Ecologie

Les effets environnementaux laissés par le volcan Cumbre Vieja sur l’île de La Palma

L’une des conséquences des éruptions survenues sur cette île espagnole est la propagation du dioxyde de soufre vers l’Afrique et les Caraïbes. Un autre est le changement qui peut se produire dans la faune marine en raison de la lave qui est entrée en collision avec la mer.

Les tonnes de cendres que le volcan Cumbre Vieja a émises depuis le début des éruptions le 19 septembre ne sont pas le seul impact environnemental qu’il lui reste. L’un des effets les plus répandus est le dioxyde de soufre, qui est le gaz incolore libéré par le volcan.

D’une part, le dioxyde de soufre, ou SO2 par sa formule moléculaire, est utilisé pour calculer la quantité de magma émise par le volcan. Ainsi, si le SO2 diminue constamment, c’est une indication claire que les éruptions vont se terminer.

Mais les conséquences de ce gaz vont plus loin. L’Institut volcanique des îles Canaries (Involcan) estime que Cumbre Vieja a émis au moins 250 000 tonnes de dioxyde de carbone. Cette quantité est si importante qu’elle a atteint l’Afrique du Nord et les Caraïbes, plus précisément Porto Rico et la République dominicaine, comme détecté par le satellite Copernicus / Sentinel de l’Agence spatiale européenne.

Et c’est que le dioxyde de soufre a voyagé avec les mêmes courants d’air qui font que la poussière du Sahara atteint l’Amazonie pour devenir des nutriments, selon la Caribbean Astronomy Society.

À l’époque, le Département des ressources naturelles et environnementales (DNER) de Porto Rico considérait que l’air de l’île était malsain au passage du nuage de dioxyde de soufre. Si une personne est exposée à des quantités élevées de ce gaz et pendant une longue période, son système respiratoire pourrait s’enflammer et ses yeux pourraient s’irriter. Dans les écosystèmes, les dommages qu’il provoque sont qu’il dégrade la chlorophylle et réduit la photosynthèse, ce qui peut affecter d’innombrables espèces.

C’est pourquoi la production de dioxyde de soufre et de dioxyde de soufre est contrôlée, notamment lors de la combustion de carburants, qui est le plus gros producteur de ces gaz, même au-dessus des volcans.

D’autre part, des études ont montré que lorsque les volcans émettent de grandes quantités de dioxyde de carbone, cela contribue à réduire le réchauffement climatique. Par exemple, avec les 20 millions de tonnes de dioxyde de carbone émises par le volcan Pinatubo aux Philippines lors de son éruption de 1991, la terre s’est refroidie à environ 0,5 degré Celsius. Mais on estime que le SO2 émis par le volcan La Palma est encore trop faible pour avoir un effet similaire.

L’arrivée de lave en mer impacte les écosystèmes marins

Un autre des effets environnementaux les plus visibles laissés par le volcan pour l’instant s’est produit lorsque le magma a touché pour la première fois l’eau de mer, le 28 septembre, sur la plage de Los Guirres dans la municipalité de Tazacorte. La collision des températures entre les plus de 1 100 degrés des roches volcaniques et les près de 20 degrés de l’eau a fait que le magma s’est solidifié et est devenu un morceau de terre attaché à l’île. Ce terrain mesure pour l’instant environ 32 hectares. C’est ce qu’on appelle un delta de lave ou fajana, comme on l’appelle localement.

La lave du volcan Cumbre Vieja est entrée dans la mer par la plage de Los Guirres, sur l'île canarienne de La Palma.
La lave du volcan Cumbre Vieja est entrée dans la mer par la plage de Los Guirres, sur l’île canarienne de La Palma. ©France24

De plus, il y a eu un choc chimique qui a fait monter un nuage de dioxyde de carbone, d’acide carbonique et d’acide sulfurique qui se trouvait dans la lave, ajouté au chlorure de sodium du sel marin. Déjà dans l’eau, le magma provoque une augmentation du dioxyde de carbone et une diminution de l’oxygène, une combinaison qui peut être mortelle pour de nombreuses espèces.

Il est encore trop tôt pour savoir à quel point la lave de Cumbre Vieja a affecté les espèces marines des îles Canaries. Le navire Ramón Margalef de l’Institut espagnol d’océanographie a surveillé la situation depuis la mer et a collecté 500 litres d’eau pour analyser cela et d’autres effets possibles.

Cependant, il existe des indications sur ce qui peut arriver. D’une part, l’ONG Ben Magec Ecologistas En Acción a déclaré à RFI qu’une partie de la faune marine avait disparu quelques jours avant l’arrivée de la lave « comme si elle avait su que quelque chose allait se passer ».

A cela s’ajoutent des études comme celle menée par l’Institut d’océanographie et plusieurs universités espagnoles sur les conséquences de l’éruption en octobre 2011 du volcan sous-marin d’El Hierro, dans l’archipel des Canaries. L’analyse a révélé que le magma a perturbé l’écosystème marin, réduisant la biodiversité et provoquant une modification de la composition de certaines espèces. Bien que toutes les nouvelles ne soient pas négatives, car la lave a fait augmenter le phytoplancton.

Ce qui est certain, c’est que ce n’est qu’avec le temps que l’on saura avec certitude quelles conséquences les éruptions prolongées du volcan Cumbre Vieja auront sur la faune et les écosystèmes marins.