Première modification:

Dans différentes villes de France, des groupes féministes sont descendus dans la rue pour rejeter les nominations de Gérald Darmanin, accusé de viol, en tant que nouveau ministre de l'Intérieur et de l'avocate Éric Dupond, critique du mouvement #MeToo, en tant que ministre de la Justice.

Des milliers de personnes sont sorties pour protester dans différentes villes de France le 10 juillet contre la présence de deux noms dans le nouveau gouvernement du pays. Il s'agit de Gerald Darmanin, le nouveau ministre de l'Intérieur, sur lequel repose une accusation de viol, et Éric Dupond, responsable du ministère de la Justice et critique du mouvement féministe.

"Pas d'agresseur à l'intérieur, pas de complice de la justice", "arrêtez l'impunité", ont indiqué des banderoles à Lille; "La colère des femmes résonne", une autre a augmenté à Paris ou un "violeur à l'intérieur", a dénoncé une autre à Saint-Etienne. Les bannières ne laissaient aucun doute sur l'indignation.

Ils reprochent au président Emmanuel Macron de ne pas avoir fait plus d'efforts pour lutter contre la discrimination fondée sur le sexe et rejettent un discours égalitaire qu'ils rejettent comme faux. "C'est dommage, en 2017, Macron a parlé de faire de l'égalité des sexes sa priorité au cours de son mandat de cinq ans, nous savons que c'est une blague", a déclaré un manifestant présent à Paris.

Des groupes féministes manifestent contre les nominations du ministre de l'Intérieur, Gerald Darmanin et du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti dans le nouveau gouvernement français, devant la mairie de Paris, le 10 juillet 2020.
Des groupes féministes manifestent contre les nominations du ministre de l'Intérieur, Gerald Darmanin et du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti dans le nouveau gouvernement français, devant la mairie de Paris, le 10 juillet 2020. © Benoit Tessier / Reuters

Gerald Darmanin accusé de viol dans une affaire non résolue

En 2018, une accusation portée par un citoyen a été révélée qui affirmait qu'en 2009, lorsque Darmanin travaillait pour un poste mineur au sein du parti de l'ancien président Nicolás Sarkozy, le jeune homme politique l'avait violée dans un hôtel, où il l'avait invitée en échange de une faveur politique.

Le juge a déposé une plainte contre Darmanin, qui agissait en tant que ministre des Finances au moment où le processus contre lui a commencé, mais l'a rouvert après un appel du plaignant, il est donc actuellement en cours d'enquête Darmanin est inculpé.

Gerald Darmanin 8 juillet 2020 Place Beauvau
Gerald Darmanin 8 juillet 2020 Place Beauvau © Thomas Coex / AFP

Au milieu des protestations contre la nomination de Darmanin, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, est venu à la défense du nouveau ministre, assurant que la "présomption d'innocence" devrait également prévaloir sur les politiciens et assuré que le gouvernement "ne défendra pas avec moins forcer les droits des femmes. "

Darmanin a également soulevé des soupçons sur les anciens commentaires formulés contre le mariage gay sur Twitter il y a des années, alors qu'il était un fervent opposant au gouvernement du socialiste François Hollande. Au fil du temps, le politicien a nuancé ses propos sur le sujet.

Une ministre de la Justice qui interroge les mouvements féministes

La nomination d'Éric Dupond a également été controversée. Le nouveau ministre de la Justice, avocat de profession, est devenu célèbre pour avoir défendu des djihadistes accusés de terrorisme, des politiciens français corrompus et représentant Julien Assange.

Les commentaires disqualifiants contre les mouvements féministes l'ont également caractérisé. Dupond a déclaré que "certaines femmes manquent d'être sifflées" dans la rue, une déclaration faisant référence au mouvement mondial pour les droits des femmes, #MeToo.

En tant qu'avocat de la défense, il a minimisé les allégations de viol dans certains cas. De plus, il est accusé d'avoir défendu l'ancien directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Khan, accusé de proxénétisme et de participation à des orgies avec des prostituées. A cet égard, Dupond a assuré que ce n'était pas sinon «quelques amis qui s'amusaient».

Des groupes féministes manifestent contre la nomination de Gérald Darmanin à Paris le 7 juillet 2020.
Des groupes féministes manifestent contre la nomination de Gérald Darmanin à Paris le 7 juillet 2020. © Thomas Coex / AFP

Cependant, pour les mouvements féministes menant les manifestations, la nomination des deux figures symbolise un fort manque d'engagement dans la lutte pour les droits des femmes. A Grenoble, un cercueil noir qui disait "RIP à la cause du quinquenato" a été placé devant l'entrée du Palais de Justice.

Le groupe Nous Toutes, l'une des entités organisatrices, souligne que, quelles que soient les nominations des deux ministres, il y a un abandon de l'État vers la lutte pour l'égalité, soulignant que le gouvernement n'a augmenté le budget contre la violence que de 5%. entre 2019 et 2020. "On ne peut pas faire bouger les choses avec un budget de 5%", explique Caroline de Haas, membre du groupe.

Avec AFP, EFE et Reuters