Economie

La Réserve fédérale américaine a de nouveau relevé ses taux d’intérêt et exclu une récession économique

La Réserve fédérale a relevé son taux d’intérêt de référence de trois quarts de point pour la deuxième fois consécutive, dans l’effort le plus agressif en trois décennies pour freiner la hausse des prix qui étouffe les Américains.

Mettre un frein à un cheval qui galope à toute allure. C’est ce que la Réserve fédérale américaine, la Fed, tente de faire avec l’économie dans sa nouvelle hausse des taux d’intérêt. Le cheval au galop, la hausse des prix, et la bride, de l’argent plus cher pour réduire la demande.

Désormais, le taux directeur de la Fed était de l’ordre de 2,25% et 2,5%, affectant les prêts aux consommateurs et aux entreprises, mais essayant de refroidir l’économie qui souffre d’une augmentation chronique des prix, à la suite de l’injection d’aides des gouvernements pendant la pandémie, les problèmes de chaîne d’approvisionnement et un dernier coup : la guerre en Ukraine.

Lors de l’habituelle conférence de presse après la réunion politique de l’émetteur, le président de la Fed, Jerome Powell, a pris le micro pour répéter comme un mantra que son plus grand engagement est de vaincre l’inflation.

Roberto Perli, économiste chez ‘Piper Sandler’, a assuré que le président de la Fed a souligné que « même si cela provoque une récession, la baisse de l’inflation est importante ».


La Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé le taux directeur de 75 points ce mercredi pour le deuxième mois consécutif.
La Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé le taux directeur de 75 points ce mercredi pour le deuxième mois consécutif. ©France 24

Powell a déclaré que le rythme des hausses de la Fed pourrait ralentir dans les mois à venir maintenant que son taux directeur est à peu près à un niveau considéré comme n’étant ni favorable ni contraignant pour la croissance. La déclaration a déclenché une forte reprise à Wall Street, l’indice boursier S&P 500 ayant augmenté de 2,6 % ; et renforcé l’euro, qui est tombé à des niveaux historiques face au dollar.

Powell : « Je ne pense pas que les États-Unis soient actuellement en récession »

Le responsable a été prudent de ne pas exclure une autre hausse de trois quarts de point lorsque les décideurs de la Fed se réuniront à nouveau en septembre. Une décision qui dépendra de ce qui ressortira des nombreux rapports économiques qui seront publiés d’ici cette date.

La plus grande crainte du marché est que la plus grande économie du monde sombre dans la récession, ce que Powell ne voit pas sur le radar. « Je ne pense pas que les États-Unis soient actuellement en récession », a-t-il répondu, attribuant un certain succès à l’augmentation des taux d’intérêt pour ralentir l’économie et éventuellement atténuer les pressions inflationnistes.

La Maison Blanche a minimisé l’idée que les États-Unis entrent en récession, même si elle se prépare à la publication jeudi des données du produit intérieur brut pour le deuxième trimestre de l’année, que les analystes attendent en négatif.

« Nous nous préparons à cela de la même manière que nous préparons n’importe quel rapport majeur, en réfléchissant à la façon dont cela affecte les familles », a déclaré Jared Bernstein, l’un des conseillers économiques du président américain Joe Biden.


QUOTIDIEN DES AFFAIRES
QUOTIDIEN DES AFFAIRES ©France 24

Traditionnellement, une économie est considérée comme étant tombée en récession lorsqu’elle enchaîne deux trimestres consécutifs de baisse du PIB, ce qui pourrait arriver ce jeudi, mais Jared Bernstein, conseiller de Biden pour les affaires économiques, a fait valoir qu’il existe d’autres facteurs tels que la force du marché du travail ou des dépenses de consommation, tous deux en règle, dont il convient de tenir compte.

« L’idée d’une récession est définie par les économistes comme une baisse large et persistante de l’activité économique. Ce n’est pas nécessairement deux trimestres de baisse du PIB, surtout si ces baisses sont légères », a soutenu Bernstein, sans montrer une image amicale de la situation. .

L’inflation aux États-Unis s’élevait à 9,1 % par an en juin, le taux annuel le plus élevé depuis 41 ans, et pour cette raison, les responsables de la politique monétaire ne tardent pas à ralentir le cheval au galop de l’inflation, bien que beaucoup critiquent qu’ils soient arrivés un peu tard pour mettre un frein dessus.

Avec EFE et AP