Sport

Le tour de qualification a défini sept qualifiés et les pots pour le tirage au sort Qatar 2022

Dans une définition épique, l’Afrique a dédouané ses cinq représentants en Coupe du monde en novembre après des rematchs où, hormis la victoire face au Maroc, le suspense a régné. Alors qu’en Europe, ils ont décidé de deux billets pour les éliminatoires, en Asie, le duel du troisième tour avant les éliminatoires a été fixé et en Amérique du Sud, ils ont réglé la demi-place. En l’absence de fermeture de la Concacaf et de l’Océanie, les coupes du tirage au sort de vendredi prochain ont été déterminées.

Dans un « super mardi » de football de l’équipe nationale où plus de 50 matchs ont été disputés dans le monde – bien que la moitié soient des matchs amicaux ou liés à d’autres compétitions -, la prochaine Coupe du monde a commencé à prendre forme après sept des 12 sièges restés vacants. .

Aussi, en l’absence de confirmation des deux billets Concacaf restants ce mercredi 30 mars, les détenteurs de billets pour le tirage au sort qui aura lieu vendredi prochain à Doha ont été définis.

En Amérique centrale, deux billets et demi seront répartis entre les États-Unis, le Mexique et le Costa Rica, avec un avantage pour les deux premiers. ‘Los yanquis’ rendra visite à ‘los ticos’ à San José et pour ne pas aller directement au Qatar, ils devraient perdre par pas moins de six buts d’écart, ce qui est peu probable.

De son côté, « les Aztèques » seront locaux face au Salvador pour couronner un parcours irrégulier. Un point suffira pour sceller le passage à la Coupe du monde et éviter le repêchage en juin face à un rival d’Océanie, qui sera également connu aujourd’hui après la finale des Éliminatoires entre les Îles Salomon et la Nouvelle-Zélande.

Lewandowski et Cristiano ont obtenu le passage aux dépens de Zlatan et du rêve normacedonio

Les deux barrages européens qui se sont joués dans cette fenêtre de mars ont eu des vainqueurs dans des matchs sans incertitude. Cependant, les assaisonnements extra-football n’étaient pas absents.

D’un côté, le Portugal des figures commandées par Cristiano Ronaldo devait faire le dernier pas face à l’humble Macédoine du Nord, bourreau de l’Italie dans la précédente instance. De l’autre, le Polonais Robert Lewandowski et le Suédois Zlatan Ibrahimovic devaient enchérir pour déterminer qui monterait dans l’avion et qui serait relégué à regarder la Coupe du monde à la télévision.

A Porto, les Portugais effacent l’incertitude que l’Italie n’arrive pas à lever et anéantissent l’espoir des Cédoniens normands à force d’autorité et de hiérarchie. Deux buts de Bruno Fernandes ont ouvert la voie à Qatar 2022.

Ce sera la cinquième Coupe du monde pour Cristiano, celle qui lui permettra d’atteindre un record que seuls quatre autres footballeurs – et bientôt Lionel Messi aussi – pourront détenir.

Dans le duel des artilleurs, celui qui l’a emporté était Lewandowski, l’un des joueurs du moment. Avec un but de lui et un autre de Piotr Zielinski, la Pologne a battu la Suède 2-0 sur la route. Ce sera une nouvelle opportunité pour l’attaquant du Bayern Munich de mener son équipe à un rôle digne dans une compétition majeure après n’avoir pas réussi le premier tour en Russie 2018 ou le dernier Championnat d’Europe.

L’Afrique abritait les émotions du jour

Les rematchs des cinq séries ont eu leur espace mardi dernier, où chacun a eu son assaisonnement, mais, après tout, les éliminations de Mohamed Salah en Egypte et de Riyad Mahrez en Algérie se démarquent.

Lors de la première manche, le Ghana s’est imposé dans sa rivalité contre le Nigeria lors d’un match nul 1-1 à Abuja. Après avoir égalisé sans but au match aller, les « Black Stars » ont éliminé les « Super Eagles » – un joueur historique des Coupes du monde – pour le but à l’extérieur.

Simultanément, aux JO de Diamniadio, le plat principal de la journée opposait le Sénégal de Sadio Mané à l’Egypte de Salah, répétant la finale de la Coupe d’Afrique des Nations disputée il y a tout juste un mois, mais cette fois avec un billet pour la Coupe du Monde en guise de prix.

