Economie

La société énergétique russe Gazprom reprendra le flux de gaz via Nord Stream 1, mais avec une capacité moindre

L’interruption prévue du plus grand gazoduc russe vers l’Allemagne a commencé le 11 juillet et devait se terminer le 21 juillet. Le gazoduc transporte quelque 55 000 millions de mètres cubes par an sous la mer Baltique, mais en raison d’exercices de maintenance, les expéditions seront inférieures.

L’Europe reste nerveuse face à la reprise du gazoduc Nord Stream 1 depuis la Russie, après la fin de la maintenance annuelle jeudi, alors que les gouvernements se préparent à d’éventuelles nouvelles coupures d’approvisionnement.

Depuis deux ans, Nord Stream 1 a repris les livraisons de gaz à temps après une maintenance qui a lieu chaque été. Mais en juillet dernier, le retard d’une turbine en maintenance au Canada et la déclaration de force majeure de Gazprom aux clients européens l’ont empêché de garantir la livraison en raison de circonstances exceptionnelles, faisant craindre un arrêt prolongé.

Deux sources proches des plans de Gazprom ont déclaré mardi à l’agence de presse Reuters que les flux allaient probablement reprendre à des niveaux antérieurs au maintien de 40% de la capacité du gazoduc.

« Les travaux d’entretien annuels prévus sur le gazoduc Nord Stream sont prévus jusqu’à 04h00 GMT le 21 », a déclaré à l’agence EFE un porte-parole de Nord Stream AG, basé en Suisse, donc, en principe, le flux devrait reprendre à ce moment-là. temps.

Le chef du régulateur allemand de l’énergie a assuré qu’il s’attendait à ce que le gazoduc reprenne à environ 30% de sa capacité, en fonction des nominations ou des demandes, pour le gaz à Lubmin, une commune allemande où arrive Nord Stream 1.

Poutine déclare que Gazprom « livre toujours » ; l’Union européenne voit dans la réduction de l’offre un « chantage » au président

Mais il reste peu de temps pour que ces nominations changent avant la fin de la maintenance. Le président russe Vladimir Poutine a assuré que Gazprom « a toujours rempli, remplit et a l’intention de remplir toutes ses obligations ».

Poutine a également déclaré que le débit serait probablement plus faible en raison de la « lenteur » des travaux de maintenance. La Russie allègue que ce sont les sanctions occidentales qui sont à l’origine de ces difficultés, tandis que l’Europe considère cet argument comme un simple prétexte pour « faire chanter » l’Union européenne.

Gazprom a réduit l’approvisionnement en gaz via le Nord Stream de 40%, jusqu’à 100 millions de mètres cubes par jour, alléguant des retards dans le retour par «Siemens» de l’équipement de pompage réparé et des pannes techniques dans les moteurs.

L’un des moteurs expédiés par « Siemens » à son usine au Canada a été bloqué par les sanctions canadiennes, mais Ottawa a fait une exception à la demande de Berlin pour le restituer non pas à la Russie, mais à l’Allemagne.

Cette semaine, le Fonds monétaire international a mis en garde contre des effets dévastateurs pour les économies de la moitié de l’Europe, notamment à l’Est et au centre du continent, face à une hypothétique fermeture totale du robinet de gaz par la Russie.

Le rapport détaille que les pays les plus dépendants pourraient voir leur Produit intérieur brut chuter d’environ 6 %, tandis qu’en Allemagne, considérée comme le moteur économique de l’Union européenne, il chuterait de près de 3 % en cas de fermeture totale.

avec EFE