Culture

Les Latin Grammys décernent l’hymne des manifestations antigouvernementales à Cuba

Après une édition virtuelle l’année dernière, la grande fête de la musique latine est revenue avec une cérémonie marquée par les performances d’artistes cubains et le triomphe de la Colombie dans les récompenses.

Avec des vêtements blancs, des bougies et des guitares acoustiques, les Cubains Yotuel, Gente de Zona, Descemer Bueno et El Funky ont illuminé la scène des Latin Grammys 2021 à Las Vegas. « Cette chanson est dédiée à tous les prisonniers politiques de Cuba » a lancé le rappeur El Funky avant d’interpréter « Patria y Vida », dont l’un de ses auteurs, Maykel Castillo « Osorbo », est détenu à Cuba depuis mai. Après avoir remporté deux prix pour la meilleure chanson et la meilleure chanson urbaine de 2021, l’artiste cubain est devenu le premier prisonnier politique à être récompensé dans l’histoire de ces prix.

Un cri de liberté et de résistance

La chanson « Patria y Vida », qui interprète le slogan du régime de Fidel Castro « Patria o Muerte », existe depuis février mais est devenue un hymne scandé par les manifestants des marches nationales du 11 juillet dans les rues de Cuba. Une vague d’indignation contre la crise économique, les pénuries alimentaires et les restrictions aux libertés individuelles et collectives. Des groupes de défense des droits humains affirment que plus de 1 000 personnes ont été arrêtées et que des centaines d’entre elles sont toujours en prison après cette journée de protestation sans précédent sur l’île communiste. Le président cubain Miguel Díaz-Canel a réagi à la victoire des rappeurs cubains en déclarant que « la chanson est totalement un mensonge et une construction parmi certains artistes contre la révolution cubaine ».

« Ingobernable » de C. Tangana sur scène aux Latin Grammys 2021

« Ingobernable » de C. Tangana sur scène aux Latin Grammys 2021 © EFE / EPA / CAROLINE BREHMAN

Autres moments clés de la cérémonie

La représentation de « Patria y Vida » n’était pas le seul spectacle exceptionnel de la soirée. Avec la réplique de son concert « Tiny Desk » pour la radio américaine NPR, « El madrileño » et lauréat de trois gramophones d’or, C. Tangana a invité d’autres artistes présents à chanter avec lui sur « Ingobernable ». Une version unique de la chanson, avec Antonio Carmona, Diego del Morao, La Húngara, Jorge Drexler, Natalia Lafourcade, Omar Apollo et Nathy Peluso.

Le chanteur argentin qui a récemment collaboré avec C. Tangana sur le tube « Ateo » a également marqué la cérémonie. Nathy Peluso a reçu le prix du meilleur album alternatif pour « Calambre », et a partagé la scène des Grammys latins avec Nicki Nicole, Becky G, et l’américaine Christina Aguilera pour son premier tour depuis plus de 20 ans avec « Pa ‘Mi Muchachas » Et  » Nous ne sommes rien.  »

Un show puissant et énergique, à l’image de la prestation très applaudie de la mexicaine Danna Paola. Après avoir interprété « Calla Tú », une chanson qui parle d’expériences sexistes et de féminicides, son spectacle s’est clôturé par le message symbolique « NI UNA MENOS » projeté sur les écrans.

Après avoir été nominé Personnalité de l’année, la légende panaméenne Ruben Blades a couronné son succès avec le prix de l’album de l’année, la catégorie la plus importante de la cérémonie, pour « Salswing! » et le meilleur album de salsa pour « Salsa Plus! ». Une soirée spéciale pour le salsero qui a reçu un hommage émouvant du résident portoricain.

Les artistes colombiens reviennent avec une série de prix

Le chanteur et compositeur colombien Camilo a triomphé avec 4 prix, après être arrivé en tant que nominé maximum avec dix nominations. Les autres visages colombiens à cette cérémonie étaient Juliana Velásquez qui a remporté le prix du meilleur nouvel artiste, Karol G qui a remporté le Latin Grammy pour la meilleure performance Reguetón et Juanes qui a reçu le gramophone du meilleur album pop rock.

Camilo pose avec ses récompenses lors de la 22e cérémonie annuelle des Latin Grammy

Camilo pose avec ses récompenses lors de la 22e cérémonie annuelle des Latin Grammy © EFE / EPA / NINA PROMMER

Avec EFE, REUTERS et les médias locaux.