Economie

L’âge d’or de la grande technologie est-il révolu ?

Au plus fort de la pandémie de Covid-19, les multinationales de la technologie ont bénéficié de revenus et de bénéfices exceptionnels, mais au deuxième trimestre de cette année, la production a commencé à ralentir au milieu des craintes d’une récession.

Depuis le début de l’année 2020, les annonceurs misent sur les plateformes technologiques, profitant des millions de consommateurs coincés chez eux. Deux ans plus tard, le phénomène a commencé à se dissiper.

Les craintes croissantes de récession ont incité le marché de la publicité numérique à renoncer à ses paris, ce qui a alimenté l’industrie qui a dominé Wall Street au cours de la dernière décennie.

L’éventail de nouveaux défis auxquels l’économie, et en particulier l’industrie, est confrontée, a déjà fait plonger l’indice composite Nasdaq axé sur la technologie de près d’un tiers jusqu’à présent cette année.

Objectif de faible revenu pour la première fois de l’histoire

Alors que bon nombre des soi-disant «Big Techs» continuent d’afficher de bons revenus et bénéfices, ils ne répondent pas aux attentes du marché. Certains ont même commencé à ralentir le rythme des embauches.

La maison-mère de Facebook et Instagram a légèrement réduit ses revenus au deuxième trimestre 2022, entraînée non seulement par la crise des annonceurs mais aussi par la concurrence intense de son rival TikTok.

Les revenus de 28,82 milliards de dollars étaient inférieurs de 1% à ceux de 29,08 milliards de dollars au même trimestre il y a un an. Ses revenus ont chuté de 36% à 6,7 milliards de dollars.

La mauvaise heure des poids lourds de Wall Street

Méta n’est pas seul. Le ralentissement du marché de la publicité numérique affecte également des concurrents tels que Google, Twitter ou encore Snapchat, qui ont vu leurs revenus baisser.

Apple, Microsoft, Alphabet et Amazon, qui représentent ensemble près d’un quart du poids de l’indice de référence Standard & Poor’s 500, ont également ressenti l’impact des vents de la crise.


.
. ©France 24

Alphabet, la société mère de Google, a connu sa croissance la plus lente en deux ans, tandis qu’Apple a réduit son bénéfice trimestriel de 10%, affecté par la fermeture d’usines d’iPhone et d’autres produits en Chine au milieu de nouvelles épidémies de Covid-19. .

Les revenus de Microsoft, qui s’appuie sur les licences pour son système d’exploitation Windows, ont augmenté de 12% sur le trimestre, un résultat qui serait très convoité ailleurs mais déçu à Wall Street.

L’entreprise a également souffert des fermetures en Chine, de la détérioration du marché des ordinateurs personnels et même du renforcement du dollar, qui rend ses produits plus chers.

Twitter a vu ses revenus et ses bénéfices baisser et l’a imputé à l’incertitude associée à la vente jusqu’ici infructueuse au milliardaire Elon Musk.

Avec Reuters et AP