Première modification:

Bien-aimée pour sa transgression, aujourd'hui l'artiste Lido regarde et interroge son pays, comme l'anti -Miss Colombia qu'elle est: une chanteuse-compositrice qui ne veut pas être un cliché, mais une vraie créatrice avec un message, qui aime sa Colombie, mais admettez vos maux. Tout cela de la musique traditionnelle oubliée et d'être une femme migrante afro-indigène au Canada. «Miss Colombia» est son troisième grand album, mais Lido a été une vie de couches d'identité sans fin que ni les pouvoirs établis ni les pouvoirs factuels n'admettent. Et c'est ce que montre cette interview.

Lido Maria Pepper Peace. Ce n'est pas un, mais quatre, les noms par lesquels il répond Lido Pepper, auteur-compositeur-interprète ouragan, artiste multidimensionnelle et, surtout, femme afro-indigène et migrante. Mais même avec ce titre, "avec grand honneur", ce n'est que maintenant que sa terre a commencé à la connaître telle qu'elle est: Miss Colombie. Ou plutôt l'anti-Miss Colombie. "Il semble que le moment soit venu de partir pour mon pays … pour avoir ce mot avec mon pays."

Le Lido, moitié de Barranquilla, moitié de la ville de Villanueva de su Guajira, crée depuis 11 ans. Adolescente, elle a dû émigrer au Canada avec sa famille, mais pas avant de se nourrir de groupes musicaux qui l'ont remplie de métal, de hardcore, de punk, de hip-hop, de cumbia et de "musique spirituelle afro-colombienne". Seulement que le résultat de son troisième grand album «Miss Colombia» n'est pas le produit de cette palette de sons, ni ce que son adoption le Canada l'a forcé à être dans l'électronique et l'auto-enregistrement, mais c'est un processus qui part de la ouverture du premier œil.

Pour accéder à cet album, Lido a dû vivre, sur deux territoires racistes, le métis et le noir. Et le fait d'être la "rare et artistique" de la famille, alors que sa sœur se préparait pour des concours de beauté. C'est là-bas qu'il défait son chemin de vie aujourd'hui, sachant que ce n'est pas un paramètre ou un package musical, mais celui qui pense et interroge son pachamama, monté sur une moto et habillé en quinceañera vierge sans clichés. Ce que vous voulez vraiment être, quelle est la couverture de votre album.

© Culture / France 24

"J'ai décidé de ne pas me concentrer sur la publicité, mais je voulais plutôt me soucier de l'art, du message, de la musique et de la composition", présente-t-il dans cette interview. En 2010, il l'a fait avec «Color», un album dans lequel il ressent la lutte pour comprendre ces frontières et ces objectifs. En 2016, elle l'a fait avec «  La Papessa '', un projet qui lui a pris des années en tant qu'artiste indépendante et qui lui a valu le prix Canadian Polaris, en étant la première à l'obtenir dans une langue qui n'était ni l'anglais ni le français. Aujourd'hui, elle le fait avec «Miss Colombia», un autre niveau d'introspection, de tout ce qu'elle a aimé et perdu.

En onze thèmes, il montre le travail émotionnel et physique qui "a historiquement été fait pour les femmes de couleur, les femmes autochtones et les femmes noires". Mais surtout, il s'agit d'une relation "toxique" avec un pays, ce qui l'amène à tracer les marges de la contradiction: "être colombienne, c'est vivre deux réalités, qu'on le veuille ou non. C'est une beauté extrême et une violence extrême". Et c'est là, en regardant carrément ses origines, qu'il sort pour défendre une culture qui lui a donné «ce désir de survivre et d'être quelqu'un, d'avoir l'intégrité, le courage et l'amour».

Le Lido sent que le fait de penser que "tout ce que je pense et veux, je réalise", a-t-il appris de la musique traditionnelle, de ses racines indigènes, de San Basilio de Palenque et de la communauté Wayúu. Cependant, il estime que c'est "un problème très fort" dans le pays qui, centré sur le tourisme et l'international, néglige "les voix autochtones, les voix noires, les métis, (qui) n'ont pas cette importance, cette révérence que nous devons donner "

Elle, une survivante, une voix forte, quelqu'un qui s'est construit un univers honnête et valide, consacre tout de «  Miss Colombie '' à ces voix (comme celle de ses héros de «  El Sexteto Tabalá '') et à ces rythmes. "Des rythmes qui font bouger votre âme même s'ils proviennent de la pauvreté et d'un abandon extrême. C'est avec moi jusqu'au jour de ma mort."

Aujourd'hui, la Colombie, l'Amérique latine en général, peut commencer à l'écouter. Mais Lido est connue dans le monde entier pour sa musique, son écriture, sa peinture et ses conférences de commissariat artistique. Parce qu'aujourd'hui, elle est «Miss Colombie», mais son aspiration est de transmettre un message issu d'une combinaison de disciplines. Ouverture d'un centre culturel à La Guajira, d'une galerie d'art et de musique pour la diaspora ou qui sait, un futur album avec un chœur de femmes Wayúu. Et c'est comme ça que Lido María Pimienta Paz est.