Sport

Novak Djokovic remporte son sixième Wimbledon et égale Federer et Nadal avec 20 tournois du Grand Chelem

Novak Djokovic poursuit sa formidable carrière en 2021. Le Serbe a remporté dimanche le tournoi de Wimbledon pour la sixième fois de sa carrière face à l’Italien Matteo Berrettini (6-7 (4), 6-4, 6-4, 6-3). Avec 20 victoires en Grand Chelem, il égale Roger Federer et Rafael Nadal.

J’avais rendez-vous avec l’histoire. Novak Djokovic ne l’avait pas caché : arrivé à Londres il y a deux semaines, son objectif était de triompher à nouveau sur la pelouse de Wimbledon et de rejoindre les deux autres titans, Roger Federer et Rafael Nadal. « C’est pourquoi je suis ici. C’est pourquoi je joue », se souvient-il après avoir remporté la demi-finale contre Denis Shapovalov.

Mission accomplie pour le Serbe ce dimanche 11 juillet. Contre Matteo Berrettini en finale, le numéro un mondial s’est imposé en quatre sets (6-7 (4), 6-4, 6-4, 6-3). Ici, il est basé sur un palmarès avec six couronnements à Wimbledon et donc maintenant 20 victoires en Grand Chelem. Comme Federer et Nadal, monstrueux.

La recrue Berrettini a boosté le champion du monde

S’il n’est pas le favori du public de Wimbledon, qui préfère Roger Federer, Novak Djokovic est au moins un habitué du court. Avant dimanche, il avait eu six finales à Londres, cinq victoires et une défaite.

Matteo Berrettini, 25 ans, est arrivé comme une comète sur le circuit. Après des débuts professionnels timides en 2015, l’Italien (1,96 mètre et 96 kilos) a cliqué il y a deux ans. Depuis lors, il s’est installé dans le top dix et a remporté sa victoire principale à la mi-juin au tournoi Queen. Une progression impressionnante, certes, mais incomparable avec la gigantesque carrière du « Djoker », de neuf ans son aîné.

Premier finaliste italien à Wimbledon, Matteo Berrettini a subi un retard de mise sous tension qui a fait craindre un match à sens unique. Novak Djokovic a pris les devants et a marqué deux points de set à 5-3. Mais la machine s’est arrêtée. Le gigantesque néophyte en a profité pour ramasser le score et remporter le premier tour du ‘tie break’, en 1h12 de jeu. Comme lors des quarts de finale de Roland Garros, Berrettini a pris un set en ‘nole’.

Un Djokovic impitoyable

Avec le soutien du public – qui sera sans doute moins fan de l’Italie dimanche soir pour la finale de l’Euro 2021 – et la victoire du premier tour, Matteo Berrettini avait le vent en poupe. Seulement ici, Novak Djokovic fait partie des adversaires les plus coriaces lorsqu’il est dos au mur. Le tenant du titre a rebondi, haussé la voix, mené 5-1 pour finalement remporter le deuxième set 6-4.

La suite de cette finale s’est jouée inexorablement. Sans être sensationnel, Djokovic a maintenu un niveau un cran au-dessus de celui de Berrettini, auteur de trop de fautes directes. Le troisième set est tombé entre leurs mains 6-4.

Impitoyable, le Serbe a annihilé toutes les tentatives de l’Italien de refaire surface et a empoché le quatrième et dernier set 6-3. Puis il s’est effondré sur le court avant d’essayer un brin d’herbe, comme il en a l’habitude.

* Cet article a été adapté de son original en français

gestioninclusive@gmail.com