Première modification:

Les officiels de la NBA ont complètement suspendu la journée des éliminatoires du 26 août après que les membres des Milwaukee Bucks ne soient pas sortis pour jouer le cinquième match de la série contre les Orlando Magic. L'action des joueurs est présentée en soutien aux manifestations dans le Wisconsin pour ce qu'ils considèrent comme une action brutale de la police.

Par un communiqué, la NBA (considérée comme la meilleure ligue de basket-ball au monde) a annoncé la suspension de deux autres engagements au premier tour des «  playoffs '' qui devaient clôturer la journée le 26 août.

"Certaines choses sont plus importantes que le basket-ball. La position prise aujourd'hui par les joueurs et l'organisation montre que nous en avons assez. Ça suffit. Le changement doit se produire", a écrit Alex Lasry, propriétaire de Bucks, sur son compte Twitter. .

Et c'est que leurs joueurs mettent de côté une éventuelle victoire pour se qualifier pour la demi-finale de conférence pour s'impliquer dans ce qui se passe à Kenosha, une ville de l'état du Wisconsin, épicentre des manifestations après l'épisode violent dont Jacob Blake, un Citoyen afro-américain abattu par la police au milieu d'une opération et en mauvaise santé.

Quelques heures avant le match, l'entraîneur-chef des Bucks, Mike Budenholzer, avait fait part à la presse américaine de son inquiétude "sur le dérangement des joueurs dû aux incidents de Kenosha".

Le boycott intervient deux jours après que le garde du corps du groupe, George Hill, a parlé de l'incident et exprimé sa frustration face à ce qu'il considère comme une «injustice sociale».

"En premier lieu, nous n'aurions même pas dû venir dans ce foutu endroit, pour être honnête … Venir ici a enlevé tous les points focaux des problèmes", a déclaré Hill lors d'une vidéoconférence le 24 août.

Une ligue de stars contre le racisme

Depuis son retour de la paralysie de l'épidémie de Covid-19, la NBA est sous les projecteurs en raison de la flexibilité manifestée autour de la protestation sociale.

En ce sens, les autorités de la ligue ont permis aux joueurs de la bulle d'Orlando (domicile des playoffs) de porter des uniformes avec des messages sociaux, de s'agenouiller pendant l'hymne national, et sur le court (espace pour le match) vous pouvez lire l'expression «Black Lives Matter».

Cette situation a conduit le président américain, Donald Trump, à émettre une série de critiques contre la ligue, qu'il a accusée d'avoir permis les manifestations et a également accusé les joueurs en définissant s'agenouiller devant l'hymne comme une situation désagréable.

"S'agenouiller (pendant l'hymne national) a été horrible pour le basket-ball (…) Ils ont eu des cotes d'audience horribles, des chiffres très bas", a déclaré Trump sur 'Outkick the Coverage', une émission diffusée par le réseau américain 'Fox Sports' .

Les commentaires de Trump ont provoqué des réactions de plusieurs joueurs, dont LeBron James, attaquant des Lakers de Los Angeles, qui à l'époque soulignait que "nous ne voulons pas de Trump en spectateur".

Sur les réseaux sociaux, James a été l'un des joueurs les plus actifs après ce qui s'est passé avec Blake le 23 août.

La suspension du 26 août, qui marque une étape importante dans l'histoire de la ligue car c'est la première fois que la programmation est suspendue pour des raisons sociales, a généré une incertitude sur l'avenir du championnat au sein de la bulle d'Orlando.

Avec Reuters et AP