Première modification: Dernière modification:

Cette année a été marquée par de nombreux projets et espoirs pour le monde environnemental: en 2020, la décennie d'action pour le développement durable et le changement climatique a commencé. En outre, les yeux étaient tournés vers le sommet des Nations Unies sur le changement climatique en Écosse. Et en octobre, le sommet mondial sur la biodiversité devait se tenir pour voir comment transformer la relation entre les humains et les écosystèmes. Tout cela a dû être reporté à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.

Un groupe de scientifiques a qualifié le moment de moindre activité humaine d '«anthropause» pendant les confinements dus à la pandémie de Covid-19. Parmi ce groupe de scientifiques se trouve Carlos M. Duarte, biologiste et spécialiste en écologie marine avec qui nous nous sommes entretenus dans ce programme.

Le biologiste espagnol explique comment profiter de ce moment au profit de notre environnement ou ce qu'il nous faut en tant que société pour nous mobiliser et prendre des mesures concrètes et décisives pour empêcher la destruction de notre seule maison.

Selon Duarte, l'humain ne comprend toujours pas que la fenêtre se rétrécit et qu'elle se ferme. Pour le biologiste espagnol, "un sentiment de négativité s'est installé au sein de la communauté scientifique qui s'est répandu dans la société de telle sorte que l'on pense qu'il n'y a rien à faire et qu'il ne vaut pas la peine de lutter pour inverser la perte de biodiversité" ou le changement climatique. Cependant, il dit que la science montre qu'il est possible de changer notre mode de vie et de protéger la planète.