La France

L’Espagne, la France, le Danemark, la Suède et la Belgique appellent à un système européen de distribution des vaccins dans le monde

BRUXELLES, le 7 mai. (EUROPA PRESS) –

Les gouvernements espagnol, français, danois, suédois et belge ont exhorté ce vendredi le reste des partenaires de l’UE à accélérer les travaux pour créer un mécanisme européen partageant les doses de vaccins contre le COVID-19 à tous les pays du monde, en particulier les plus pauvres. , et que l’UE réaffirme son rôle de « leader » mondial dans la lutte contre la pandémie.

La lettre est signée par le président du gouvernement, Pedro Sánchez; le président français, Emmanuel Macron; et les premiers ministres de la Suède, Stefan Lofven; Danemark, Mette Friederiksen; et de Belgique, Alexander de Croo et s’est adressé à la fois à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et à l’actuel président de l’UE ce semestre, le Premier ministre du Portugal, António Costa.

Ces cinq pays ont publié le texte peu de temps avant le début du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’UE à Porto, au cours duquel les 27 discuteront de la possibilité d’accepter une suspension temporaire des brevets pour les vaccins contre le COVID-19.

Dans le document, l’Espagne, la France, la Suède, le Danemark et la Belgique affirment que l’UE « doit être à la pointe des efforts internationaux » contre la pandémie et disent qu’il est « urgent » de mettre en place un mécanisme européen qui sert à « partager » vaccins avec tous les pays du monde et servir de « complément » à l’initiative COVAX.

Les signataires affirment comprendre que l’UE « travaille actuellement pour accélérer son processus de vaccination dans les semaines à venir », mais préviennent que le bloc ne peut « négliger sa responsabilité » pour assumer son rôle de leader et contribuer aux efforts.

En outre, ils préviennent que les vaccins sont devenus un instrument de « politique de sécurité » et que l’UE « ne peut se permettre d’être laissée pour compte ». « Si l’UE ne fait pas un pas en avant, d’autres combleront ce vide et utiliseront les vaccins comme un outil géopolitique », préviennent-ils.

Ils soulignent également que le bloc, en tant que «premier exportateur mondial», devrait donner un «coup de pouce mondial» avec ses «partenaires transatlantiques» à une collaboration public-privé axée sur «l’augmentation de la capacité de production mondiale» et la distribution de «vaccins sûrs» efficaces. et abordable « garantissant que le savoir-faire et la technologie pour le développement des doses sont également partagés.

«Le plus grand défi auquel l’humanité a été confrontée ces dernières décennies ne peut être surmonté par des solutions individuelles», soulignent les cinq chefs d’État et de gouvernement signataires, qui soutiennent plus tard que «la coopération doit être la pierre angulaire de notre réponse à la crise sanitaire».

« Si la vaccination n’a lieu que dans les pays développés, notre victoire contre le COVID-19 sera de courte durée », admettent ces cinq gouvernements européens, soulignant plus tard que la vaccination doit être mondiale pour vaincre la pandémie « rapidement et efficacement ».