Ecologie

les défis auxquels l’humanité est confrontée

Chaque 5 juin, est commémorée la Journée mondiale de l’environnement, instituée par les Nations Unies dans une résolution de 1977. Face à cette journée, conçue pour sensibiliser à la protection de l’environnement, l’organisation met en garde contre l’urgence de prévenir, arrêter et inverser la dégradation des écosystèmes à travers le monde.

« Le monde est un endroit merveilleux, mais nous, les humains, sommes à l’origine de son déclin », a déclaré un jour le célèbre scientifique et vulgarisateur britannique David Attenborough dans l’un de ses documentaires.

Une déclaration qui en un autre temps aurait suscité la polémique mais qui, aujourd’hui, est de plus en plus consensuelle. C’est ce qu’indiquent les chiffres de nombreuses études : le monde perd une superficie de forêt équivalente à un terrain de football toutes les trois secondes, alors que plus de la moitié des récifs coralliens ont déjà été supprimés.

Un problème qui, selon l’Organisation des Nations Unies, ne fera qu’empirer d’ici 2050, même si la température mondiale atteint 1,5 degré. Un objectif pour lequel de nombreux pays développés, qui sont les principaux contributeurs au changement climatique, se sont engagés à réduire leurs émissions dans les années à venir.

Bien que le problème ne se concentre pas exclusivement sur le réchauffement climatique. Dans ce contexte de pandémie de Covid-19, la perte de biodiversité dans le monde – due à diverses causes, comme la pollution – est une grande menace. Avec la réduction des écosystèmes, les agents pathogènes – comme le virus Covid-19 – se propagent beaucoup plus facilement. De plus, ce phénomène pourrait également entraîner une baisse des récoltes et aggraver le problème de la sécurité alimentaire au niveau mondial.

Cependant, des mesures peuvent encore être prises pour enrayer cette crise climatique. « Si nous agissons maintenant, nous pouvons encore faire amende honorable », a déclaré Attenborough lui-même dans le documentaire « Une vie sur notre planète ». Un changement de pratiques que les experts soulignent doit passer d’abord par les gouvernements, les entreprises et, enfin, par les citoyens.

Sous cette prémisse, l’ONU célèbre chaque année la Journée mondiale de l’environnement en lançant un message de conservation : « Réimaginer, recréer, restaurer ». En 2021, le Pakistan accueillera l’événement et organisera diverses activités de sensibilisation à la préservation de l’environnement et de la biodiversité. De plus, cette nation a proposé de reboiser plus d’un million d’hectares de forêts, dans l’un des projets de reboisement les plus ambitieux de la planète.

Une action pour atténuer l’un des multiples défis climatiques auxquels l’humanité est confrontée.

Déforestation de l’Amazonie brésilienne

L’Amazonie, qui couvre jusqu’à neuf pays, possède la plus grande forêt tropicale du monde, sa biodiversité est donc inestimable. Un fait qui n’a pas empêché que, année après année, son territoire se réduit en raison d’une déforestation massive et, à de nombreuses reprises, illégale.

Au cours de cette dernière année, en avril 2021, le niveau de déforestation de ce grand écosystème était supérieur de 42,8% par rapport à la même période de l’année précédente. Un fait qui inquiète beaucoup les experts de la région et du monde entier.

Le responsable de l’Observatoire du climat, Marcio Astrini, a déclaré en 2020 que l’augmentation « inquiétante » de ces pratiques est le « résultat d’un projet qui est mis en œuvre par le gouvernement ». Et, bien que cette augmentation des pertes de terres soit enregistrée depuis plus de dix ans, depuis 2019 – date à laquelle l’extrême droite Jair Bolsonaro a pris la présidence du Brésil – ce problème s’est exacerbé.

Le soleil se couche alors que la fumée des incendies illégaux persiste dans une zone de la forêt amazonienne, au sud de Novo Progresso dans l'État de Pará, au Brésil, le 15 août 2020.
Le soleil se couche alors que la fumée des incendies illégaux persiste dans une zone de la forêt amazonienne, au sud de Novo Progresso dans l’État de Pará, au Brésil, le 15 août 2020. © Carl de Souza / AFP

Bien qu’il se soit engagé à réduire de moitié l’exploitation minière et l’exploitation forestière illégales dans ces territoires forestiers brésiliens d’ici 2030, Bolsonaro s’en est pris à plusieurs reprises aux organisations environnementales, les qualifiant même de « cancer ».

Des spécialistes et des travailleurs du secteur environnemental accusent l’Exécutif du « démantèlement » d’entités publiques comme l’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) qui a rendu plus difficile la lutte contre la déforestation amazonienne, déjà compliquée en elle-même en raison de l’accès difficile que certaines de ces zones ont.

« La conséquence du démantèlement des agences fédérales de l’environnement : le nombre de notifications d’infractions appliquées par l’IBAMA en avril et mai est de loin le plus bas de la série historique. L’inspection a été arrêtée alors que la déforestation s’envolait », a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux Tasso Azevedo, garde forestier et coordinateur des initiatives MapBiomas et SEEG.


La réduction des territoires de la jungle au Brésil n’affecte pas seulement les animaux et la flore indigène : elle nuit également aux peuples indigènes qui habitent les terres et qui, à de nombreuses reprises, ont été massacrés par des propriétaires terriens ou des mineurs pour s’en emparer et faire un en tirer profit.

De plus, cette exploitation de la zone a conduit à une production de dioxyde de carbone supérieure à celle d’oxygène en Amazonie ces dernières années, ce qui rompt complètement avec son équilibre traditionnel.

Le problème du plastique

Chaque jour, il y a plus de plastiques dans notre environnement. Que ce soit dans les airs, au sol ou dans la mer, cette matière, qui met plus de 1000 ans à se décomposer, est très présente dans notre quotidien.

