Economie

L’Allemagne et les États-Unis attaquent les compagnies pétrolières pour les prix élevés de l’essence

Le boycott du pétrole russe par l’Occident en représailles à l’invasion de l’Ukraine a fait grimper les prix du brut, qui à leur tour ont fait grimper les prix de l’essence. Cependant, les États-Unis, l’Allemagne et d’autres pays estiment que les compagnies pétrolières profitent de la situation pour se remplir les poches.

Que les prix de l’essence dans le monde soient à des niveaux historiquement élevés en raison de l’invasion russe de l’Ukraine est une réalité indéniable. Il est également vrai que certaines entreprises réalisent des bénéfices supplémentaires à cause de la guerre, une situation que les gouvernements commencent à considérer avec suspicion à travers la planète.

Du Royaume-Uni à l’Argentine, les autorités économiques cherchent un moyen pour les entreprises qui ont directement ou indirectement bénéficié économiquement de la guerre de payer des impôts supplémentaires.

Le gouvernement de Boris Johnson a annoncé fin mai une taxe de 25 % sur les bénéfices inattendus des producteurs de pétrole et de gaz, tandis que le gouvernement argentin d’Alberto Fernández cherche à appliquer la même stratégie avec les exportateurs de céréales qui connaissent de meilleurs prix depuis le début de la guerre.

Les compagnies pétrolières, parmi les plus bénéficiaires de la guerre

L’Allemagne, bien qu’elle n’ait pas atteint un consensus au sein de la coalition gouvernementale d’Olaf Scholz pour introduire des taxes supplémentaires, veut donner plus de pouvoir au bureau antitrust pour prendre des mesures drastiques contre les compagnies pétrolières.

Une réduction d’impôt de trois mois est entrée en vigueur le 1er juin dans le cadre d’un ensemble de mesures plus large, qui comprend également des billets bon marché pour les transports publics locaux. Mais il y a eu de nombreuses plaintes selon lesquelles les prix dans les gares ont de nouveau augmenté considérablement après la baisse initiale.

Certains politiciens pointent du doigt les compagnies pétrolières pour avoir utilisé des réductions d’impôts pour se remplir les poches, une accusation similaire à celle portée la semaine dernière par le président américain Joe Biden.

« ExxonMobil a surpassé Dieu cette année », a déclaré Biden lors d’un discours au port de Los Angeles en marge du 9e Sommet des Amériques. En effet, ses bénéfices ont doublé au premier trimestre 2022 par rapport à la même période l’an dernier, à 5,5 milliards de dollars.

Biden a affirmé qu’ExxonMobil, la plus grande compagnie pétrolière des États-Unis, n’utilisait pas les terres qu’elle avait louées pour produire du pétrole afin de maintenir la production à un niveau bas alors que la demande reste élevée et que les prix augmentent.

Sa critique est intervenue deux jours seulement avant que l’essence dans ce pays n’atteigne un nouveau record historique de 5,1 dollars le gallon, soit près du triple de ce qu’elle coûtait il y a un an, selon l’Automobile Association (AAA) du pays (son acronyme en anglais).


France 24
France 24 ©France 24

L’inflation aux États-Unis a grimpé en mai à 8,6 % en glissement annuel, le chiffre le plus élevé depuis 40 ans, principalement sous la pression des prix du carburant et de l’alimentation, conséquence de la guerre en Ukraine et des sanctions occidentales contre Moscou.

Avec AP, EFE et Reuters