Sport

Les personnages dans l’ombre qui brillaient dans le JJ. OO. de tokyo

Des surprenants Ariarne Titmus et Rebeca Andrade aux performances exceptionnelles du Kosovo en judo, en passant par l’or historique du volley-ball français, les Jeux Olympiques au Japon se terminent avec plusieurs noms qui n’étaient pas dans les premiers paris pour triompher. Voici les révélations.

Dans des poules où tous les regards étaient braqués sur l’Américaine Katie Ledecky, qui aspirait à cinq médailles d’or, une grande partie des projecteurs est allée à l’Australienne Ariarne Titmus. L’océanique a conquis les médailles d’or au 200 mètres libres et aux 400 mètres libres, imposant à Ledecky.

Malgré l’impact que ces victoires de Titmus ont eu sur l’un des meilleurs nageurs de ces derniers temps, la vérité est que l’athlète est arrivé à Tokyo avec les meilleures notes dans les deux distances. Un 1’53.09″ dans le 200 et 3’56.90′ » dans le 400.

Le mérite de Titmus vient surtout d’avoir attesté ce favoritisme lors de ses premiers Jeux Olympiques et alors qu’il n’avait que 20 ans. Non seulement il a dominé cette pression, mais il a ajouté deux autres médailles à son palmarès dans ces joutes – l’argent au 800 mètres nage libre et le bronze au relais 4×200 mètres nage libre.

L’Australie, également emmenée par les athlètes Emma McKeon et Kaylee McKeown, quitte la capitale japonaise avec un total de neuf médailles d’or en natation, leur meilleure participation aux joutes.

Les blessures ont maintenu la Brésilienne Rebeca Andrade au plus bas pendant le cycle olympique, sa percée à Tokyo a donc été une surprise mondiale. A tout juste 22 ans, cette gymnaste a remporté l’or dans l’exercice individuel du saut du poulain et l’argent dans l’exercice complet.

Née à Guarulhos, dans l’État de São Paulo, Andrade a subi trois déchirures du ligament croisé antérieur du genou antérieur en 2015, 2017 et 2019, ce qui lui a fait penser à la retraite. Ce dernier l’a empêché de participer aux Jeux panaméricains de Lima. En fait, il n’a rejoué qu’en mars 2020 et sans le report des jeux, il serait arrivé avec une marge très serrée.

La gymnaste brésilienne Rebeca Andrade pose avec ses médailles d'or et d'argent remportées aux Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, le 2 août 2021.
La gymnaste brésilienne Rebeca Andrade pose avec ses médailles d’or et d’argent remportées aux Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, le 2 août 2021. © Lindsey Wasson / Reuters

Fille d’une mère célibataire et de six frères et sœurs, elle a commencé à montrer ses talents dans la dernière partie de l’année. Elle a été lauréate de l’année complète aux Pan American à Rio de Janeiro et à Tokyo elle a profité de l’absence de Simone Biles.

Quelques défauts dans sa routine au sol lui ont coûté l’or dans l’exercice complet, mais elle était la meilleure dans le saut du poulain. Jamais auparavant un Brésilien n’avait été médaillé dans ces disciplines.

  • L’équipe italienne d’haltérophilie

Avec une délégation de cinq haltérophiles classés, l’Italie a remporté trois médailles aux Jeux olympiques de Tokyo. Il y a trois médailles – une d’argent et deux de bronze – qui, en nombre, égalent le meilleur résultat en haltérophilie du pays transalpin obtenu à l’épreuve de Paris 1924, avec trois médailles d’or.

Les réalisations en terres japonaises ont été les bronzes de Mirko Zanni (67 kg), Antonino Pizzolato (81 kg) et l’argent de Giorgia Bordignon (64 kg), cette dernière étant la première Italienne à monter sur un podium olympique aux haltères. Zanni et Bordignon ont été les plus grandes surprises, ayant été classés respectivement cinquième et sixième meilleurs. Pizzolato lui-même était un prétendant aux médailles, avec la deuxième meilleure note de qualification dans sa catégorie.

Si vous comptez le nombre total de victoires, l’Italie n’était que derrière les huit médailles de la Chine, qui est le géant de ce sport. C’est « stratosphérique », a déclaré Antonio Urso, président de la Fédération italienne d’haltérophilie.

