Economie

Les États-Unis obligeraient les compagnies aériennes à rembourser les passagers en cas de retard

La mesure annoncée cette semaine obligerait les compagnies aériennes à rembourser les passagers si leur heure de départ ou d’arrivée change de trois heures ou plus dans le cas d’un vol domestique, ou d’au moins six heures dans le cas d’un vol domestique international.

La règle annoncée mercredi mettrait les compagnies aériennes dans une impasse, les obligeant à rembourser les passagers si leur heure de départ ou d’arrivée change de trois heures ou plus dans le cas d’un vol intérieur, et d’au moins six heures dans le cas d’un vol intérieur. vol d’un vol international.

Un autre facteur pour que les entreprises remboursent leur argent est si la compagnie aérienne modifie l’aéroport de départ ou d’arrivée du passager, ajoute des escales à son itinéraire ou provoque « une diminution significative » de l’expérience de voyage en changeant le type d’avion.

La nouvelle règle s’appliquerait aux voyageurs qui achètent des billets non remboursables, qui coûtent généralement moins cher et sont préférés par de nombreuses personnes.

Le ministère des Transports a été submergé de plaintes de passagers dont les vols ont été annulés ou modifiés, dont beaucoup avaient peur de voler pendant les premiers mois de la pandémie et qui n’ont pas pu obtenir de remboursement.

Les compagnies aériennes préfèrent régulièrement donner des bons de voyage au lieu de remboursements.


Le département américain des Transports propose d'étendre les protections pour les voyageurs aériens qui demandent un remboursement pour les vols annulés à la suite de perturbations massives il y a deux ans.
Le département américain des Transports propose d’étendre les protections pour les voyageurs aériens qui demandent un remboursement pour les vols annulés à la suite de perturbations massives il y a deux ans. ©France 24

Les autorités vont désormais exiger des compagnies aériennes et des agences de billetterie qu’elles remettent des bons non périmés aux passagers, même ceux qui n’ont pas été remboursés pour des raisons de santé ou parce que les frontières ont été fermées pendant la pandémie.

La proposition passe maintenant à une période de consultation publique et à l’opposition probable des compagnies aériennes. Son groupe commercial, Airlines for America, n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Actuellement, les compagnies aériennes sont tenues d’offrir des remboursements aux passagers dont les vols sont annulés ou modifiés de manière significative, mais les deux termes n’ont jamais été définis et sont gérés à la discrétion de la compagnie aérienne. Pour cette raison, les entreprises ont mis en doute l’autorité du ministère des Transports pour les forcer à payer des remboursements.

« Lorsque les Américains achètent un billet d’avion, ils doivent arriver à destination de manière sûre, fiable et abordable », a déclaré le secrétaire aux Transports Pete Buttigieg dans un communiqué.

« Cette nouvelle règle proposée protégerait les droits des voyageurs et aiderait à garantir qu’ils reçoivent les remboursements opportuns qu’ils méritent de la part des compagnies aériennes », a-t-il ajouté.

Les plaintes des consommateurs déposées auprès du Département ont été multipliées par près de sept en 2020 par rapport à l’année précédente, et 87 % concernaient des remboursements.

Un groupe qui conseille le Département et comprend des défenseurs des consommateurs a prévu une réunion en ligne pour discuter de la règle le 22 août.

avec PA