Ecologie

L’UE tente de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie

La Commission européenne a lancé la stratégie « REPowerEU », avec laquelle elle cherche à réduire progressivement les importations de gaz, de pétrole et de charbon des entreprises russes. Mais ce n’est pas un plan facile car plus de 90 % du pétrole et du gaz de l’UE proviennent de Russie. Une autre option consiste à augmenter le charbon, mais cela va à l’encontre des objectifs climatiques du bloc.

L’Union européenne (UE) est confrontée à un dilemme climatique. D’une part, il veut dépendre de moins en moins des importations de combustibles fossiles en provenance de Russie, surtout en pleine guerre en Ukraine. Mais ce n’est pas un exploit réalisable à court terme, et encore moins si les 27 nations veulent se conformer au Pacte vert européen, appelé ‘Green Deal’ en anglais.

Pour comprendre la difficulté, il faut d’abord noter que la Russie est de loin le premier fournisseur d’énergie de l’UE.

Ce pays a exporté environ 45 % du gaz consommé dans l’ensemble du bloc en 2021, selon la Commission européenne. De plus, près d’un tiers du pétrole consommé dans les 27 nations est russe et 46 % du charbon provient du même pays.

Le pouvoir de la Russie sur l’approvisionnement énergétique européen est encore plus grand si l’on tient compte du fait que plus de 90 % du gaz et du pétrole consommés dans le bloc sont importés.


La Russie était le fournisseur de 45 % du gaz consommé dans l'Union européenne en 2021.
La Russie était le fournisseur de 45 % du gaz consommé dans l’Union européenne en 2021. ©France 24

C’est pour cette raison, par exemple, que l’UE n’a pas imposé de sanctions à la Russie interdisant l’importation de gaz et de pétrole ; comme l’ont fait les États-Unis et le Canada pour punir l’économie de ce pays de l’invasion ordonnée par le Kremlin contre l’Ukraine.

Pour cette raison, la grande question du moment est de savoir comment réduire la dépendance de l’Europe aux énergies fossiles exploitées par les entreprises russes.

Pour tenter d’y répondre, l’Agence internationale de l’énergie a récemment publié un document avec dix idées. Mais, parmi eux, il n’a pas inclus l’option d’augmenter la production de charbon car cela augmenterait les émissions de gaz à effet de serre de l’UE.

Bien qu’il ait reconnu que ce serait l’une des options qui pourraient « déplacer de gros volumes de gaz relativement rapidement ». En d’autres termes, un moyen plus rapide de remplacer le gaz russe.

Cependant, l’exploitation du charbon n’est pas une voie très viable pour le bloc. Et c’est qu’augmenter la production d’énergies fossiles les éloignerait du Green Deal européen. L’objectif est que les 27 nations atteignent zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050. S’ils y parviennent, cela ferait de l’Europe le premier continent climatiquement neutre.

La situation est d’autant plus difficile que l’UE espère augmenter le gaz qu’elle a stocké pour pouvoir affronter l’hiver prochain, lorsque la consommation d’énergie montera en flèche à cause des chauffages. Actuellement, ce stockage est inférieur à 30% et la Commission européenne envisage une proposition législative pour garantir que le remplissage soit de 90% au 1er octobre de chaque année.

Alexander Ege, directeur du programme énergie de l’alliance Global Methane Hub, a expliqué à France 24 en espagnol que le risque est que la production d’énergie à partir du charbon augmente, comme c’est déjà le cas en République tchèque, en Bulgarie, en Italie et en Allemagne. « L’hiver prochain, c’est quand l’Europe sera la plus vulnérable face à la Russie. Il est donc essentiel que les décisions qui sont prises maintenant ne le soient pas avant de nombreuses années. Nous aurons peut-être besoin de charbon pour les 12 prochains mois ; mais au-delà de cela, il n’est pas nécessaire de relancer une industrie des combustibles fossiles que l’Europe a déjà laissée derrière elle », a déclaré Ege.

Biométhane et hydrogène renouvelable, l’engagement de long terme de l’UE

L’une des solutions proposées par la Commission européenne pour moins dépendre de la Russie et, à son tour, essayer des options plus respectueuses du climat, était la stratégie « REPowerEU ». Le plan vise à mettre fin à la dépendance aux carburants russes d’ici 2030 et fixe même l’objectif de réduire les importations de deux tiers en une seule année.

Le projet repose sur deux piliers. Le premier est de diversifier les sources de gaz, à la fois en important davantage d’autres pays comme les États-Unis ou la Norvège, et en augmentant la production d’énergie à partir de biométhane et d’hydrogène renouvelable. Le deuxième fondement est qu’ils consomment moins d’énergies fossiles et misent davantage sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

Cependant, Ege a souligné que le biométhane et l’hydrogène renouvelable représentent encore « une part relativement insignifiante de la production énergétique de l’UE ». Et il a également averti que ce sont des projets qui mettent des années à avancer.

Ce sur quoi Ege est d’accord, c’est que les énergies renouvelables, compatibles avec les objectifs climatiques de l’Union européenne, et l’efficacité énergétique sont le moyen le plus stable et le plus sûr de ne pas dépendre de la Russie. Il a également souligné que les deux voies pourraient assurer la stabilité face à la volatilité du prix de l’énergie.