Ecologie

L’écume d’une rivière polluée en Colombie commence à disparaître

Le nuage de plus de cinq mètres de haut dans la rivière Bojacá, qui couvrait plusieurs maisons à Mosquera, n’est plus là. Cependant, les habitants de cette municipalité colombienne soutiennent que ce n’est pas la première fois que l’éventualité se produit et ils se plaignent de l’odeur fétide qui les affecte tout le temps en raison des eaux polluées qui se retrouvent dans les rivières Balsillas et Bogotá. A France 24 nous avons visité le site, situé en périphérie de la capitale, et voici ce que nous avons trouvé.

Une rivière avec une odeur d’œufs pourris et un peu d’écume. C’est la scène de la rivière Bojacá, dans le secteur Los Puentes de la municipalité colombienne de Mosquera. Bien que les eaux soient toujours contaminées, le nuage d’écume qui recouvrait les arbres et les murs des maisons voisines a disparu. Et c’est que le bureau du maire de Mosquera et la Corporation autonome régionale (CAR) de Cundinamarca, qui est l’entité environnementale en charge, ont travaillé pour le supprimer.

Au début, ils ont utilisé des camions de pompiers pour le diluer avec de l’eau. Mais, il a continué à apparaître. Et ils ont renforcé ces actions en supprimant les buchones, qui sont les plantes qui poussent sur la rivière. Lorsqu’elles sont excessives, elles enlèvent la lumière du soleil à l’eau et la laissent donc sans oxygénation, comme l’a expliqué Fabián Castillo, secrétaire à l’environnement de Mosquera, à France 24 en espagnol.

Le directeur du Laboratoire et de l’Innovation Environnementale de la CAR, Edwin García, a assuré à ce média que depuis avant que la mousse n’atteigne des niveaux jamais vus auparavant, ils retiraient déjà les buchones de l’embouchure de la rivière Balsillas vers le haut. Cette dernière se termine dans la rivière Bogotá, qui est la principale rivière de la capitale colombienne et qui traverse également 46 autres municipalités. Selon García, ils n’étaient qu’à 3 kilomètres d’atteindre le secteur de Los Puentes avec les travaux d’enlèvement, lorsque la mousse s’est accumulée.

Cependant, les habitants dénoncent que ce n’est pas la première fois que cette pointe de la rivière Bojacá accumule de l’écume. En fait, Luz Mariela Gómez, présidente du comité d’action communautaire de Los Puentes, a partagé avec France 24 en espagnol des photos qui montrent une situation similaire en 2016. Selon elle, les autorités n’ont pas retiré les buchones à cette occasion, malgré le fait que le nuage était gros. Et effectivement, ces plantes ressortent bien sur la photo.


Il s'agit de l'écume vue dans la rivière Bojacá, à Mosquera (Colombie) en 2016. Preuve que la contamination est venue d'il y a longtemps.
Il s’agit de l’écume vue dans la rivière Bojacá, à Mosquera (Colombie) en 2016. Preuve que la contamination est venue d’il y a longtemps. © Avec l’aimable autorisation de Luz Mariela Gómez

Flor Alba Rodríguez vit à quelques mètres de la rivière polluée. Il dit que lorsque la mousse touche la peau, les gens ont des démangeaisons. Tandis que les murs étaient graissés après que le nuage d’écume les ait recouverts. Et il ajoute que l’odeur de l’eau est si fétide que parfois elle ne les laisse pas dormir.

Après l’incident vécu fin avril, la CAR a prélevé des échantillons d’eau pour déterminer si la mousse était toxique ou non. García précise que les résultats ne sont pas encore prêts. Mais il maintient que la recommandation est que les gens n’y touchent pas.

Les causes de la contamination de la rivière Bojacá

Rodríguez et Gómez affirment qu’il y a quelques années, les autorités ont installé un tuyau qui déverse les eaux usées dans la rivière Bojacá et qu’à partir de ce moment, le courant a commencé à contaminer.

Mais la version officielle est différente. Le secrétaire à l’environnement affirme que depuis l’année dernière, une station d’épuration de Mosquera est pleinement opérationnelle et que cette station déverse ses déchets dans la rivière Subachoque, qui se trouve à moins d’un kilomètre de la rivière Bojacá et que, comme celle-ci, elle se jette dans la rivière Balsillas.

De plus, Fabián Castillo ajoute que l’une des raisons pour lesquelles la mousse est générée spécifiquement dans le secteur de Los Puentes est que là-bas, la rivière Bojacá a un saut hydraulique pour donner de la vitesse à l’écoulement avant qu’il n’atteigne la rivière Balsillas. Selon lui, la bosse contribue au moussage.


Sur la carte, vous pouvez voir le cours de la rivière Bojacá avant qu'elle ne se jette dans les rivières Balsillas et Bogotá, en Colombie.
Sur la carte, vous pouvez voir le cours de la rivière Bojacá avant qu’elle ne se jette dans les rivières Balsillas et Bogotá, en Colombie. ©France 24

Castillo et CAR ajoutent que la situation s’est aggravée en raison des saisons des pluies. Selon le secrétaire, trois fois plus de pluie est tombée fin avril qu’à la même période les années précédentes.

De son côté, la CAR précise qu’elle réalise des études de toutes les industries qui se trouvent sur les berges du fleuve, en amont, pour déterminer si les eaux qui se déversent dans le cours d’eau sont contaminées ou non. Et c’est qu’avant que le Bojacá n’atteigne Mosquera, il traverse deux autres municipalités industrielles importantes : Facatativá et Madrid.

Pour cette raison, le leader du Community Action Board n’hésite pas à défendre les près de 1 500 personnes qui vivent dans le secteur de Los Puentes. Elle dit qu’aucun d’eux ne pollue la rivière, mais que la pollution vient d’ailleurs et que ce sont eux qui souffrent des nuages ​​constants d’écume qui pourraient être toxiques.