Ecologie

La Turquie annonce à l’ONU qu’elle ratifiera l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi aux Nations Unies que l’Accord de Paris sur le climat serait présenté au Parlement turc pour approbation le mois prochain. La ratification de l’Accord par les législateurs ferait de la Turquie le dernier pays du G20 à le légaliser.

« Conformément aux mesures constructives qui doivent être prises et dans le cadre de notre déclaration de contribution nationale, nous prévoyons de présenter l’Accord de Paris sur le climat à notre Parlement pour approbation le mois prochain », a déclaré le président turc mardi devant l’ONU. , pour informer le monde de sa décision de valider enfin le pacte.

Erdogan a en outre noté que la Turquie avait l’intention de terminer le processus d’approbation avant la COP 26; la prochaine conférence sur le climat qui se tiendra en Écosse du 31 octobre au 12 novembre.

Lors de son discours, le président a rappelé que son pays avait signé l’Accord de Paris mais a décidé de ne pas le ratifier jusqu’à présent « en raison des inégalités dans la répartition des obligations et la répartition des charges ».

La Turquie a signé l’Accord de Paris en avril 2016, mais a estimé que les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le réchauffement climatique devraient être différenciés entre les pays industrialisés, une catégorie à laquelle elle appartient.

Les pires incendies de forêt de l’histoire récente de la Turquie

Erdogan a contrasté les traces de son pays avec celles de nations plus grandes, exhortant à plusieurs reprises « celui qui a fait le plus de dégâts » à contribuer davantage à la lutte contre le changement climatique, mais le président a reçu de vives critiques en Turquie pour sa propre gestion de la crise climatique.

Le chef du principal parti d’opposition l’a accusé d’avoir ignoré les avertissements concernant le réchauffement climatique après que des incendies de forêt meurtriers ont ravagé le sud du pays cet été.

Un groupe de personnes se tient devant la centrale thermique de Kemerkoy avec les flammes d'un incendie de forêt qui approchent, à Milas, Mugla, Turquie, le mardi 3 août 2021.
Un groupe de personnes se tient devant la centrale thermique de Kemerkoy avec les flammes d’un incendie de forêt qui approchent, à Milas, Mugla, Turquie, le mardi 3 août 2021. AP – Emre Tazegul

Comme d’autres pays du bassin méditerranéen, la Turquie a été durement touchée cet été par des incendies de forêt, exacerbés par une sécheresse persistante, qui ont fait huit morts et dévasté des dizaines de milliers d’hectares de forêt dans le sud-ouest du pays. Suite aux incendies, le pays a fait face à de fortes inondations, qui ont coûté la vie à au moins 77 personnes dans le nord de son territoire.

La peur de nouvelles crises de réfugiés

Face à la perspective de « centaines de millions » de réfugiés du changement climatique dans les prochaines décennies, le président turc a également déclaré mardi que le monde devait trouver un moyen de prendre soin des réfugiés existants fuyant les conflits.

Erdogan a averti que son pays, qui, selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations, abrite environ quatre millions de Syriens, ne peut pas accueillir plus de réfugiés. Et il a réitéré son appel à l’exode afghan, disant à ses homologues qu’il était temps que toutes les parties prenantes partagent la responsabilité.

« En tant que pays qui a sauvé la dignité humaine dans la crise syrienne, nous n’avons plus le potentiel ni la tolérance pour absorber de nouveaux flux migratoires », a déclaré Erdogan.

L’Accord de Paris, un pacte qui continue de résoudre la crise climatique

L’Accord de Paris a été signé en 2015 lors de la COP21 et établit un cadre mondial pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius et exhorte les pays à ne pas dépasser, si possible, 1,5 degré d’ici la fin du siècle.

Jusqu’à présent, et depuis le début de l’ère industrielle, la planète s’est réchauffée de 1 degré Celsius, ce qui provoque déjà de forts phénomènes climatiques, tels que des incendies de plus en plus endémiques, des sécheresses, des inondations, de puissants ouragans ou des vagues de chaleur avec des températures de plus en plus élevées.

Cependant, plus de cinq ans après sa signature, les États qui ont adhéré à l’Accord n’ont pas mis en place de mesures qui stoppent réellement l’urgence climatique et depuis son entrée en vigueur son application est plus tumultueuse que prévu.

« Le monde est sur une trajectoire catastrophique vers 2,7°C », a récemment prévenu le secrétaire général des Nations unies António Guterres, soulignant que « si nous ne modifions pas collectivement notre trajectoire, le risque est grand que la COP 26 échoue ».

Avec Reuters et AFP