Economie

La Russie coupe l’approvisionnement en gaz de la Pologne et de la Bulgarie pour avoir refusé de payer en roubles

Les deux gouvernements, membres de l’Union européenne et de l’OTAN, ont confirmé que la société énergétique semi-étatique russe Gazprom leur avait notifié qu’elle couperait l’approvisionnement en gaz à partir du mercredi 27 avril.

Moscou a mis sa menace à exécution. Des responsables polonais et bulgares ont confirmé que la Russie avait décidé de couper l’approvisionnement en gaz naturel des deux pays européens après avoir refusé de payer leurs approvisionnements en roubles russes, une demande du président Vladimir Poutine à la suite des sanctions occidentales.

Le président russe a déjà menacé le mois dernier que les acheteurs étrangers « inamicaux », comme il appelle les pays qui ont imposé des sanctions après l’invasion de l’Ukraine, devraient payer l’entreprise publique Gazprom en roubles au lieu de dollars et d’euros. Jusqu’à présent, aucun pays n’a accepté, sauf la Hongrie de Viktor Orban, un ami personnel de Poutine.


Le logo Gazprom sur un immeuble du centre-ville de Saint-Pétersbourg, en Russie, le 31 mars 2022.
Le logo Gazprom sur un immeuble du centre-ville de Saint-Pétersbourg, en Russie, le 31 mars 2022. © Reuters (archives)

Si la menace qui pèse sur le reste des pays fournisseurs de gaz se réalise, Poutine pourrait provoquer un cauchemar économique pour l’Europe, générant une augmentation des prix du gaz et un éventuel rationnement de l’énergie. Des pays comme l’Allemagne sont vulnérables en raison de leur forte dépendance au gaz russe, même si cette décision porterait un nouveau coup à l’économie russe, battue en brèche par les sanctions du bloc occidental.

La Pologne a déclaré qu’elle était prête pour ce moment, en diversifiant ses fournisseurs et en fournissant 76 %. Ce pays est un allié de l’Occident dans la guerre d’Ukraine. Les armes que les États-Unis et d’autres nations occidentales fournissent au pays dirigé par Volodímir Zelenski passent par là.

La Pologne reçoit environ 9 milliards de mètres cubes de gaz russe par an, ce qui permet de couvrir environ 45 % des besoins du pays.

La Bulgarie cherche à diversifier ses importations de gaz

De son côté, la Bulgarie, ancienne alliée de Moscou, a rompu ses liens anciens avec la Russie après l’arrivée au pouvoir d’un libéral et après l’invasion russe de l’Ukraine. Bien que le pays se soit limité à fournir une aide humanitaire et un soutien aux sanctions, le Premier ministre Kiril Petkov et les membres de son administration de coalition se rendent mercredi à Kiev pour des entretiens avec des responsables ukrainiens sur la possibilité d’une aide supplémentaire au pays.

La Bulgarie a déclaré que payer en roubles représentait des risques pour son pays et qu’elle travaillait avec les compagnies gazières publiques pour attirer de nouveaux fournisseurs afin de remplacer les approvisionnements qu’elle reçoit de la Russie. Pour l’instant, ils n’envisagent pas de réductions ou de restrictions sur la consommation de gaz.

L’Europe est un important importateur de gaz naturel russe, pour chauffer les maisons, produire de l’électricité et alimenter l’industrie. Les importations se poursuivent malgré la guerre en Ukraine. 60% des importations sont payées en euros, et le reste en dollars.

Les États-Unis veulent demander de l’aide à l’Asie

Jen Psaki, attachée de presse de la Maison Blanche, a déclaré que les États-Unis avaient déjà envisagé cette mesure de la Russie « en prévision de la possibilité que cela se produise ou d’une diminution » du gaz « qu’ils fournissent ».

« Une partie de cela a été de demander à certains pays d’Asie qui ont une offre excédentaire de l’approvisionner en Europe. Nous l’avons fait dans certains cas, et cela a été un effort continu », a ajouté Psaki.

L’Union européenne a promis de ne pas répondre à la demande en rouble, arguant qu’elle viole les termes des contrats et ses sanctions contre la Russie.

Avec les informations AP