Economie

Environnement et relance économique, les axes du Forum de Davos 2021

Le président chinois Xi Jinping a inauguré le 25 janvier le Forum économique mondial de Davos, où quelque 1 500 personnes participeront virtuellement à la réunion pour discuter des initiatives de relance économique et des propositions de lutte contre le changement climatique. L’Amérique latine sera représentée à la réunion par le président argentin Alberto Fernández.

La pandémie de Covid-19 a éloigné le forum annuel de la ville traditionnelle de Davos, située dans l’est de la Suisse. Cette année, l’une des principales réunions économiques mondiales se tiendra virtuellement, en particulier sur la manière de parvenir à une reprise économique après la crise sanitaire.

Ce sera l’objet de la 51e édition de la réunion, qui, il y a à peine un an, mettait de côté l’urgence qui se déroulait à Wuhan, en Chine, alors qu’on ne savait pas encore que Covid-19 arrêterait le monde entier, pour se concentrer sur les défis environnementaux de la planète. Malgré la pandémie, les dirigeants mondiaux ne veulent pas non plus mettre cet axe de côté.

De plus, Davos 2021 émerge comme un événement qui sert de préambule à ce qui sera le Forum économique mondial (WEF) que, en personne, les organisateurs ont l’intention de mener entre le 13 et le 16 mai à Singapour.

La prochaine nomination fait allusion à l’importance des relations futures entre le monde occidental et asiatique, au même titre que l’inauguration du Forum par le président chinois Xi Jinping. « Cette année, l’Asie représentera plus de 50% du PIB mondial et représente depuis longtemps plus de 50% de la population mondiale », a déclaré Borge Brende, président du Forum économique mondial lors de la présentation de l’événement il y a quelques jours.

Le multilatéralisme comme solution aux problèmes actuels

La Chine est le seul pays au monde à avoir présenté une croissance économique positive en 2020 malgré la pandémie. Selon le Bureau national des statistiques chinois (ONE), le PIB du pays a augmenté de 2,3% en 2020.

Le président chinois Xi Jinping a ouvert le Forum le 25 janvier avec un message plein d’appels au multilatéralisme comme solution pour faire face à la crise économique actuelle.

« Construire de petites cliques ou lancer une nouvelle guerre froide, rejeter, menacer ou intimider les autres ne fera que pousser le monde dans la division », a déclaré M. Xi.

Le président chinois Xi Jinping a défendu le multilatéralisme lors de son discours au Forum économique mondial de Davos 2021.
Le président chinois Xi Jinping a défendu le multilatéralisme lors de son discours au Forum économique mondial de Davos 2021. © WEF / AFP

En revanche, le président chinois, défenseur du multilatéralisme même au milieu des différends commerciaux avec les États-Unis, a clairement indiqué que c’était l’une des manières de résoudre les problèmes actuels de l’humanité.

« Nous devons construire une économie mondiale ouverte, rejeter les normes, règles et systèmes discriminatoires exclusifs et éliminer les barrières au commerce, aux investissements et aux échanges technologiques », a-t-il souligné.

Pour sa part, Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol, a participé à une table ronde sur les progrès vers un nouveau contrat social. Lors de son discours, Sánchez a insisté sur la nécessité de créer des emplois et de mettre en œuvre des réformes durables pour améliorer la compétitivité des économies et la qualification des travailleurs dans des domaines à forte demande tels que la numérisation.

La présidente de la Banque centrale européenne, la française Christine Lagarde, a également participé à la journée, exprimant sa confiance dans la réouverture de l’économie au cours du second semestre 2021, mais a averti que « ce sera une nouvelle économie ».

Antonio Guterres: « Le monde est confronté à des menaces et des fragilités existentielles »

Le premier jour du forum, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, y a également participé. Dans son message, en plus d’aborder la crise sanitaire et son impact économique, il a demandé à faire face aux problèmes que le monde présente en matière d’environnement.

«S’il y a un mot qui caractérise le monde d’aujourd’hui, c’est bien la fragilité. Nous constatons la fragilité de la crise climatique et de la biodiversité, ce sont des menaces existentielles et elles s’aggravent. Nous menons une guerre contre la nature, détruisant notre système de survie et la nature riposte », a déclaré Guterres dans son message.

La jeune militante Greta Thunberg a également souligné cet aspect. « Nous comprenons que le monde est très complexe et que le changement ne se fait pas du jour au lendemain. Mais maintenant, vous avez eu plus de trois décennies de bla bla bla. De combien avez-vous besoin de plus? », A déclaré la jeune femme dans son message aux dirigeants du monde entier. .

Concernant la pandémie, le secrétaire général de l’ONU a évoqué les mutations qui existent dans le virus, la crise économique et les inégalités entre les nations qui ont été exposées lors de l’épidémie.

«Maintenant, il y a un danger clair et réel que les mutations rendent le virus plus transmissible, plus mortel et plus résistant aux vaccins existants, et nous devons agir rapidement (…) Plus de deux millions de personnes sont mortes et nous sommes dans le pire crise économique dans près d’un siècle. On le voit dans les inégalités entre les peuples et les pays qui ont été mises en évidence par la pandémie », a-t-il ajouté.

Oxfam et le virus des inégalités

La confédération mondiale des organisations non gouvernementales, Oxfam, a présenté son rapport «Le virus de l’inégalité», dans lequel elle expose, entre autres, comment certains des plus grands milliardaires du monde ont vu leur fortune grandir au milieu de la pandémie.

Dans le même temps, Oxfam note que les pauvres du monde sont confrontés à des années de difficultés et que les pays ont moins de fenêtres pour mettre en œuvre des programmes de relèvement plus équitables.

« Nous avons vu des milliardaires récupérer leurs pertes dues à la pandémie en neuf mois, tandis que pour les millions et les milliards qui vivent dans la pauvreté, il faudra plus d’une décennie, voire 14 ans, pour revenir aux niveaux d’avant la pandémie », a déclaré Gabriela Bucher, directrice exécutive. d’Oxfam International.

Avec Reuters, AP et AFP

gestioninclusive@gmail.com