il l'a fait lors d'une conférence virtuelle devant le conseil d'administration du Comité International Olympique (CIO) à Lausanne.

"Les Jeux ne seront pas d'une grande splendeur mais ils seront des jeux simplifiés", a déclaré Muto, assurant que plus de 200 idées avaient été discutées pour simplifier et réduire les coûts des Jeux reprogrammés, mais il n'a pas donné de délai sur le moment où ces changements pourraient être mis en œuvre. .

En mai, le CIO a annoncé qu'il consacrerait jusqu'à 650 millions de dollars à la réorganisation des Jeux, tandis que depuis le Japon, il n'est pas au courant du décaissement supplémentaire qu'il devra effectuer.

Cependant, Muto a également assuré que les Jeux Olympiques ne risquaient pas d'être annulés.