Economie

Les pays exportateurs de pétrole ouvriront le robinet plus que prévu pour stabiliser les prix

Le groupe de pays de l’OPEP+, dont la Russie, a accepté d’augmenter sa production de pétrole en juillet et août de 50 % de plus que prévu pour compenser les barils qui ont quitté le marché en raison de l’imposition de sanctions occidentales au Kremlin. .

L’Arabie saoudite et d’autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés dirigés par la Russie ont convenu d’augmenter encore leur production de brut, afin de compenser les pertes de production russes et de stabiliser les prix mondiaux.


Après que la demande mondiale de pétrole a fortement chuté au plus fort de la pandémie et poussé les prix même à des niveaux négatifs, les grands exportateurs ont progressivement ouvert le robinet depuis juillet 2021.

Le plan s’est déroulé jusqu’en septembre et prévoyait d’ajouter 432 000 barils par jour au cours des trois prochains mois. Maintenant, l’OPEP+ a déclaré qu’elle avait accepté de porter le chiffre à 648 000 barils par jour (bpj) en juillet, soit 0,7 % de la demande mondiale, et un montant similaire en août.

Les exportations russes de pétrole ont chuté d’environ un million de barils par jour depuis son invasion de l’Ukraine, soit environ un pour cent de la demande mondiale, et cela a poussé les prix au-dessus de 100 dollars le baril, un niveau jamais vu il y a dix ans.

La décision d’augmenter la production, prise lors d’une réunion virtuelle de l’alliance des 23 nations, est considérée comme un signe de volonté de l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe après des mois de pression de l’Occident pour faire face aux pénuries mondiales d’énergie aggravées par les sanctions occidentales contre la Russie .

Le président américain prévoit une visite en Arabie saoudite

Les diplomates américains travaillent depuis des semaines pour organiser la première visite de Joe Biden à Riyad après deux ans de relations tendues sur des désaccords sur les droits de l’homme, la guerre au Yémen et les livraisons d’armes américaines au royaume.

Les services de renseignement américains ont accusé le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, connu sous le nom de MbS, d’avoir toléré le meurtre en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, une accusation que le prince nie.

Mais la guerre a coloré les relations de la Maison Blanche avec les grands producteurs, car elle a recherché davantage d’approvisionnement auprès de pays comme l’Arabie saoudite et l’Iran, dont la production a été réduite par des sanctions de longue date qui pourraient être levées si un accord est conclu sur le nucléaire.

L’OPEP et ses alliés réévalueront la situation du marché lors d’une réunion ministérielle virtuelle le 30 juin 2022.

Avec Reuters et EFE