Ecologie

Les hydrocarbures, un mal nécessaire pour la transition vers l’énergie verte

Alors que les dirigeants mondiaux recherchent un consensus pour prendre des mesures pour arrêter le réchauffement climatique et protéger l’environnement, les experts avertissent qu’il sera pratiquement impossible de mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles, la principale cause du changement climatique, du jour au lendemain.

A Aberdeen, connue comme la capitale pétrolière de l’Europe, située sur une pointe de la mer du Nord en Ecosse, vous pouvez voir la transition que l’industrie des hydrocarbures a commencée.

Le présent et ce qui pourrait être l’avenir cohabitent ici : l’énorme infrastructure pétrolière et les imposantes turbines à air installées en pleine mer qui produisent de l’énergie éolienne.

Pour protéger la planète, des sources d’énergie plus vertes sont nécessaires de toute urgence pour remplacer les actuelles, mais les experts interrogés par France 24 ont assuré que la dépendance d’un certain nombre d’industries et de citoyens vis-à-vis des hydrocarbures ferait que même à l’avenir une partie de ceux-ci est obligatoire.

Une plate-forme pétrolière en mer du Nord, à environ 100 milles à l'est d'Aberdeen, en Écosse, sur une photo du 24 février 2014
Une plate-forme pétrolière en mer du Nord, à environ 100 milles à l’est d’Aberdeen, en Écosse, sur une photo du 24 février 2014 Andy Buchanan POOL / AFP / Archives

Ils se souviennent que le pétrole et le gaz ne sont pas seulement utilisés pour produire de l’énergie, de l’essence pour tous les types d’avions et de véhicules ou pour chauffer les maisons en hiver, mais pour une myriade de produits et de biens de l’industrie pétrochimique.

« Nous aurons toujours besoin d’un certain degré d’hydrocarbures pour fabriquer du dentifrice, pour nos médicaments, pour fabriquer nos iPhones, pour fabriquer nos téléviseurs, pour les plastiques de nos voitures. Nous aurons besoin d’hydrocarbures », explique le directeur de l’Institut de la transition énergétique à Université Robert Gordon, Paul de Leeuw.

Les experts soulignent que le Royaume-Uni, bien qu’il produise des hydrocarbures, n’est pas autosuffisant. Actuellement, elle importe plus de 50 % du gaz dont elle a besoin.

« On ne peut pas fermer l’industrie pétrolière du jour au lendemain »

El gran objetivo de la cumbre COP26, que se celebrará en Glasgow, Reino Unido, entre finales de octubre y principios de noviembre, será pasar de los anuncios a los resultados, lo que significa adoptar medidas que reduzcan las emisiones de carbono y el uso de combustibles fossiles.

Cela passe nécessairement par convaincre tous les pays, notamment la Chine et l’Inde, de prendre des engagements concrets pour réduire leurs émissions, largement générées par l’industrie, malgré le fait que la Chine, pour sa part, se soit déjà fixé des objectifs ambitieux dans ce sens.

Mais les experts préviennent qu’une transition entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables sera plus que nécessaire.

« La réalité est que nous allons avoir besoin de pétrole et de gaz pendant des décennies car il n’y a pas d’alternative pour combler cette lacune », a déclaré Maggie McGinlay, directrice générale d’Energy Transition Zone (ETZ) en Écosse.

Le Royaume-Uni a l'intention de s'appuyer fortement sur l'éolien offshore dans le cadre de ses efforts pour atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050 pour l'aider à respecter ses engagements dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat.
Le Royaume-Uni a l’intention de s’appuyer fortement sur l’éolien offshore dans le cadre de ses efforts pour atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050 pour l’aider à respecter ses engagements dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat. Paul ELLIS AFP / Dossier

McGinlay ajoute que « cette transition doit être gérée, nous devons poursuivre la production de pétrole et de gaz alors que nous concentrons et accélérons les efforts pour déployer des turbines en mer pour développer l’hydrogène vert et bleu et développer la capacité de capture du carbone ».

