La France

La France active un cabinet de crise en raison d’une « sécheresse historique »

L’été 2022 en France « sera le plus sec que nous ayons connu », a prévenu le ministre de la Transition écologique et révélé qu’il y a plus d’une centaine de communes sans eau potable. 93 départements ont des restrictions d’eau, dont 62 sont considérés en crise. Pour faire face à l’urgence, le Premier ministre français a activé une cellule interministérielle pour coordonner les moyens de l’Etat face à cette période de « sécheresse exceptionnelle » que traverse le pays.

Face à la sécheresse « historique », la « plus grave jamais enregistrée » en France et à la veille d’une troisième canicule depuis le début de l’été, le Gouvernement a activé un cabinet de crise ce vendredi 5 août.

Depuis juin, le pays a gravement affecté ses bassins versants. L’ensemble de l’agglomération est sous surveillance et 62 des 93 départements sont en alerte rouge faute d’eau, « dépassant le record de 2019 où 88 départements avaient fait l’objet de mesures de restriction », rapporte le média local ‘TF1 Info’.

Dans une interview au média français ‘Franceinfo’, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a prévenu que «ce sera l’été le plus sec. Nous sommes dans une situation de crise que nous n’avons jamais connue avec 62 départements avec des arrêtés de crise. Il va falloir s’habituer à des épisodes de ce type », a-t-il déclaré.


Le responsable du portefeuille Ecologie a révélé qu’il y a « plus d’une centaine de communes en France qui ne disposent pas aujourd’hui d’eau potable et pour celles qui en ont, l’approvisionnement se fait par camion (citerne). »

Béchu a expliqué que « la cellule interministérielle de crise consiste à anticiper le pire et à espérer qu’il n’arrive pas ».

De son côté, la Première ministre, Élisabeth Borne, chargée d’activer la cellule interministérielle de crise (CIC) et pour qui l’épisode de sécheresse que connaît l’ensemble de la France métropolitaine est « historique », a demandé aux Français de « faire attention à la l’utilisation des ressources en eau », selon un communiqué du gouvernement.

Le premier ministre a souligné que cette sécheresse est la plus grave jamais enregistrée dans le pays. « L’absence de pluie est aggravée par l’accumulation de canicules successives qui renforcent l’évaporation et les besoins en eau », a-t-il expliqué.


L’activation de la cellule interministérielle sera chargée de « coordonner les mesures de sécurité civile nécessaires », telles que l’approvisionnement en eau des communes ou la livraison d’eau potable, et surveillera les répercussions de la sécheresse sur les industries les plus touchées : les infrastructures de production et de transport d’énergie, le secteur agricole et en particulier le secteur de l’élevage.

Les mesures du CIC pour faire face à la sécheresse

Des mesures restrictives ont été et seront prises lorsque cela sera nécessaire pour garantir des utilisations prioritaires pour la santé, la sécurité civile et l’approvisionnement en eau potable, ont indiqué des responsables.

Ces mesures restrictives peuvent toucher tous les secteurs non prioritaires, ainsi que les particuliers, a souligné Borne. Des agents de l’Office français de la biodiversité sont déjà déployés sur le territoire pour sensibiliser à ces mesures et sanctionner le cas échéant les infractions.

Ces mesures s’inscrivent dans la continuité de celles déjà prises depuis plusieurs mois par le Gouvernement pour anticiper au mieux cette situation. Les ministres avaient également mobilisé depuis le printemps les préfets (délégation du Gouvernement) coordonnateurs de bassin sur ce dossier afin d’anticiper l’entrée en vigueur de certains arrêtés pour tenter de minimiser la pression sur la ressource.

« Nous vivons une situation assez exceptionnelle, même si nous avons déjà connu des sécheresses ces dernières années », explique Marillys Macé, directrice générale du Centre d’information sur l’eau consultée par ‘TF1 Info’.

« La faute à un hiver particulièrement sec durant lequel les nappes n’ont pas été suffisamment rechargées avec de très faibles précipitations, ce qui conduit à un épisode de sécheresse précoce (…) Le changement climatique est là et son impact sur le cycle de l’eau il est déjà observable » , souligne Macé.

Le mois de juillet a battu tous les records de température

Selon le dernier bilan mensuel du Service météorologique national de Météo-France, depuis le 17 juillet « la sécheresse des sols superficiels (…) est la plus sévère jamais enregistrée, dépassant celle de 1976 ».


Il existe aussi des records de température comme le 18 juillet, désigné comme « la journée la plus chaude jamais enregistrée en France (…) avec une température maximale moyenne de 37,6 °C, soit 10,8 °C de plus que la normale ». Météo-France a également établi des records absolus de chaleur dans plusieurs villes, comme Rennes, en Ille-et-Vilaine, où il faisait 40,5 °C, ou Biscarrosse, dans le département des Landes, où le thermomètre indiquait 42,6 °C.

Les prévisions météorologiques indiquent, selon le gouvernement, que la situation de chaleur et de sécheresse pourrait durer les 15 prochains jours voire devenir plus préoccupante.

Avec EFE, France 24 dans les médias français et locaux