La France

Le Conseil constitutionnel de France approuve les nouvelles règles du pass santé

La personne morale a donné son feu vert à la plupart des règles du pass sanitaire, obligatoire pour entrer dans les restaurants, les centres commerciaux et même les hôpitaux. L’obligation de vacciner tout le personnel médical a également été approuvée. Les mesures entrent en vigueur au milieu d’une vague de rejet du public.

Ce jeudi 5 août, le Conseil constitutionnel, la plus haute instance française chargée de veiller au respect de la Magna Carta du pays, a approuvé à une large majorité la loi sur les nouvelles règles du pass sanitaire et entériné l’obligation de se faire vacciner contre le Covid-19 sanitaire. ouvriers.

Ce laissez-passer sanitaire, en vigueur depuis le 21 juillet, a pour objectif de faciliter la vérification de la situation épidémiologique dans le pays et avec cela il est vérifié si les personnes ont été vaccinées ou non, ainsi que les résultats des tests de coronavirus et la sortie médicale des les infectés.

Avec le pass, les personnes doivent démontrer qu’elles sont à jour de la vaccination contre la pandémie ou doivent présenter un résultat négatif pour le virus si elles souhaitent accéder aux lieux de loisirs et de culture d’une capacité supérieure à 50 personnes (théâtres, cinémas, discothèques, parcs à thème, salles de concert, festivals, salles de sport, etc.).

La restriction s’appliquera également à partir de ce 9 août pour l’accès aux bars, cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux (quand cela n’empêche pas l’accès à l’assistance médicale), maisons de retraite, établissements médico-sociaux et aussi pour les voyages en train, longue distance. bus ou avion.

Des personnes attendent devant une pharmacie à Deauville le 4 août 2021 pour un test Covid-19
Des personnes attendent devant une pharmacie à Deauville le 4 août 2021 pour un test Covid-19 Sameer Al-DOUMY AFP

Le Conseil a cependant censuré certaines parties du projet de loi initial, jugeant « inconstitutionnel » le licenciement des travailleurs qui ne remplissent pas les conditions du passeport sanitaire, mais a entériné la suspension provisoire de tout travailleur qui n’est pas à jour de la réglementation. Elle a également estimé que l’isolement obligatoire des personnes malades pendant plus de dix jours n’était pas « nécessaire, adapté et proportionné ».

L’approbation du pass santé, en plein débat politique et social

L’approbation de la norme n’a pas été sans division. Si la droite française a félicité la décision du Conseil, comme l’a fait le sénateur Roger Karouchi de Los Republicanos devant le média France Info lorsqu’il a déclaré que la censure partielle de la loi est « une leçon » pour garantir les libertés du travail, la gauche, de son côté , elle était déçue.

Le leader de France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a assuré sur son compte Twitter qu’il s’agissait d’une « décision décevante du Conseil constitutionnel » et a déclaré qu’elle « ne protège aucune des libertés menacées par le pass sanitaire ». « Humour noir : un contrat défini ne peut pas être interrompu, mais votre salaire peut être suspendu », a-t-il ajouté.

Il y avait aussi le mécontentement de la population, manifesté par les protestations qui se multiplient chaque semaine en France depuis l’annonce de la loi sur le forfait santé. Quelque 205 000 personnes se sont mobilisées à travers le pays en cette troisième semaine de manifestations. Selon certains observateurs, comme le politologue Jérôme Fourquet, invité de l’émission matinale de la chaîne de télévision LCI, ces manifestations ressemblent beaucoup à celles des Gilets jaunes.

« On voit des profils très différents rassemblés sous aucun drapeau syndical et sans leader autoproclamé. Il y a aussi une très grande méfiance à l’égard des médias (de communication) et du gouvernement », a déclaré Fourquet.

