Première modification:

L'institution qui organise le Forum de Davos estime que dans 26 grandes économies étudiées, 85 millions d'emplois auront été perdus, mais 97 millions supplémentaires auront été générés dans les secteurs de l'intelligence artificielle et de la robotique.

À peine cinq ans suffiront aux robots pour faire la moitié du travail que les humains font aujourd'hui, est la conclusion d'une étude du Forum économique mondial (WEF) sur les conséquences de la pandémie sur le marché du travail.

Les robots détruiraient 85 millions d'emplois dans les moyennes et grandes entreprises dans au moins 15 industries, mais pourraient également en ajouter 97 millions dans des secteurs tels que l'intelligence artificielle ou la création de contenu.

Et est-ce que la crise sanitaire mondiale a accru l'intérêt pour l'adoption de la robotisation, selon une enquête menée auprès de 300 entreprises dans 26 économies.

Saadia Zahidi, directrice générale du Forum économique mondial, a déclaré que «les robots et les algorithmes fonctionneront comme des personnes. Cependant, cela ne signifie pas que de nouveaux emplois n'émergeront pas (…) Il y a de nouvelles tâches que seuls les humains peuvent accomplir ».

L'un des avantages, souligne Zahidi, est que pour les travailleurs désormais appelés «de première ligne» ou essentiels, il pourrait y avoir une pression salariale à la hausse, la pandémie rendant visible leur importance sur le marché du travail.

Environ 43% des entreprises interrogées étaient prêtes à réduire leurs effectifs en raison de l'intégration de la technologie, 41% prévoyaient d'élargir le recours aux sous-traitants et 34% prévoyaient d'augmenter leurs effectifs en raison de l'intégration de la technologie, selon l'analyse. .

Avec Reuters, EFE et AP