Première modification:

La victoire d'un but du Bayern Munich lors de la finale de la Ligue des champions, disputée au Portugal, a déclenché des émeutes et des affrontements avec la police dans la capitale française. 151 personnes ont été arrêtées.

Le Paris Saint-Germain a atteint une finale de Ligue des champions pour la première fois de son histoire et a perdu. Dans la nuit du dimanche 23 août, la victoire 1-0 du Bayern Munich a déclenché des violences à Paris, principalement dans les environs du Parc des Princes, le stade de football du PSG, et à proximité de l'avenue des Champs-Élysées.

Dans un premier temps, la préfecture de police avait annoncé l'arrestation de 148 personnes "notamment pour avarie, violences ou pour avoir lancé des projectiles vers les forces de l'ordre". Puis, dans la matinée du lundi 24 août, les autorités ont porté le nombre total de détenus à 151, dont 49 mineurs.

La police a ajouté qu'elle avait mis "404 corrections verbales pour ne pas porter de masque dans les secteurs d'utilisation obligatoire". Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que pendant la nuit, 16 policiers ont été blessés, 12 magasins ont été attaqués et 15 véhicules détruits.

Les émeutes ont commencé avant la fin du match

À l'intérieur du stade Parque de los Príncipes, un groupe d'environ 5000 personnes a suivi la diffusion du match dans une ambiance festive qui a duré jusqu'à la dernière minute du match. Mais à l'extérieur, tout au long de la finale, il y a eu des affrontements entre les forces de l'ordre et certains supporters, qui ont attaqué avec des pétards et des feux d'artifice.

Des jeunes lancent des mortiers de feux d'artifice vers la police parisienne le 23 août 2020, après la défaite du PSG en finale de Ligue des champions. La police a répondu avec des gaz lacrymogènes.
Des jeunes lancent des mortiers de feux d'artifice sur la police parisienne le 23 août 2020, après la défaite du PSG en finale de la Ligue des champions. La police a répondu avec des gaz lacrymogènes. © Alain Jocard / AFP

L'atmosphère s'est intensifiée après la défaite. Les émeutes se sont déplacées autour des Champs Elysées où certains ont brisé du verre et brûlé des voitures. Il y avait aussi des magasins vandalisés. Aux attaques de poudre à canon et de bouteilles de bière, la police a répondu avec des gaz lacrymogènes et des lance-balles de défense (une arme que la police anti-émeute française décrit comme non létale).

"Débordements inadmissibles": ministre de l'Intérieur

Avant le match, Anne Hidalgo, la maire de Paris, avait appelé à des "célébrations matures" au cas où le PSG serait sacré champion. La recommandation est venue après qu'une victoire 3-0 contre le RB Leipzig en demi-finale a conduit à des affrontements avec la police. Face à la défaite, le scénario était pire.

Dès les premiers rapports, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a qualifié les émeutes de «retombées inacceptables» et a ensuite remercié la police d'avoir arrêté «de petits groupes de fauteurs de troubles violents».

Le président Emmanuel Macron, pour sa part, n'a évoqué que l'émission de football.

"Félicitations au Bayern Munich pour sa sixième Ligue des champions et au PSG pour son palmarès exceptionnel", a déclaré le président sur son compte Twitter.

"L'heure de la victoire viendra pour le football français", a ajouté Macron.

Avec France 24 et l'AFP