Ecologie

La Grande Barrière de Corail australienne subit un « blanchiment de masse »

Sydney (AFP) – La Grande Barrière de Corail australienne, reconnue comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, souffre d’un « blanchiment massif » en raison des températures élevées de la mer, a indiqué l’autorité qui gère la réserve marine.

Une inspection aérienne a montré que ce phénomène s’était produit dans plusieurs récifs, « confirmant un épisode massif de blanchissement, le quatrième depuis 2016 », a indiqué la Great Barrier Reef Marine Park Authority.

Les scientifiques affirment que le changement climatique et le réchauffement des océans qui en résulte sont l’une des principales causes du blanchissement des coraux, qui se produit lorsque ces organismes, soumis à un stress thermique, expulsent les algues qui vivent dans leurs tissus et leur donnent leurs couleurs vives. .

A cette occasion, ce blanchissement s’est produit malgré l’effet refroidissant de La Niña, un phénomène climatique qui refroidit les océans et affecte l’Australie, a indiqué l’autorité du parc.

Les coraux peuvent se remettre de ce blanchissement, bien qu’ils aient besoin de temps et de températures plus modérées, a précisé cet organisme.

« Les conditions météorologiques au cours des deux prochaines semaines continuent d’être essentielles pour déterminer l’étendue et la gravité mondiales du blanchissement des coraux dans le parc marin », a-t-il déclaré.

Abritant quelque 1 500 espèces de poissons et 4 000 types de mollusques, la Grande Barrière de Corail australienne est le plus grand système récifal du monde, s’étendant sur plus de 2 300 kilomètres le long de la côte nord-est de l’Australie.

« corail blanc »

Cette nouvelle intervient quatre jours après le début d’une mission de l’UNESCO pour déterminer si cet écosystème reconnu patrimoine mondial est suffisamment protégé par le gouvernement australien du changement climatique.


blanchissement des coraux
blanchissement des coraux Sylvie HUSSONAFP

Ce rapport devrait servir au Comité du patrimoine mondial pour décider en juin s’il convient de placer cet écosystème sur la liste des lieux « en danger ».

« Les couleurs vibrantes bien-aimées de la Grande Barrière de Corail sont remplacées par du corail blanc fantomatique », a déclaré Martin Zavan, militant de Greenpeace Australie, à propos de l’impact climatique.

Zavan a exhorté le gouvernement à montrer les zones endommagées à la mission de l’ONU inspectant le récif, au lieu des zones qui ont été laissées intactes.

« Si le gouvernement est prêt à laisser la mission de l’ONU dresser un tableau complet de l’état du récif, alors il devrait emmener la mission au nord et au centre du récif », a-t-il déclaré.

Selon l’activiste, c’est précisément dans cette zone que les coraux « cuisent avec des températures jusqu’à quatre degrés supérieures à la moyenne ». Une situation qu’il juge « alarmante », dans une année aux « températures océaniques les plus froides » dues à La Niña.

En juillet dernier, le comité a décidé de ne pas inclure la Grande Barrière de Corail dans la classification « en danger », alors que l’UNESCO avait recommandé de le faire des semaines auparavant.

« De plus en plus fréquent »

Selon Amanda McKenzie, directrice exécutive de l’organisme australien d’action climatique Climate Council, les océans du monde ont atteint des températures record l’année dernière.

« Malheureusement, alors qu’un blanchissement plus sévère se produit sur notre bien-aimée Grande Barrière de Corail, nous pourrions voir ces événements dévastateurs devenir plus fréquents en raison des taux élevés d’émissions de gaz à effet de serre », a-t-il déclaré.

Selon McKenzie, la seule façon de s’attaquer au problème est de lutter contre le changement climatique. « Aucun montant de financement n’arrêtera ces événements de blanchiment à moins que nous ne réduisions nos émissions cette décennie », a-t-il déclaré.


Un plongeur touche des coraux de la Grande Barrière de Corail au large de l'État du Queensland, au nord-est de l'Australie, le 7 mars 2022.
Un plongeur touche des coraux de la Grande Barrière de Corail au large de l’État du Queensland, au nord-est de l’Australie, le 7 mars 2022. Glenn NichollsAFP/fichiers

En 2015, lorsque l’ONU a menacé de déclasser le récif au patrimoine mondial, le gouvernement australien a élaboré le plan « Reef 2050 » et investi des milliards de dollars dans sa protection.

Le mois dernier, un groupe de chercheurs a averti que les récifs, qui abritent un quart de la faune marine, sont susceptibles de disparaître même si le réchauffement climatique est limité aux objectifs climatiques de l’Accord de Paris.

Une élévation moyenne de +1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels rendrait plus de 99% des récifs coralliens du monde incapables de se remettre des vagues de chaleur marines de plus en plus fréquentes, ont-ils rapporté dans la revue PLOS Climate. .