Sport

Le président de World Athletics fait passer « l’équité » avant « l’inclusion » sur la question des athlètes transgenres

Londres (AFP) – Le président de World Athletics, Sebastian Coe, a défendu de donner la priorité à « l’équité » plutôt qu’à « l’inclusion » lorsqu’il s’agit d’athlètes transgenres participant à des événements féminins.

« Ma responsabilité est de protéger l’intégrité du sport féminin », a déclaré la patronne de l’athlétisme mondial, présente aux Championnats du monde de natation qui se déroulent actuellement à Budapest.

« Si nous devons ajuster les protocoles à l’avenir, nous le ferons », a-t-il ajouté, précisant que s’il devait choisir entre « l’équité » et « l’égalité », il serait toujours « du côté de l’équité ».

Dimanche, le président de la Fédération internationale de natation (FINA), Husain Al-Musallam, a annoncé la création d’une « catégorie ouverte » pour permettre aux athlètes transgenres de concourir séparément.

Selon ces règles, la compétition masculine serait ouverte à tous. En revanche, les athlètes nés de sexe masculin et en transition ultérieure ne pourraient pas participer aux épreuves féminines de la FINA ou établir des records du monde féminins, à l’exception de ceux qui ont fait la transition avant la puberté.

Polémique avec la nageuse transgenre Lia Thomas

Cette décision de la FINA intervient alors que la natation a été secouée par une polémique concernant la nageuse transgenre américaine Lia Thomas.

L’étudiante de 22 ans, née de sexe masculin, est devenue cette année la première nageuse transgenre à décrocher un diplôme universitaire dans son pays.

Sa victoire à la mi-mars lors de la finale du 500 yards avait suscité de nombreux débats. Ses détracteurs avaient estimé qu’ayant concouru dans la catégorie masculine par le passé, Lia Thomas bénéficiait d’un avantage physiologique injuste sur les autres.

« Nous voyons une fédération internationale affirmer sa suprématie dans l’établissement des règles, règlements et politiques qui sont dans le meilleur intérêt de notre sport », a déclaré Coe.

« Cela doit être ainsi. Nous avons toujours cru, et nous le répétons constamment, que la biologie bat le genre et que nous continuerons à revoir nos réglementations à cet égard. »

Selon les règles de World Athletics, les femmes transgenres doivent avoir un niveau de testostérone suffisamment bas au moins 12 mois avant une compétition.