Sport

la révolution des filles cède la place au plus jeune podium

Le plus jeune podium de l’histoire aux Jeux olympiques a été établi lors des débuts du skateboard féminin dans l’émission, avec deux athlètes de 13 ans et un « vétéran » de 16 ans qui viennent d’avoir 16 ans. Ce test sera-t-il l’accroche dont l’Olympisme avait besoin pour se connecter avec de nouveaux publics ?

Rayssa Leal n’avait que sept ans lorsqu’une vidéo d’elle faisant un « heelflip » tout en portant un costume de fée est devenue virale et lui a valu une invitation à une émission de télévision, où elle a eu la surprise de sa vie : la visite de son idole, la légendaire Letícia Bufoni.

Sept ans plus tard, les deux forment l’équipe olympique brésilienne.

C’est à quel point le skateboard a évolué rapidement et c’est à quel point la liste des qualifications est précoce pour les débuts de la discipline à Tokyo. Le premier podium olympique féminin, celui de la Street, dont faisait partie Rayssa, a donné la surprise d’être la plus jeune de tous les temps, avec une moyenne d’âge de 14 ans et 190 jours.

L’âge de la participation mondiale n’est pas loin. La plus âgée de toutes est l’Américaine Alexis Sablone, 34 ans, mais elle fait exception. La moyenne des 20 participants à Street était de 22 ans, et dans ce groupe ‘Fadinha’ Leal était la plus jeune, à 13 ans et 203 jours.

Ainsi, à Tokyo, les filles ont mis en scène une véritable révolution. La puissante équipe brésilienne comptait la numéro un de la planète, Pamela Rosa (22 ans) – qui a été championne du monde en 2019 – et la légendaire Bufoni (28 ans), la seule femme à avoir remporté trois médailles d’or aux X-Games la même saison.

Cependant, la seule à avoir atteint la finale puis le podium a été Rayssa, la plus jeune athlète féminine à remporter une épreuve de la Street League quand, à seulement 11 ans, elle a dominé Los Angeles en 2019.

La même chose s’est produite dans l’équipe japonaise. Aori Nishimura – qui aura 21 ans ce samedi prochain – était l’actuelle championne du monde, et elle a rempli les prévisions d’entrer en finale. Mais ceux qui ont accroché les médailles étaient les deux plus petits de l’équipe locale, le champion Momiji Nishiya (13) et le troisième Funa Nakayama (16).

La jeunesse, bouée de sauvetage pour le futur JJ. OO.

Le lien que ces jeunes femmes représentent avec les nouvelles générations est peut-être le chaînon manquant dont l’Olympisme a besoin pour captiver des publics de moins en moins intéressés par le sport.

Rayssa est un « TikToker » actif, tandis que Nishimura, comme toute fille de son âge, pense que Justin Bieber est le plus beau de tous les temps.

On pourrait dire qu’ils sont des « digital natives », car leur projection mondiale, dans des cas comme Rayssa et sa célèbre vidéo virale, vient plus de leur propre gestion des réseaux sociaux que du caractère massif d’un sport d’un peu plus de 40 ans. créé et n’avait jamais fait partie de l’agenda olympique.

« Fadinha », comme Rayssa est connue au Brésil en raison de son costume de fée dans cette vidéo, est passée d’un million de followers sur Instagram à 4,6 millions dans les dix heures qui ont suivi sa médaille d’argent.

Dans le Parc, qui démarre la semaine prochaine, la situation n’est pas très différente, avec l’adolescente britannique de 13 ans Sky Brown en grande figure, ainsi qu’une Japonaise encore plus petite, Kokona Hiraki, 12 ans.

Selon un rapport Bloomberg pour les Jeux Olympiques de Rio 2016, à cette occasion le public entre 18 et 35 ans a baissé de 25 % par rapport à Londres 2012. Le vieillissement du public cible et la diminution de l’intérêt des nouvelles générations pour les La pratique sportive a marqué un bouleversement pour le CIO, qui a annoncé un an plus tard une liste de cinq nouveaux sports, recommandés par le comité d’organisation, dont le skateboard.

Le rajeunissement était littéral, à en juger par le jeune âge des participants, en particulier les femmes. Au masculin le plus récent, l’italien Alessandro Mazzara, a 17 ans.

Malgré tout, un record intact

Aussi inhabituel que cela puisse paraître, Nishiya et Leal ne sont pas les plus jeunes médaillés de l’histoire des Jeux Olympiques, bien qu’entre eux et Nakayama, ils constituent le podium avec la moyenne d’âge la plus basse de tous les temps.

Le Japonais Momiji Nishiya, 13 ans, premier champion olympique de skateboard, à Tokyo, Japon, le 26 juillet 2021.
Le Japonais Momiji Nishiya, 13 ans, premier champion olympique de skateboard, à Tokyo, Japon, le 26 juillet 2021. © Lionel Bonaventure / AFP

La Brésilienne Rayssa Leal participe à la finale féminine de rue aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Japon le 26 juillet 2021.
La Brésilienne Rayssa Leal participe à la finale féminine de rue aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Japon le 26 juillet 2021. © Ben Curtis / AP

Dimitrios Loundras de Grèce est répertorié comme le plus jeune participant, à 10 ans et sept mois, lors de la compétition de gymnastique des premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne, à Athènes 1896.

Jusqu’à présent, la première médaillée a été l’Italienne Luigina Giavotti, également gymnaste, qui avait 11 ans et 10 mois lorsqu’elle a rejoint l’équipe qui a remporté la médaille d’argent à Amsterdam en 1928.

Aucun d’eux ne peut concourir en gymnastique aujourd’hui, puisque la limite inférieure pour participer est de 16 ans.

L’autre enfant prodige du sport olympique appartient au royaume de la légende, selon un épisode remontant aux Jeux de Paris de 1900, un événement chaotique qui a duré cinq mois et au cours duquel beaucoup de vainqueurs n’ont pas appris qu’ils étaient champions olympiques, car en coïncidant avec l’Exposition universelle, les programmes des deux événements ont fini par se confondre.

C’est arrivé à l’aviron, dans le bateau de couples avec le barreur des Hollandais François Antoine Brandt et Roelof Klein, qui ont découvert l’avantage qu’avaient les Français d’avoir un barreur petit et léger. Ils ont donc décidé de demander à un couple de spectateurs de permettre à leur jeune fils de faire ce travail.

Les parents ont accepté et sont partis avec l’enfant dès la fin du concours remporté par ceux des Pays-Bas. C’est pourquoi le nom ou l’âge du mystérieux timonier n’a jamais été enregistré, mais selon les historiens, il n’avait pas plus de 8 ans.