MADRID, 1er décembre (EUROPA PRESS) –

Le Premier ministre du Burkina Faso, Apollinaire Kyelem de Tambela, a accusé vendredi la France d’être à l’origine de plusieurs tentatives de coup d’État contre les autorités de transition mises en place dans le pays après les émeutes militaires de 2022.

Ainsi, a-t-il déclaré, « récemment, les coups d’État contre les autorités de transition au Burkina Faso ont été parrainés par le gouvernement français », qu’il a également accusé d' »instigateur » du terrorisme qui secoue la région du Sahel depuis des années.

« Le terrorisme au Sahel a été principalement incité par le gouvernement français contre les États du Sahel dans le but de prendre le contrôle direct de ces territoires », a-t-il déclaré, selon l’agence de presse étatique burkinabè AIB.

Le Burkina Faso a globalement connu une augmentation significative de l’insécurité depuis 2015, avec des attaques perpétrées à la fois par la filiale d’Al-Qaïda et par l’État islamique, qui ont provoqué une vague de personnes déplacées et de réfugiés vers d’autres pays de la région.

La junte militaire burkinabè, dirigée par Ibrahim Traoré depuis septembre 2022, a adopté une position très critique envers les partenaires occidentaux, notamment la France. En effet, l’opération militaire française s’est officiellement achevée en février après l’extinction d’un accord signé entre les deux pays pour lutter contre le jihadisme au Sahel, tandis qu’en septembre De Tambela avait qualifié le président français de « chef de guerre » Emmanuel Macron.

A lire également