Cependant, les océans sont les plus touchés par ce type de pollution. Chaque année, plus de 13 millions de tonnes de plastiques et microplastiques se retrouvent dans nos mers et océans. Bien qu’imperceptible à l’œil nu, son effet sur la flore et la faune marine est dévastateur.

L’ampleur du problème dû à la pollution plastique a atteint des niveaux tels qu’il en est venu à modifier le régime alimentaire des animaux dans ces écosystèmes, car de nombreuses personnes confondent nourriture et plastique.

Un problème généré principalement par les plastiques à usage unique et d’autres déchets tels que les filets de pêche, car beaucoup d’entre eux sont laissés errer dans l’eau après avoir été utilisés. Par conséquent, de nombreux gouvernements mettent en œuvre des mesures pour réduire l’utilisation de ces plastiques.

Un homme ramant un bateau alors que des sacs en plastique flottent à la surface de l'eau de la rivière Buriganga à Dhaka le 21 janvier 2020. La Cour suprême du Bangladesh a ordonné la fermeture de 231 usines qui ont contribué à la transformation de la rivière principale de Dhaka. l'un des plus pollués au monde, selon un avocat le 21 janvier.
Un homme ramant un bateau alors que des sacs en plastique flottent à la surface de l’eau de la rivière Buriganga à Dhaka le 21 janvier 2020. La Cour suprême du Bangladesh a ordonné la fermeture de 231 usines qui ont contribué à la transformation de la rivière principale de Dhaka. l’un des plus pollués au monde, selon un avocat le 21 janvier. © Munir Uz Zaman / AFP

Dans le cas de l’Union européenne, on s’attend à ce que la plupart des plastiques à usage unique soient interdits et les pratiques de pêche soient réglementées dans les pays membres d’ici 2021. Seulement dans la région, les déchets de filets de pêche abandonnés, perdus ou jetés représentent 27% des les ordures sur les plages.

Mais s’il s’agit d’un pas dans la bonne direction, de nombreux experts encouragent les pays à aller plus loin et à cesser complètement de générer des déchets. « Le ‘zéro déchet’ ou zéro déchet est là où il faut aller, pour ne pas avoir besoin de générer des déchets », a déclaré Verónica Arias du CC35, dans un entretien à France 24.

Les Nations Unies ont également appelé à plus de respect pour les océans. « Tout simplement, notre relation avec les océans de la planète doit changer », a déclaré le président de l’Assemblée générale de l’ONU, Volkan Bozkir, lors d’une réunion avec plus de 70 pays au cours de laquelle il a appelé à une « reprise bleue » qui améliore la situation de la mers et les secteurs qui en dépendent.

Un problème bien plus complexe qu’il n’y paraît, puisque 97 % de l’eau mondiale se trouve dans l’océan. Et il a des fonctions fondamentales pour la vie : il régule le climat, absorbe le dioxyde de carbone et est la première source de protéines pour plus d’un milliard de personnes. Les océans génèrent 50 % de l’oxygène qui est rejeté dans l’atmosphère.

Des études estiment que ce problème s’aggravera au cours des 100 prochaines années et que l’impact du plastique sur l’écosystème, la vie marine et les humains est potentiellement irréversible.

Le réchauffement climatique et la fonte des glaciers

Lorsqu’on parle de changement climatique, le réchauffement climatique est l’un des premiers sujets abordés par les experts en environnement. Bien que le changement climatique soit un phénomène qui modifie précisément – et changera – le climat sur l’ensemble de la planète, il n’a pas les mêmes conséquences dans tous les domaines.

Bien qu’un effet clair qui ait été enregistré ces derniers temps soit la fonte des glaciers et des sommets enneigés du monde entier.

C’est en particulier le modèle qu’ils suivent dans la chaîne de montagnes andine, où se trouvent la plupart des glaciers tropicaux du monde. Aujourd’hui, ceux-ci perdent environ un mètre d’épaisseur par an. Et il n’y en a que quelques-uns, comme le célèbre Perito Moreno en Patagonie argentine, qui résistent à la régression annuelle et restent stables.

Vue du glacier Perito Moreno, dans le parc national Los Glaciares, près d'El Calafate, dans la province argentine de Santa Cruz, le 11 mars 2018.
Vue du glacier Perito Moreno, dans le parc national Los Glaciares, près d’El Calafate, dans la province argentine de Santa Cruz, le 11 mars 2018. © Walter Diaz / AFP

Le Pérou est le pays qui accumule le plus de glaciers tropicaux, avec 70% du total de la région. Mais ces dernières années, principalement à cause du réchauffement climatique, il a perdu plus de la moitié de ces surfaces.

Un fait dramatique non seulement en raison de l’impact environnemental, qui est très important, mais aussi parce que pendant les périodes les plus sèches de l’année, plusieurs villes dépendent des glaciers pour l’approvisionnement en eau pour la consommation humaine et pour l’irrigation des cultures. C’est le cas, par exemple, de La Paz, en Bolivie, ou de Mendoza, en Argentine.

De plus, la fonte des sommets enneigés andins est l’une des principales causes de l’élévation du niveau de la mer. Plusieurs études ont montré que leur fonte explique près de 60% de l’élévation du niveau de la mer, tandis que celle des plus grands glaciers du Groenland et de l’Antarctique contribue moins à ce schéma.

Les experts soulignent également que, si cela continue ainsi, la pollution et le réchauffement climatique pourraient faire disparaître ces formations de glace d’ici un siècle environ. Quelque chose qui affecterait énormément les écosystèmes indigènes et la biodiversité mondiale.

Avec les médias locaux

gestioninclusive@gmail.com