La France

La France ouvre ce lundi la vaccination contre le COVID-19 pour les plus de 55 ans sans maladie

MADRID, 12 avr. (EUROPA PRESS) –

La France a ajusté sa campagne de vaccination contre le COVID-19 ce lundi et a abaissé l’âge minimum pour recevoir le médicament à 55 ans et pour l’ensemble de la population, sans nécessité de maladies préexistantes.

Jusqu’à présent, la population dont l’âge se situe entre 55 et 75 ans pouvait recevoir le vaccin contre le COVID-19 si elle avait des comorbidités. Cependant, à partir de ce jour, ce groupe d’âge peut être inoculé avec l’immuniseur AstraZeneca ou Janssen.

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a justifié l’ouverture du plan de vaccination comme une mesure visant à «étendre» la vaccination alors que les autorités luttent contre la méfiance vis-à-vis du vaccin AstraZeneca, dérivée de la relation du médicament avec des cas de thrombus très rares, a rapporté le journal «Le Figaro».

La vaccination à partir de 55 ans anticipe dans quelques jours l’élargissement des tranches d’âge prévu par le calendrier annoncé fin mars par le président, Emmanuel Macron. À partir de ce vendredi, les vaccins Pfizer et Moderna seront également disponibles pour les personnes de 60 ans et plus.

Macron avait l’intention d’ouvrir la vaccination aux plus de 50 ans le 15 mai et aux moins de cet âge à la mi-juin. A ce jour, 65% des Français de plus de 75 ans ont reçu au moins une dose, mais seuls 40% ont entre 65 et 74 ans. Avec 10,7 millions de Français qui ont reçu la première dose et 3,7 millions également inoculés avec la seconde, la couverture est encore insuffisante pour arrêter la propagation du COVID-19 dans le pays européen.

En revanche, Véran a annoncé au cours de la journée que, afin d’augmenter le nombre de personnes vaccinées, l’intervalle entre les deux doses de Pfizer et Moderna sera porté de quatre à six semaines, malgré le fait qu’une protection avec une seule l’injection est partielle. La mesure, précédemment préconisée par la Haute Autorité de Santé (HAS), fait écho à la stratégie d’espacement des doses pratiquée au Royaume-Uni.

L’espacement, selon Véran, «permettra de vacciner plus rapidement sans voir une diminution de la protection, car l’âge moyen des personnes vaccinées diminue et le niveau d’immunité chez les moins de 70 ans est suffisant pour espacer les deux injections « .

Deux semaines après l’annonce par Macron de l’extension des restrictions en France, l’incidence est en baisse dans tout le pays, tandis que les hospitalisations en soins généraux et intensifs ralentissent également. Jusqu’à présent, les autorités sanitaires françaises ont dénombré plus de 5,1 millions de personnes infectées, dont environ 99 000 décès dus au COVID-19.

gestioninclusive@gmail.com