Economie

Le chômage au Royaume-Uni tombe à 4,3 % ; les postes vacants restent à un niveau record

Les données officielles publiées par l’Office for National Statistics du Royaume-Uni ont montré mardi 16 novembre que le taux de chômage avait baissé plus que prévu au cours des trois mois se terminant en septembre et qu’il était à son plus bas niveau depuis juillet 2020.

Les chiffres officiels ont montré que l’expiration en septembre du programme de soutien des salaires du gouvernement britannique aux travailleurs n’a pas encore conduit à la redoutable augmentation du chômage.

Selon le bureau des statistiques du Royaume-Uni, le taux de chômage est tombé de manière inattendue à 4,3% au cours des trois mois se terminant en septembre, contre le précédent record de 4,5%.

Plus tôt ce mois-ci, la Banque d’Angleterre s’est abstenue de devenir la première grande banque centrale parmi les grands pays industrialisés à augmenter les taux d’intérêt depuis le début de la pandémie.

Il s’agit d’une mesure utilisée pour freiner la hausse des prix à la consommation. Mais à ce moment-là, cela ne s’est pas concrétisé en raison des craintes que la fin du programme salarial ne déclenche un nouveau chômage.

Des travailleurs traversent la gare de London Bridge à Londres, en Grande-Bretagne, le 8 septembre 2021.

Des travailleurs traversent la gare de London Bridge à Londres, en Grande-Bretagne, le 8 septembre 2021. REUTERS – TOBY MELVILLE

Pendant une grande partie de la vie du programme, le gouvernement a payé 80 % des salaires des employés qui étaient incapables de travailler en raison de restrictions économiques. À son apogée, il a aidé à soutenir plus de 11 millions de personnes, un nombre qui est finalement tombé à un peu plus d’un million.

Moins de chômage, mais plus de postes vacants

Phénomène presque paradoxal, les données de mardi ont également montré que les postes vacants ont atteint un sommet historique de 1,2 million au cours des trois mois se terminant en octobre, soit près de 400 000 de plus qu’avant la pandémie.

Les employeurs de certains secteurs, tels que la transformation des aliments et le transport routier, affirment que les restrictions imposées aux travailleurs de l’Union européenne après le Brexit les empêchent de pourvoir leur emploi.

Fin septembre, le gouvernement de Boris Johnson a été contraint de délivrer des milliers de visas de travail temporaires pour combler un important déficit de chauffeurs de pétroliers ainsi que de bouchers dans les usines de transformation.

Avec Reuters et AP