La France

Le Premier ministre malien prône de « revoir » les accords de défense « déséquilibrés » avec la France

Le Premier ministre malien de transition, Choguel Maiga, a affiché mardi la volonté de Bamako de « revoir » les « accords déséquilibrés » conclus avec la France sur les questions de sécurité et a déploré que les groupes terroristes aient fait d’importants progrès territoriaux malgré le déploiement militaire français depuis neuf ans.

« Nous voulons revoir les accords déséquilibrés qui font de nous un État qui ne peut pas survoler son territoire sans autorisation de la France », a déclaré Maïga dans un entretien à la chaîne de télévision malienne ORTM.

Los acuerdos de defensa entre ambos países fueron lanzados en marzo de 2013 tras el inicio dos meses antes de una operación militar francesa a petición de Bamako para hacer frente a los avances de grupos yihadistas que secuestraron un levantamiento tuareg en el Azawad y avanzaron hacia el centro du pays.

Cependant, Maiga a fait valoir que le président par intérim du Mali, Diancounda Traoré, avait demandé à la France un soutien aérien et des forces pour faire face aux avancées djihadistes dans le nord du pays. « Il n’était pas prévu que les militaires français soient sur le terrain », a-t-il souligné.

Maiga a accusé Paris de « retourner le monde contre le Mali » et a souligné que les autorités du pays européen respectent Bamako. « Nous ne sommes pas contre la France. Nous ne pouvons pas l’être, mais pour ce qui la concerne, que notre dignité ne soit pas atteinte, qu’on ne nous insulte pas et qu’on ne nous empêche pas de garantir la souveraineté de l’Etat », a-t-il expliqué.

« Il faut que les dirigeants français comprennent que les temps ont changé, que les interlocuteurs à la tête du Mali ont changé et que le Mali n’est pas comme les autres pays. Il ne faut pas se tromper d’époque, d’interlocuteurs et de pays », a-t-il souligné. , selon le journal malien ‘Le Pays’.

De cette façon, il a influencé que les autorités de transition, dirigées par Assimi Goita après le coup d’État d’août 2020, « ont décidé qu’elles ne continueraient pas à demander l’autorisation à quiconque de survoler le territoire ».

« Moins de sept mois après le redressement de la transition – en référence au deuxième coup d’État mené par Goita en mai 2021 contre le président et le premier ministre de transition de l’époque – nous avons les moyens de survoler et d’aller sur tout notre territoire sans autorisation « , a-t-il soutenu.

« Aujourd’hui, nous avons les moyens de défendre nos territoires. Nous demandons à nos amis de nous aider, mais ils ne peuvent pas aimer le Mali plus que nous », a-t-il dit, avant de réitérer que « l’intégrité du territoire n’a pas été restaurée » après des années de Opération militaire française dans le pays.

En revanche, il a souligné que « le terrorisme diplomatique, médiatique et psychologique » ne changera pas la position de Bamako et a une nouvelle fois rejeté les dénonciations d’un accord avec le groupe Wagner – propriété d’un magnat proche du président russe Vladimir Poutine – pour le déploiement de mercenaires.

« Notre territoire est occupé par des terroristes. Nous recherchons un partenariat pour libérer notre pays. Nous nous sommes tournés vers notre partenaire historique en matière de défense. 80 % de nos officiers ont été formés en Russie. 80 % de nos équipes avant le démantèlement de notre armée sont venues de Russie », a-t-il souligné.

« Nous nous sommes tournés vers la Russie, un vieil ami qui nous a tendu la main, et vers d’autres pays. Nous sommes en relations de coopération avec l’Etat russe, ainsi qu’avec d’autres Etats », a conclu Maïga, insistant sur le fait que les autorités « cherchent moyens de protéger la population » de la menace terroriste.

Les tensions entre le Mali et la France ont augmenté ces derniers mois et se sont accrues après que Paris a soutenu les récentes sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en raison de l’absence de progrès dans la transition vers la tenue d’élections pour revenir. pouvoir aux autorités civiles.

Les autorités françaises, comme d’autres pays occidentaux, ont également été très critiques à l’égard de la junte pour le prétendu déploiement de mercenaires du groupe Wagner, ce qui a été démenti par Bamako et Moscou.

Le gouvernement de transition a admis la présence d’instructeurs militaires russes dans le pays, dans le cadre d’un mandat similaire à celui accordé à la mission de formation de l’Union européenne, au milieu des suspicions occidentales quant à l’augmentation de l’influence russe en Afrique.