La France

La France ouvre une enquête sur le terrorisme après l’assassinat de la police à Rambouillet

Rambouillet, aux portes de Paris, en France, a connu un événement fatal ce vendredi. À l’entrée d’un poste de police, un employé de la police administrative a été poignardé à mort. L’agresseur est mort après avoir été abattu par la police alors qu’il tentait de le réduire. Le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, se sont rendus sur les lieux.

La terreur est réapparue en France. A Rambouillet, ville bourgeoise à 45 kilomètres au sud-ouest de Paris, un policier administratif a été agressé au couteau à l’entrée du commissariat. Il est décédé après avoir été blessé au cou.

Après l’attaque, la police a abattu l’agresseur, qui est mort. La scène de l’événement est bouclée pendant que les forces de sécurité enquêtent sur les causes de l’événement.

La présidente de la région parisienne, Valérie Pecresse, a déclaré à «BFM TV» qu’il ne peut être exclu qu’il s’agisse d’une attaque terroriste.

Cela a été confirmé par des sources judiciaires à l’EFE après que le parquet national antiterroriste a saisi l’affaire en raison du lien possible entre le meurtre « d’une personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une organisation terroriste et par une association terroriste ».

Des sources policières ont déclaré que l’attaquant n’avait pas de casier judiciaire et n’avait pas crié de slogans islamistes.

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se sont rendus sur les lieux de l’incident pour s’informer de première main sur les causes de l’événement et apporter leur soutien aux forces de police.

<< La République vient de perdre l'une de ses héroïnes quotidiennes, dans un geste barbare de lâcheté infinie. À leurs proches, je veux exprimer le soutien de toute la Nation. À nos forces de sécurité, je veux dire que je partage leur émotion et indignation », a déclaré Castex sur Twitter.


En 2019, dans un commissariat parisien, il y a eu un autre coup de couteau qui a fait quatre morts. Et il y a six mois, un instituteur a été décapité par un adolescent islamiste. Au cours des dernières années, 250 personnes sont mortes d’attaques de haine religieuse.

gestioninclusive@gmail.com