La France

l’EMA n’a pas encore terminé ses recherches sur le vaccin AstraZeneca

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé qu’elle publierait un nouveau rapport les 7 ou 8 avril dans lequel elle se prononcera sur la sécurité des doses de la société pharmaceutique britannique face aux rapports de thrombus chez des patients inoculés avec le médicament. Par ailleurs, Paris a ouvert un nouveau «vaccinodrome» pour accélérer le processus de vaccination et en Colombie, ils ont décrété de nouvelles restrictions pour arrêter la flambée des infections.

L’enquête de l’Agence européenne des médicaments (EMA) « est en cours », a déclaré une source de l’entité à l’agence EFE. L’autorité de régulation examine s’il existe une relation entre le vaccin développé par AstraZeneca contre Covid-19 et les cas de caillots sanguins survenus chez certaines personnes ayant reçu le composé en Europe.

À ce jour, près de 132 millions de cas de Covid-19 ont été enregistrés dans le monde depuis le début de la pandémie, au moins 2,8 millions de personnes sont mortes et près de 75 millions se sont rétablies.

Voici quelques-unes des nouvelles de la pandémie de Covid-19 ce mardi 6 avril:

  • L’EMA présentera son rapport sur les vaccins AstraZeneca du 7 au 8 avril

Le comité d’évaluation des risques de pharmacovigilance (PRAC) de l’EMA a prévu des réunions du mardi 6 au vendredi 9 pour conclure son enquête sur les cas de thromboembolie après l’application du vaccin AstraZeneca. Un responsable de l’agence a déclaré à EFE que « dès qu’elle aura terminé son évaluation » de tous les rapports disponibles, « les conclusions seront communiquées » lors d’une conférence de presse.

Les informations contredisent ce qu’a déclaré Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale de l’EMA, qui a déclaré dans une interview avec un journal italien qu’il existe un lien «clair» entre les caillots et les doses d’AstraZeneca. «À mon avis, maintenant on peut le dire, il est clair qu’il y a une association avec le vaccin. Cependant, nous ne connaissons toujours pas les causes de cette réaction, a déclaré Cavaleri au journal «Il Messagero».

L’EMA a déclaré à plusieurs reprises que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportaient de loin sur les risques, tout en enquêtant sur 44 rapports faisant état d’une forme rare de coagulation dans le cerveau connue sous le nom de thrombose du sinus veineux cérébral (CVST). Environ 9,2 millions de personnes dans l’Espace économique européen ont reçu le vaccin, qui est également approuvé par l’OMS.

  • Des «  vaccins  » en France pour accélérer la vaccination

Le Stade de France, près de Paris, sera adapté en centre de vaccination contre Covid-19 pendant au moins six mois. Là, ils prévoient d’injecter au moins 10 000 doses par semaine. Le gouvernement français avait résisté à l’installation de méga centres de vaccination, mais face à l’urgence de masser la campagne, il a changé sa stratégie.

Premier jour de vaccination de masse au Stade de France à Saint-Denis, près de Paris, le 6 avril 2021.
Premier jour de vaccination de masse au Stade de France à Saint-Denis, près de Paris, le 6 avril 2021. © Gonzalo Fuentes / Reuters

D’ici à fin avril, 46 centres de vaccination de masse ouvriront dans toute la France et 15 sont déjà opérationnels. A Lyon, au stade de l’Olympique Lyonnais, ils s’injectent des vaccins depuis jeudi dernier et seront en campagne de vaccination tous les week-ends d’avril et mai. Comme dans de nombreux endroits, les pompiers y ont été formés pour délivrer les doses.

D’autres installations, telles que des hôpitaux militaires, sont mises à la disposition de la campagne. L’armée a pour objectif d’injecter 50 000 doses par semaine, en fonction du nombre de doses disponibles.

  • Restrictions de retour dans les principales villes de Colombie

Dans le pays sud-américain, la troisième vague d’infections est un fait et le gouvernement d’Iván Duque a suggéré des mesures pour les villes où le taux d’occupation des unités de soins intensifs est le plus élevé.

Ce mardi, à Bogotá, la capitale, la maire Claudia López a rétabli la restriction « pic et ID » pour limiter la circulation dans les établissements publics en fonction du dernier chiffre des pièces d’identité et de la date.


À Bogotá, les cas positifs et le taux d’occupation des unités de soins intensifs ont augmenté ces dernières semaines, et à ce jour, la ville a accumulé 694 715 infections et 14 506 décès.

Le maire a également annoncé qu’il y aura une quarantaine totale du samedi 10 avril au lundi.

Avec EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com