Le Royaume-Uni toujours très dépendant du pétrole

Des organisations de protection de l’environnement, des scientifiques et des écologistes ont demandé au gouvernement britannique de ne pas continuer à accorder des licences pour l’extraction d’hydrocarbures récemment découverts dans des territoires vierges des eaux écossaises.

Actuellement, plus de 70 % de l’énergie primaire nécessaire au fonctionnement du pays, comme il le fait actuellement, provient du pétrole et du gaz.

« Ce qui s’est passé ces derniers jours, c’est qu’un certain nombre d’industries, ainsi que des ménages, dépendent du gaz en particulier et sont très avides de plus de gaz, donc si nous avons des gisements de gaz non développés, ne devrions-nous pas les développer ? ? « , demande le célèbre professeur d’économie pétrolière à l’université d’Aberdeen Alexander Kemp.

Ainsi, pour les experts consultés à Aberdeen, il ne fait aucun doute que l’exploration pétrolière et gazière doit continuer à être autorisée, mais de manière responsable, en utilisant toutes les technologies disponibles pour la rendre aussi respectueuse de l’environnement que possible.

« Si nous ne le produisons pas nous-mêmes, nous devrons l’importer », insiste de Leeuw.

De son côté, la directrice d’ETZ affirme qu’importer des hydrocarbures d’autres pays peut être contre-productif car leur transport lui-même générerait « une empreinte carbone plus importante en général et ce n’est pas bon pour l’environnement », souligne McGinlay.

Le passage à l’énergie verte, un objectif qui fait défaut

Maintenant que la transition des combustibles fossiles vers des combustibles plus propres et plus verts a commencé dans le monde, et Aberdeen en Écosse en est un exemple, les experts exigent que cette industrie développe rapidement des sources alternatives.

Ici à Aberdeen, l’industrie qui s’est engagée sur la voie plus verte a demandé au Premier ministre Boris Johnson d’approuver le projet de capture et de stockage du carbone pour le retirer de l’atmosphère ou avant qu’il ne l’atteigne et le stocker dans le sous-sol.

Dossier : ventilateur pour la production d'électricité à Ecoste-Saint-Maine, France.
Dossier : ventilateur pour la production d’électricité à Ecoste-Saint-Maine, France. © Reuters

La directrice d’Uplift, l’avocate environnementale Tessa Khan, dans une interview accordée à France 24, propose d’augmenter les investissements des gouvernements et des entreprises privées pour financer les sources d’énergie verte.

« Tous les engagements que le gouvernement (du Royaume-Uni) a pris jusqu’à présent sont loin de ses propres objectifs d’augmenter, par exemple, la production d’énergie éolienne en investissant dans la technologie de stockage », a déclaré Khan.

Qui ajoute que « si l’industrie des combustibles fossiles est vraiment sérieuse au sujet de la transition vers une industrie des énergies renouvelables, alors elle doit réduire ses actifs de combustibles fossiles existants et orienter tous ses investissements et dépenses vers les industries renouvelables et ils ne le font tout simplement pas. en ce moment », dit-il.

Les experts s’accordent à dire que pendant la transition, à l’avenir, un mélange d’énergies vertes et fossiles serait nécessaire.

La consommation citoyenne, parmi les principaux facteurs de transformation

Pour Alexander Kemp, la réduction des émissions est directement liée au comportement individuel de la société.

« La contribution aux émissions des producteurs est d’environ 3-4% des émissions totales du Royaume-Uni. Le reste vient de nous, les consommateurs, avec nos voitures, le chauffage et l’électricité dans nos maisons. C’est de là que vient l’énergie. grande pollution. Par conséquent, le L’accent devrait être mis sur la réduction de cette consommation, car cela aura un effet plus important sur la réduction des émissions. »

Les conversations des dirigeants et experts mondiaux pendant les deux semaines du sommet COP26, à Glasgow, à moins de trois heures d’Aberdeen, seront également couronnées de succès s’ils réussissent à adopter des politiques publiques favorisant l’implication individuelle dans la protection de la planète.