Les « Pharaons » ont dû défendre le 1-0 obtenu au Caire cinq jours plus tôt grâce au but contre Saliou Ciss, mais seulement quatre minutes dans le but contre son camp d’Hamdi Fathi ont égalisé la série.

Les Égyptiens ont combattu le talent des « Lions de la Teranga », mais c’est finalement le gardien Mohamed El-Shenawy qui a arrêté le siège sénégalais. Après 120 minutes sans inégalité de la série, une nouvelle fois ils ont dû aller aux tirs au but comme lors de la finale de Yaoundé.

Deux tirs déviés chacun – dont un de Salah – ont fait monter la tension dans le stade. Mais l’arrêt d’Édouard Mendy sur Mostafa Mohamed a permis à Mané d’exécuter le tir décisif pour redevenir le héros et ruiner le rêve égyptien pour la deuxième fois en deux mois.

Au tour suivant, à Casablanca, le Maroc n’a eu aucun mal à éliminer la République démocratique du Congo 4-1 (ils avaient fait égalité 1-1 lors du premier match). Pendant ce temps, à Radès, la Tunisie a terminé sans but contre le Mali et s’est qualifiée grâce à une victoire 1-0 au match aller.

L’émotion de la fin des éliminatoires était à Blida, où le Cameroun revenait deux fois de l’arrière face à l’Algérie, qui s’était imposée 1-0 à Douala lors du premier match. Eric Choupo-Moting à 22 minutes a fait match nul dans la série et l’a poussé en prolongation.

Après que le gardien André Onana ait été la figure et avec un but controversé annulé Islam Slimani, c’est Ahmed Touba à 119 ans qui a établi le 1-1 pour les Algériens. Cependant, Karl Toko Ekambi à la quatrième minute d’addition a donné le classement aux ‘Lions Indomptables’.

Le Pérou s’est retrouvé avec le carré sud-américain moyen

Les « Blanquirroja » ont pris le relais avec joie mardi après avoir battu le Paraguay 2-0 pour remporter le quota de repêchage qui se jouera en juin contre le vainqueur du troisième tour de l’AFC : l’Australie ou les Emirats Arabes Unis, qui se sont qualifiés hier pour cette instance. après avoir battu la Corée du Sud qualifiée par le minimum.

Gianluca Lapadula, après cinq minutes, a éradiqué toute possibilité d’émotion lors de la dernière journée de la CONMEBOL. Quelques instants après la fin de la première étape, Yoshimar Yotún a terminé l’histoire à Lima.


Dans ce panorama, le Chili a été éliminé pour la deuxième fois consécutive, non sans ajouter une nouvelle frustration. A Santiago, ils sont tombés 2-0 face à l’Uruguay. Pendant ce temps, à Ciudad de Guayana, la Colombie -l’autre candidate- a fait ses devoirs en battant le Venezuela 1-0, mais cela n’a pas suffi.

Sans enjeu, le Brésil n’a pas levé le pied de l’accélérateur et a écrasé la Bolivie 4-0 à La Paz ; tandis que l’Argentine et l’Équateur ont fait un match nul 1-1 ennuyeux. La ‘Verdeamarelha’ et l »Albiceleste’ n’ont pas terminé les Éliminatoires puisque le match entre eux est en suspens à la sixième date qui a été reportée, mais où seul l’honneur sera en jeu.

Le bolillero est prêt pour le tirage

Avec la victoire du Portugal, les « têtes de série » pour Qatar 2022 ont été confirmées. Les Portugais rejoignent le Qatar – pour être l’hôte -, la Belgique, le Brésil, la France, l’Argentine, l’Angleterre et l’Espagne.

Au second ciboire, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et l’Uruguay sont les candidats de poids pour former « le groupe de la mort ». Il y aura aussi la Croatie, la Suisse, les Etats-Unis et le Mexique, lorsque ces deux derniers assureront leur passage.

Dans le troisième se trouvent l’Iran, le Japon, la Serbie, le Canada, la Corée du Sud, le Sénégal, la Pologne et le Maroc. Alors que dans le dernier se trouvent l’Arabie saoudite, l’Équateur, le Ghana, la Tunisie, le Cameroun et les trois places encore vacantes en attendant les éliminatoires entre Conmebol-AFC, Concacaf-OFC et la clé européenne qui attend le Pays de Galles pour le vainqueur de l’Écosse- Ukraine.