Economie

Microsoft rachète Activision Blizzard et devient la troisième société de jeux vidéo

Microsoft a annoncé ce mardi dans un communiqué le rachat du géant américain du jeu vidéo Activision Blizzard, leader du développement de jeux. Il s’agit d’une opération de 68 700 millions de dollars, qui fera de Microsoft la troisième société de jeux vidéo au monde en termes de chiffre d’affaires.

Ce mardi 18 janvier, Microsoft a annoncé son intention imminente de racheter le géant américain Activision Blizzard, leader du développement de jeux et éditeur de contenus de divertissement interactif. La transaction est évaluée à 68,7 milliards de dollars.

L’achat a été autorisé par les deux conseils d’administration, mais reste soumis à l’approbation des actionnaires d’Activision Blizzard et aux conditions de clôture habituelles. Suite à la transaction, qui est attendue en 2023, Microsoft deviendra la troisième plus grande société de jeux vidéo au monde, derrière Tencent et Sony.

Jouez à des jeux vidéo n’importe où

Microsoft prendra possession de certaines des franchises les plus puissantes de l’industrie telles que «Warcraft», «Diablo», «Overwatch», «Call of Duty» et «Candy Crush», ainsi que des championnats de jeux eSports. Cette acquisition permettra de développer davantage ces jeux et de les rendre plus sûrs, plus inclusifs et plus accessibles à tous, a déclaré Satya Nadella, président et PDG de Microsoft.

L’objectif est de permettre aux consommateurs de jouer où ils veulent, notamment grâce à la croissance de l’activité des jeux mobiles. Phil Spencer, PDG de Microsoft Gaming, a déclaré : « Ensemble, nous construirons un avenir où les gens pourront jouer aux jeux qu’ils veulent, pratiquement partout où ils veulent. »

Microsoft achète Activision alors que la société est secouée par une série de scandales il y a plusieurs mois. Bobby Kotick, PDG d’Activision Blizzard, a été accusé d’avoir ignoré ou dissimulé plusieurs cas d’agressions sexuelles contre des femmes et de discrimination fondée sur le sexe.

Il est également critiqué pour avoir autorisé des conditions de travail toxiques, ce qui a conduit à des protestations et à des démissions d’employés. Environ 20% des employés d’Activision Blizzard ont signé une pétition appelant à sa démission.

Bobby Kotick restera le PDG d’Activision Blizzard mais l’entreprise dépendra de Phil Spencer.

avec AFP