Economie

Air France-KLM recevra de l'État français un plan d'aide historique de 7 000 millions d'euros

Première modification: Dernière modification:

Alors que l'industrie du transport aérien peine à survivre à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, qui a considérablement réduit le trafic de passagers dans le monde, le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé que la France fournirait un " soutien historique "pour sauver la compagnie aérienne.

Avec la crise économique causée par l'épidémie de pandémie du nouveau coronavirus Covid-19, les compagnies aériennes sont plongées dans un paysage turbulent en raison du manque de trafic aérien. Les pertes économiques montent en flèche et face à ce drame financier, les grandes compagnies aériennes mondiales, ainsi que les compagnies aériennes à bas prix, prennent des mesures pour endiguer la récession.

Ce 24 avril, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué sur la chaîne de télévision «TF1» que le groupe Air France-KLM bénéficiera d'un «soutien historique» de 7 000 millions d'euros de l'Etat français. Le Maire a expliqué qu'il émettra 3 000 millions d'euros de prêts, ainsi que des garanties de 90% sur 4 000 millions de prêts bancaires supplémentaires à Air France.

Le Maire a souligné que c'est la première fois que l'Etat apporte "un soutien aussi important" mais a souligné qu'il s'agit autant d'une question d'indépendance que de préservation de l'emploi ", car derrière lui se trouve toute la filiale aéronautique". L'Etat, qui détient 14% du capital, a posé des conditions de rentabilité, "car c'est l'argent des Français et il faut qu'Air France fasse un effort," aussi écologique, avec l'intention que cette société "devienne dans le plus respectueux de la planète avec l'environnement ".

En outre, le gouvernement des Pays-Bas a déclaré qu'il préparait une aide supplémentaire de 2 à 4 milliards d'euros pour KLM, qui depuis 2004 a établi avec Air France l'un des principaux groupes européens du secteur du transport aérien.

Image d'archive de deux avions, l'un d'Air France et l'autre de KLM, à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol à Amsterdam, Pays-Bas, le 7 mai 2018
Image d'archive de deux avions, l'un d'Air France et l'autre de KLM, à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol à Amsterdam, Pays-Bas, le 7 mai 2018 © Robin Utrecht / ANP / AFP

Le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, a donné un briefing une heure après son homologue français pour annoncer que l'aide de KLM était toujours en attente d'approbation, disant qu'il y aurait une "conversation" entre les actionnaires au sujet d'une future augmentation de capital. .

"Nous avons répété à plusieurs reprises qu'en tant que gouvernement, nous ferons tout notre possible pour aider KLM à surmonter cette crise", a déclaré Hoekstra, citant son "rôle vital" dans l'économie des Pays-Bas. Le ministre a déclaré que s'il était approuvé, le soutien serait assorti de conditions. "C'est de l'argent de nous tous et cela signifie que nous demanderons quelque chose en retour."

Les aides d'État aux compagnies aériennes ne sont pas des «chèques en blanc»

Les compagnies aériennes partenaires négocient depuis des semaines avec leurs gouvernements respectifs, car les compagnies aériennes du monde entier s'effondrent ou demandent des renflouements d'État, et elles ont obtenu ce formidable soutien financier.

Dans un message vidéo envoyé au personnel d'Air France-KLM, le directeur général de la compagnie, Benjamin Smith, a déclaré que l'aide "n'était pas un chèque en blanc" et nécessiterait une action sévère sur les coûts et les performances ".

L'entreprise n'aurait plus de liquidités "dans un avenir très proche" sans cette aide, a déclaré Smith, qui a également promis que l'entreprise "reconsidérerait immédiatement notre modèle" pour rester compétitive une fois que les mesures de confinement des virus commenceraient à permettre plus de voyages en avion.

Benjamin Smith, actuel PDG ou PDG du groupe Air France-KLM. Photo de fichier prise le 2 juin 2016 à Dublin, Irlande.
Benjamin Smith, actuel PDG ou PDG du groupe Air France-KLM. Photo de fichier prise le 2 juin 2016 à Dublin, Irlande. © Clodagh Kilcoyne / Reuters

Smith a annoncé le mois dernier qu'il démissionnerait de son bonus cette année et réduirait son salaire de 25%, et le PDG de KLM, Pieter Elbers, a annoncé plus tôt cette semaine qu'il démissionnerait de 20% de son salaire cette année alors que la compagnie aérienne se débattait. pour leur survie.

Toutes les grandes compagnies aériennes américaines ont atteint des milliards de subventions et de prêts avec le Département du Trésor pour les aider à couvrir leurs charges salariales jusqu'en septembre. D'autres grandes compagnies aériennes, dont la Lufthansa en Allemagne, négocient des accords d'aide gouvernementale alors qu'elles luttent avec la fermeture des voyages aériens et une profonde incertitude quant aux perspectives de reprise une fois la pandémie apaisée.

Le coronavirus a non seulement imposé des restrictions gouvernementales aux voyages, mais il a alimenté la peur parmi le public d'être piégé dans un avion tout en partageant de l'air recyclé avec des personnes susceptibles d'être infectées. Les compagnies aériennes dépensent plus en remboursements qu'elles n'en gagnent sur les nouvelles réservations, et les dirigeants des compagnies aériennes affirment que leurs sociétés pourraient mettre des années à se rétablir.

L'Etat français apportera également son soutien à Renault, car "notre industrie automobile est en jeu"

Le Maire a ajouté que les 5 milliards d'euros prévus pour le constructeur automobile Renault sont toujours en négociation, mais a précisé que dans ce cas il s'agirait d'un prêt garanti par l'État, qui détient 15% du capital: "Notre industrie est en jeu." de la voiture ", a déclaré le représentant du gouvernement, qui a indiqué qu'il existe un million d'emplois liés à ce groupe sur l'ensemble du territoire.

Renault a précisé qu'il réduisait sa structure de coûts pour contenir la perte de plus de 5 milliards d'euros de trésorerie qu'il avait enregistrée au premier trimestre 2020, lorsque son chiffre d'affaires avait baissé de 19,2% par rapport à la même période de l'année précédente.

Le ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, devant le palais de l'Élysée à Paris, France le 24 avril 2020.
Le ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, devant le palais de l'Élysée à Paris, France le 24 avril 2020. © Ludovic Marin / Pool via Reuters

Cette crise, selon Le Maire, est "historique", et depuis le début de l'épidémie de mars, elle a déjà fait plus de 22 000 morts en France, dont près de 14 000 enregistrés dans les hôpitaux et environ 8 500 dans les maisons de repos. et les centres de dépendance.

Aujourd'hui, à peine 5% du programme de vols habituel d'Air France fonctionne, surtout pour garantir les principales routes nationales (liaisons de Paris à Nice, Marseille, Toulouse ou vers les principales destinations d'outre-mer).

Avec Reuters, AP et EFE