  • Equipe de France masculine de volley-ball

La France a obtenu sa première médaille d’or olympique en volley-ball par la grande porte. Les Gaulois sont arrivés à Tokyo en tant que quatrième équipe mondiale et ont battu le Comité olympique russe en grande finale.

« Les Bleus » se sont qualifiés pour les quarts de finale après avoir terminé quatrième de leur groupe, avec deux victoires contre la Tunisie et l’équipe russe, ce qui est assez intéressant. La première cloche a été donnée en quarts de finale en éliminant la Pologne, la deuxième mieux classée de la planète. En demi-finale, ils ont battu l’Argentine et en finale ils ont réitéré leur triomphe contre la Russie, qui étaient les bourreaux du Brésil, les grands favoris.

Malgré le beau résultat, la France va connaître un changement d’entraîneur du fait qu’avant l’épreuve olympique le départ du Français Laurent Tillie avait déjà été convenu à la place du Brésilien Bernardo Rezende, qui dirigera le processus du prochain Paris 2024.

  • Les médailles d’or de Nora Gjakova et Disstria Krasniqi pour le Kosovo

Le Kosovo est arrivé à Tokyo pour sa deuxième participation aux Jeux Olympiques. Ce pays, qui a déclaré son indépendance en 2008 et a été reconnu par le Comité International Olympique en 2014, a énormément bénéficié de ses onze représentants.

Les judokas Nora Gjakova et Disstria Krasniqi ont ajouté deux médailles d’or en 58 kg et 48 kg pour laisser leur pays dans une position privilégiée au tableau des médailles, au-dessus de délégations comme celles du Mexique ou de la Colombie.

Le judoka Disstria Krasniqi est ravi d'avoir remporté la médaille d'or pour le Kosovo lors de la finale des 48 kilogrammes à Tokyo, au Japon, le 24 juillet 2021.
Le judoka Disstria Krasniqi est ravi d’avoir remporté la médaille d’or pour le Kosovo lors de la finale des 48 kilogrammes à Tokyo, au Japon, le 24 juillet 2021. © Segio Pérez / Reuters

Nora est venue du bronze en Coupe du monde, et en finale elle a battu la Française Sarah-Léonie Cysique qui a éliminé la Canadienne Jessica Klimkait, championne du monde et numéro un mondiale en demi-finale. Tout aussi choquante a été la victoire de Disstria, qui a battu en finale la Japonaise Funa Tonaki, championne du monde en 2017.

Ce sont les deuxième et troisième médailles pour le Kosovo aux Jeux olympiques d’été et, en plus, elles suivent le chemin de la première médaille de l’histoire. C’est celui que Majlinda Kelmendi a atteint à Rio 2016, également en or et aussi en judo.

La participation du Guatémaltèque Kevin Cordón au badminton à Tokyo a été une somme de jalons. Avant leur participation à ces joutes, aucun latino-américain n’avait dépassé les 16 derniers de ce sport dans certains Jeux.

Avec 34 ans et une vaste expérience sur le circuit, Cordón est arrivé à Tokyo à la 59e place du classement pour sa troisième joute. En phase de groupes, ils ont remporté trois victoires qui leur ont permis de figurer parmi les 16 meilleurs de la compétition. Là, il a battu le Néerlandais Mark Caljouw pour ensuite donner la cloche finale en quart de finale.

Le Guatémaltèque Kevin Cordón réagit lors du match pour la médaille de bronze en badminton à Tokyo, au Japon, le 2 août 2021.
Le Guatémaltèque Kevin Cordón réagit lors du match pour la médaille de bronze en badminton à Tokyo, au Japon, le 2 août 2021. © Leonhard Foeger / Reuters

Cordón a battu le Sud-Coréen Heo Kwanghee, bourreau du Japonais Kento Momota, numéro un mondial. Le Guatémaltèque s’est qualifié pour les demi-finales et a enthousiasmé son pays en obtenant ce qui serait sa deuxième médaille dans l’histoire des Jeux Olympiques.

Le Danois Viktor Axelsen, ancien champion olympique, a mis fin au rêve du Latino-Américain, qui a également abandonné dans la lutte pour le bronze. Cordón s’est retrouvé sans médaille, mais il a laissé ouvert une voie qui semblait infranchissable pour les Latino-Américains au milieu de la domination asiatique et européenne.