La France

Le Pen dit qu’elle ne s’inquiète pas de l’éventuelle candidature d’Eric Zemmour

La dirigeante d’extrême droite française Marine Le Pen a assuré ce samedi qu’elle n’était « pas du tout inquiète » de l’éventuelle candidature du journaliste Eric Zemmour après qu’un sondage l’ait placé cette semaine devant Le Pen en intention de vote.

« On sait très bien qu’on ne peut pas vraiment mesurer l’opinion des Français », a déclaré Le Pen dans une interview à la télévision BFMTV dans laquelle il a affirmé qu’il n’était « pas du tout inquiet » de la présence de Zemmour.

« Les élections présidentielles, c’est dans six mois. Six mois, c’est une longue période. Une campagne présidentielle est vraiment un marathon qui demande des encouragements, du courage, être en forme », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, Le Pen a indiqué qu’il ne voit pas « la valeur ajoutée que cela apporte à mon projet dans le domaine de l’immigration ». « Nous avons sans doute des divergences sur le plan économique et social. Il s’aligne sur des positions libérales un peu plus traditionnelles », a-t-il souligné.

« Je crois sérieusement que je serai au second tour de cette élection présidentielle et je crois même que je vais gagner », a confirmé le leader du Groupe national.

L’ascension politique fulgurante du journaliste Eric Zemmour, connu pour ses positions ultra-conservatrices, a provoqué un séisme dans la politique française. Bien qu’il ne soit pas encore candidat officiel, le nom de Zemmour est déjà une constante dans tous les sondages publiés en France pour la présidentielle de 2022, pour lesquels l’actuel chef de l’Etat, Emmanuel Macron, figurait comme favoris, et Le Pen elle-même.

Un sondage du cabinet Harris pour le magazine ‘Challenges’ publié mercredi dernier place Macron clairement en vue, avec une intention de vote de 24%. Contrairement à ce qu’il avait été jusqu’ici, son rival au second tour ne serait plus Le Pen, qui dégringole à 15 %, mais Zemmour, en hausse de 17 %.

Sur le reste des candidats potentiels, seul Jean-Luc Mélenchon, de France Insoumise, dépasse les 10 % – notamment 11 % – tandis que la socialiste Anne Hidalgo, maire de Paris, et l’écologiste Yannick Jadot, figurent à égalité avec 6 %.