Jordan Charlet, de nationalité française, fait partie des 25% de la population qui n’a pas encore été vaccinée et n’envisage pas de le faire. Pour lui, il n’y a pas suffisamment de preuves à long terme pour savoir si le vaccin comporte des risques. Selon lui, nul ne devrait être contraint d’accepter un traitement médical ou un quelconque médicament recommandé, « il y a des lois pour le garantir » et pour lui, le pass santé est « totalement liberticide », assure-t-il.

« Pour le moment tout le monde suit les ordres comme des petits moutons, mais il ne faudra pas que quelqu’un se rebelle et ce sera à son tour d’appeler la Police pour contenir les récalcitrants. Nous sommes soi-disant dans un pays libre et ils veulent nous forcer à nous faire vacciner pour vivre, ce n’est pas normal », a dénoncé Jordan France 24.

Emmanuel Macron tente de convaincre les anti-vaccins

Pour répondre aux messages anti-vaccination, le président français Emmanuel Macron a décidé de s’adresser directement à la population la moins vaccinée, les moins de 30 ans, via le réseau social Tik Tok et Instagram, en publiant une vidéo où il apparaît dans un T- chemise noire, au style plus décontracté que d’habitude, où elle répond à l’une des préoccupations qui sort le plus de la bouche des anti-vaccins.

« Je vais être clair, le vaccin est une invention française, par Louis Pasteur, il y a quelque temps. Et cela nous a aidé à éradiquer de nombreuses maladies, comme la variole dans les années 80, et en plus, je tiens à vous rappeler que depuis 2018, 11 vaccins sont obligatoires pour chaque nouveau-né en France. Et l’ARN messager, également une découverte française, n’est pas nouveau, il a été découvert en 1961. Il est utilisé depuis plus de 50 ans pour lutter contre le cancer et les virus », a déclaré le président, qui a souligné que la vitesse scientifique pour créer les vaccins contre le Covid-19, c’est une « véritable prouesse technique ».

Cette vidéo a été vue par plus de 500 000 personnes en deux jours sur sa page Instagram, mais elle n’a pas semblé convaincre Jordan, « très facile » selon lui, le président « a omis de parler du droit de dire non », a-t-il déclaré. .

Les Français sont divisés sur cette question. Une autre citoyenne, Elisa Winieski, souligne l’importance de se faire vacciner mais rappelle que « tout le monde a le droit d’être vacciné ou non » et souligne que le laissez-passer « est une violation de la liberté individuelle. Il me semble idiot de mettre le pass dans les hôpitaux et d’empêcher les gens qui ont des proches qui sont hospitalisés de ne pas pouvoir les voir parce qu’ils ne sont pas vaccinés, même si ceux que vous allez voir ne le sont pas. Par exemple, si votre femme va accoucher de votre enfant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez pas assister à l’événement ni voir votre femme ou votre enfant ».

Les plus touchés aujourd’hui sont les propriétaires de restaurants, de bars et les organisateurs d’événements culturels. Plusieurs événements ont déjà été annulés après l’annonce de l’approbation de la loi le 21 juillet par manque de personnel formé pour vérifier la validité du pass ou par manque de clients conformes à la norme.

A La Cabasse, restaurant méditerranéen près de la ville de Toulon, son gérant, Laurent Bondil, y prend plus de facilité que beaucoup. Il est persuadé que le pass sanitaire affectera ses revenus, mais indique qu’il se conformera à la nouvelle réglementation. « Chaque jour, il y a une nouvelle norme. Mais ce qui compte, c’est que nous sommes toujours là », affirme-t-il sur un ton positif.

Pourtant, selon le dernier sondage Harris Interactive, en France un citoyen sur deux comprend le mouvement de contestation et 40 % des personnes interrogées le soutiennent, contre 48 % qui ne comprennent pas les raisons des manifestations. L’obligation d’un carnet de santé pour les enfants de moins de 17 ans et les salariés des établissements recevant du public n’a pas encore été décidée, mais elle est également en discussion.

Avec Reuters, EFE, AP et les médias locaux